Bourse > Airbus group > Airbus group : Airbus vigilant sur la Russie, attend beaucoup de l'Inde
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
73.760 € +3.06 % Temps réel Euronext Paris
73.500 €Ouverture : +0.35 %Perf Ouverture : 74.000 €+ Haut : 72.830 €+ Bas :
71.570 €Clôture veille : 1 367 270Volume : +0.18 %Capi échangé : 57 010 M€Capi. :

Airbus group : Airbus vigilant sur la Russie, attend beaucoup de l'Inde

Airbus vigilant sur la Russie, attend beaucoup de l'IndeAirbus vigilant sur la Russie, attend beaucoup de l'Inde

par Cyril Altmeyer

BERLIN (Reuters) - Airbus s'est dit attentif mardi aux implications de la crise ukrainienne sur ses approvisionnements en titane russe et au volontarisme du futur Premier ministre indien pour construire les infrastructures indispensables à l'essor de l'aviation dans le pays.

John Leahy, le directeur commercial du constructeur aéronautique européen, a expliqué lors d'une conférence de presse au salon ILA à Berlin ne pas avoir encore constaté d'impact sur son activité du fait des tensions entre la Russie et l'Occident au sujet de l'Ukraine.

Airbus achète au russe VSMPO plus de la moitié de son titane, matériau léger utilisé notamment pour l'A350, prévu pour être livré à la fin de l'année à son premier client, Qatar Airways.

Günter Butschek, directeur général délégué d'Airbus, a fait savoir que l'avionneur avait mis en place un groupe de travail pour garantir ses approvisionnements en titane pour le futur long courrier, le programme le plus critique de la filiale d'Airbus Group, ex-EADS.

L'A350, décliné en trois versions destinées à affronter à la fois le 787 et le 777 de Boeing, constitue un enjeu crucial dans la lutte que mène Airbus face à l'américain dans ce segment de marché particulièrement stratégique, en complément de son très gros porteur A380.

Déjà fortement positionné en Chine, le marché le plus prometteur du monde où il compte agrandir son usine de Tianjin, Airbus a également les yeux rivés sur l'Inde, après la victoire écrasante du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP) aux élections législatives indiennes, la semaine dernière.

Les industriels attendent beaucoup du futur Premier ministre Narendra Modi, réputé pour son volontarisme en termes de réforme économique.

AÉROPORTS CONGESTIONNES EN INDE ET EN CHINE

Airbus s'attend à une croissance annuelle moyenne de 9,8% du trafic domestique en Inde d'ici à 2032, la plus forte au sein de ses prévisions, à comparer à une moyenne de 4,7% dans l'ensemble du monde.

"Nous avons été frustrés de voir la Chine dépasser l'Inde ces dernières années en termes de construction d'infrastructures", a déclaré John Leahy. "Nous espérons maintenant beaucoup que ce nouveau gouvernement, avec le mandat qu'il a apparemment, se montrera volontariste".

Plus de contrôleurs aériens pour décongestionner les aéroports, qui devraient bénéficier de meilleures installations et de liaisons plus efficaces pour s'y rendre : les besoins indispensables au véritable décollage du marché indien sont multiples, a-t-il souligné.

A plus long terme, Airbus se place en Afrique, le prochain territoire pour les avionneurs, même si le continent ne devrait représenter que 3% des quelque 29.000 avions qui devraient être livrés dans le monde d'ici à 2032, contre 36% pour l'Asie-Pacifique, la zone à plus fort potentiel de croissance.

"La Chine et l'Inde se sont développés rapidement. Je vois le même potentiel en Afrique", a déclaré John Leahy.

"J'espère déjà depuis un certain temps que le marché africain démarrera bientôt mais le problème est qu'il y a beaucoup d'instabilité politique à certains endroits, ce qui rend la mise en place d'une infrastructure aéronautique plus compliquée qu'elle le serait sinon", a-t-il ajouté.

Airbus a confirmé à la mi-mai viser 620-630 livraisons en 2014 comparé aux 626 unités de 2013, avec un ratio commandes/livraisons supérieur à 1, l'avionneur pouvant espérer une nouvelle moisson de commandes au salon de Farnborough qui se tiendra près de Londres mi-juillet.

John Leahy a également dit tabler sur un solide second semestre sur le plan commercial. Au titre des quatre premiers mois de l'année, Airbus a livré 193 avions et engrangé 142 commandes nettes, soit un total avant annulations de 236 appareils.

(Avec Victoria Bryan et Tim Hepher, édité par Matthias Blamont)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...