Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Le Dow Jones atteint le cap de 100.000% de gains depuis l'année de sa création

jeudi 12 novembre 2020 à 11h45
Le Dow Jones prend désormais plus de 100.000% depuis 1896

(BFM Bourse) - Deuxième plus vieil indice boursier au monde, le Dow Jones Industrial Average a franchi le seuil des 100.000% de hausse depuis son plus bas historique, survenu en août 1896 quelques mois après sa création.

Calculé pour la première fois le 26 mai 1896, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) est le deuxième plus vieil indice boursier du monde, après le Dow Jones Transportation Average, né 12 ans auparavant. Ce dernier contenait initialement 11 valeurs: neuf chemins de fer et deux sociétés industrielles. Il a été créé par Charles Dow, rédacteur en chef de l'agence de presse financière Wall Street Financial News Bureau, et son associé, le statisticien Edward Jones. Les deux hommes ont donc composé le premier "stock average" (ou moyenne boursière) en 1884, pour le publier dans un bulletin d'information financière quotidien de deux pages -le "Customer's Afternoon Letter"- précurseur du Wall Street Journal. Le 2 janvier 1886, le nombre de titres inclus dans cet indice a été réduit de 14 à 12 et le premier titre "industriel", American Sugar Compagny (qui opère toujours sous le nom de "Domino Foods") y a été introduit en 1894.

C'est deux ans plus tard que les deux compères créeront donc le premier indice composé de 12 titres exclusivement industriels. Calculé pour la première fois le 26 mai 1896, le DJIA. Aucun des 12 groupes qui le composaient à l'origine n'y figure aujourd'hui, General Electric ayant été exclu en 2018 (après y avoir figuré de manière ininterrompue depuis novembre 1907). Il incluait tous les fleurons de l'appareil productif américain de l'époque, avec des groupes comme l'American Cotton Oil Company (prédécesseur de Hellmann's and Best Foods, racheté par Unilever en 2000), l'American Tobacco Company, la United States Leather Company, la United States Rubber Company (rachetée par Michelin en 1990 après avoir fusionné avec Goodrich en 1986) ou encore une compagnie d'électricité baptisée North American Company.

Le nombre de sociétés cotées au sein du DJIA a ensuite grimpé à 20 en 1916, puis à 30 en 1928, et la jauge n'a pas bougé depuis. L'indice vedette de la Bourse de New York avait bouclé sa première séance de cotation le 26 mai 1896 à 40,94 points, avant de toucher un creux historique à 28,98 points le 8 août 1896. Son premier véritable "rallye" est intervenu avant le krach de septembre 1929, alors que l'indice avait pris près de 500% depuis août 1921 pour atteindre 381 points. Il a franchi pour la première fois le seuil des 1.000 points en 1972, puis celui des 10.000 points en mars 1999.

À la clôture de mercredi, le Dow Jones Industrial Average s'est établi à 29.397,63 points, non loin de son record historique touché le 12 février dernier à 29,551.42 points. Cela représente une performance de +71.706% depuis sa création de de 101.348% depuis son plus bas historique atteint quelques mois plus tard.

Pour rappel, le Dow Jones est calculé en faisant la moyenne (pondérée par la valeur des actions) des cours des sociétés cotées, contrairement à la plupart des autres indices boursiers dans le monde (CAC 40, S&P 500, Nasdaq, Dax 30, etc.) qui sont construits sur la base d'une moyenne pondérée par la capitalisation boursière.

Difficile de ne pas voir dans la flambée des dernières décennies la main invisible de la Fed, dont les interventions sur le marché ont réellement démarré avec la nomination d'Alan Greenspan en 1987, celui-ci ayant affirmé immédiatement après le krach de la même année "la volonté de la Fed de servir de source de liquidités pour soutenir le système économique et financier". Le rôle de l'autorité monétaire s'est encore renforcée après 1994 quand une légère remontée des taux américains (par l'institution) fut le prélude d'un krach obligataire survenu la même année et d'une expansion incontrôlée du bilan de la Fed, passé de 500 milliards à plus de 7.000 milliards entre février 1994 et aujourd'hui, période au cours de laquelle l'indice a bondi de près de 700%. De fait, plusieurs experts estiment que l'interventionnisme effréné du "pompier-pyromane" qui a dirigé l'institution durant 19 ans (1987-2006) a créé un dangereux sentiment d'impunité qui pousse les investisseurs à prendre des risques inconsidérés, sachant que la Fed ne les laissera jamais tomber.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.61 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat