Bourse > Airbus group > Airbus group : Airbus Group et Safran vont créer une coentreprise de lanceurs
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
71.570 € -0.97 % Temps réel Euronext Paris
71.970 €Ouverture : -0.56 %Perf Ouverture : 72.360 €+ Haut : 71.400 €+ Bas :
72.270 €Clôture veille : 2 834 460Volume : +0.37 %Capi échangé : 55 317 M€Capi. :

Airbus group : Airbus Group et Safran vont créer une coentreprise de lanceurs

Coentreprise Airbus Group-Safran dans les lanceursCoentreprise Airbus Group-Safran dans les lanceurs

par Elizabeth Pineau et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Airbus Group et Safran ont annoncé lundi la création d'ici fin 2014 d'une coentreprise dans le domaine des lanceurs afin de poursuivre le développement de la fusée européenne Ariane 5 et de préparer le lancement d'Ariane 6 qui doit lui succéder.

L'ex-EADS et l'équipementier, qui collaborent déjà dans le domaine des lanceurs, se positionnent ainsi en vue de la réunion ministérielle européenne prévue en décembre au Luxembourg pour décider du lancement d'Ariane 6.

Cette coentreprise à parité regroupera dans un premier temps les contrats de programmes civils des deux groupes et leurs principales participations dans les lanceurs commerciaux, puis des actifs industriels seront apportés afin de créer une entreprise à part entière, précisent-ils dans un communiqué.

Des sources proches du dossier avaient déclaré à Reuters dimanche soir qu'Airbus et Safran allaient annoncer lundi un rapprochement de leurs activités.

Ce projet a fait l'objet d'une réunion à 8h00 à l'Elysée, en présence notamment de Jean-Paul Herteman, PDG de Safran, et de Marwan Lahoud, directeur général délégué à la stratégie et à l'international d'Airbus Group.

"C'est beaucoup plus qu'une JV entre deux groupes industriels: cela comprend aussi les activités d'Arianespace et les lanceurs du Cnes", a déclaré Jean-Paul Herteman à sa sortie de l'Elysée.

Marwan Lahoud a souligné de son côté que l'industrie spatiale européenne se trouvait à un tournant semblable à celui qui conduit à la consolidation du secteur aéronautique.

"Nous avons décidé avec Safran de prendre nos responsabilités et d'assumer le rôle qui doit être aujourd'hui le nôtre si on veut être compétitifs", a-t-il dit.

Arianespace prendra toute sa place dans ce mouvement, a dit pour sa part son PDG Stéphane Israël. "C'est un très grand jour pour l'aérospatiale", a-t-il estimé.

Arianespace assure actuellement le lancement de satellites via Ariane 5, son lanceur lourd, la fusée russe Soyouz et Vega, son lanceur léger.

LA RÉPONSE DE L'EUROPE A SPACEX

Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d'études spatiales (Cnes), a de son côté souligné l'importance d'avoir la même entité pour concevoir, fabriquer et exploiter les lanceurs.

"C'est la réponse de l'Europe à SpaceX", a-t-il dit à Reuters. "Cela renforce à l'avenir d'Ariane".

Le marché est en effet ébranlé par l'offensive de Space Exploration Technologies (SpaceX), dirigé par l'homme d'affaire Elon Musk, directeur général du constructeur de voitures électriques Tesla Motors, qui propose des lancements de satellites à un prix inférieur au marché.

Interrogé sur la nécessité d'une plus grande unification des institutions spatiales pour améliorer le fonctionnement de l'Europe spatial, il a répondu : "Une étape après l'autre".

Le Cnes et Airbus Defense & Space sont les principaux actionnaires d'Arianespace, créé en 1980 pour lancer des satellites.

"L'Etat, co-actionnaire d'Arianespace, accompagnera le processus dynamique initié par Airbus et Safran et travaillera en bonne intelligence avec cette nouvelle entité pour préparer ensemble l'avenir du lanceur Ariane 6", a souligné dans un communiqué l'Elysée à l'issue de cette réunion à laquelle participait François Hollande.

Lors d'une visite du site Airbus à Toulouse en compagnie de son homologue allemand Sigmar Gabriel, Arnaud Montebourg a également salué ce projet.

"Cette annonce montre que l'Union européenne n'est pas immobile mais s'organise afin d'avoir des réponses industrielles et économiques communes à ce que font les autres continents", a souligné le ministre de l'Economie.

Tom Enders, le président du groupe Airbus avait plaidé en mai pour une réorganisation de l'industrie des lanceurs afin d'éviter de perdre le leadership dans un secteur qui représente environ 6,5 milliards d'euros et qui emploie 16.000 personnes en France.

"Simplifier le mille-feuille spatial européen va dans le bon sens", a estimé de son côté Michel de Rosen, président de l'opérateur de satellites Eutelsat et président de l'association européenne de ce secteur.

Vers 13h30, l'action Airbus Group cédait 0,7% à 50,9 euros et Safran 0,5% à 48,95 euros, en ligne avec le CAC 40 (-0,5% également).

(Avec Tim Hepher à Paris et Julie Rimbert à Toulouse, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...