Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AIR FRANCE -KLM

AF - FR0000031122 SRD PEA PEA-PME
8.818 € +0.62 % Temps réel Euronext Paris

Air france -klm : La pression des low-cost étouffe Lufthansa, Air France-KLM recule nettement

lundi 17 juin 2019 à 10h00
Le titre Air France - KLM subit le profit warning de Lufthansa

(BFM Bourse) - La compagnie aérienne allemande a averti dimanche soir sur ses résultats annuels, évoquant la concurrence des compagnie low cost sur les prix. Alors que le titre Lufthansa lâche plus de 10% à l'ouverture à Francfort, Air France-KLM n'est pas épargnée, en repli de près de 4% à la Bourse de Paris.

Le low cost aura-t-il raison des grandes compagnies traditionnelles ? Si le phénomène n'est pas nouveau, il semble prendre de l'ampleur année après année au point de contraindre l'un des géants européens du secteur, Lufthansa, à revoir à la baisse ses prévisions de résultats annuels. Le transporteur aérien allemand a annoncé dimanche soir qu'il ne s'attendait plus qu'à une marge d'exploitation (marge d'Ebit) comprise entre 5,5 et 6,5%, alors qu'il visait jusque-à une fourchette de 6,5 à 8%. La nouvelle prévision correspond à un bénéfice d'exploitation compris entre 2 et 2,4 milliards d'euros, contre 2,4 à 3 milliards auparavant. Celui-ci devrait donc s'afficher en net repli par rapport à l'exercice précédent, lors duquel la marge d'exploitation s'était établie à 7,9%.

Et ce d'autant que Lufthansa a annoncé qu'elle enregistrerait dans ses comptes du premier semestre une provision pour risques fiscaux à hauteur de 340 millions d'euros, liée à un dossier vieux d'une quinzaine d'années.

Si le rebond des cours de l'or noir va faire grimper les prix du kérosène et engendrer un coût supplémentaire de l'ordre de 550 millions d'euros pour la compagnie par rapport à 2018, c'est principalement la montée en puissance ininterrompue des compagnies dites "low cost" qui pèse sur l'activité de l'avionneur allemand.

"Les rendements sur les marchés européens court-courriers, en particulier sur les marchés domestiques du groupe, l'Allemagne et l'Autriche, sont affectés par des surcapacités persistantes causées par des transporteurs disposés à accepter des pertes significatives pour accroître leur part de marché", a ainsi expliqué Lufthansa. Malgré les récentes faillites de compagnies à bas coûts très présentes sur le marché allemand, comme Air Berlin ou Germania, qui lui ont permis de racheter des lignes et des appareils, la féroce concurrence que livrent Ryanair et Easyjet se fait durement sentir, même pour la propre compagnie à moindres coûts de Lufthansa, Eurowings, dont les revenus devraient également s'effriter cette année. Lufthansa a toutefois assuré que cette dernière allait continuer à "défendre sa rentabilité", une manière de signifier qu'elle se refuserait donc à des prix de dumping pour attirer les passagers.

En réaction à cet avertissement, le titre Lufthansa plonge de 11,4% à 15,6 euros, au plus bas depuis le 9 avril 2017, après avoir abandonné la moitié de sa valeur depuis son plus haut touché mi-décembre 2017 à un peu plus de 31 euros. Son homologue franco-néerlandaise Air France-KLM n'est pas épargnée. Le titre perd 4,1% à la Bourse de Paris -deuxième moins bonne performance du SRD- à 7,9 euros vers 9h45, dans un volume déjà relativement nourri correspondant à 0,35% du tour de table.

Ce nouveau recul intervient alors que le transporteur franco-néerlandais subit un trou d'air boursier depuis fin février dernier (-38% depuis le 26 février), entre résultats trimestriels décevants et annonce d'un plan de départs volontaires .

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AIR FRANCE -KLM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+281.40 % vs +11.69 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat