Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pourquoi seul un Français sur cinq est prêt à miser en Bourse

vendredi 8 mars 2019 à 16h45
19% des Français seulement envisagent d'investir en Bourse

(BFM Bourse) - Peu de Français souhaitent placer de l'argent en Bourse, notamment parce qu'ils ont peur de perdre leurs économies.

La crise des subprime aurait-elle définitivement refroidi les Français vis-à-vis de la Bourse ? C'est la question qui ressort à l'aune de la publication ce vendredi du sondage "Le Rendez-vous de l’argent" réalisé par Odoxa-LinXea pour Les Echos. Ainsi, à peine 19% des Français interrogés se déclarent prêts à investir en Bourse. Or, 15% de ces sondés ont déjà franchi le pas et détiennent des actions, que ce soit en direct, via un PEA ou dans des sociétés non cotées. Autant dire que le potentiel d'évolution du nombre de petits porteurs est limité.

Pourtant, un petit vent d'optimisme avait soufflé quand, en mars 2017, l'AMF et Kantar TNS estimaient que le nombre d'actionnaires individuels (en direct ou via des placements collectifs) était remonté. Une première depuis une décennie. Ils étaient ainsi en 2017 autour de 3,67 millions. Cela restait cependant très loin de ce que l'on observait pratiquement 15 ans plus tôt. En 2003, on dénombrait en effet 7,1 millions d'actionnaires individuels, alors que la France comptait près de 5 millions d'habitants en moins qu'aujourd'hui.

Pas d'effet "flat tax"

Malgré ce relatif désamour, l'environnement a plutôt été favorable aux actionnaires ces dernières années. Ainsi, le rendement annuel moyen au sein de l'indice phare parisien (en prenant en compte les dividendes versés) a atteint 7,76% par an au cours des 5 dernières années, selon notre palmarès BFM Bourse 2019. Soit bien plus que le Livret A (qui rapporte 0,75% par an) ou l'assurance-vie (avec un rendement proche de 1,8% en 2018). En parallèle, le gouvernement actuel a mis en place une fiscalité beaucoup plus avantageuse, avec une flat tax (le prélèvement forfaitaire unique ou PFU) à 30% sur les plus-values et les dividendes liés aux actions.

Sur ce dernier point, 58% des Français interrogés par Odoxa n'ont jamais entendu parler de la mise en place de cette nouvelle fiscalité. Et, même parmi ceux qui connaissent la flat tax, 84% indiquent que cela ne les incite pas à investir davantage en Bourse.

Les sondés ne s'en cachent pas, c'est la peur de voir disparaître leur bas de laine qui les paralyse. Parmi ceux qui ne veulent pas investir en Bourse, 47% auraient peur de perdre leurs économies, 19% estiment ne rien y comprendre et 11% ont déjà eu des expériences malheureuses par le passé avec la Bourse. On notera également que 9% d'entre eux voient l'investissement en Bourse comme "une façon immorale de s'enrichir". Néanmoins, ce manque d'appétence correspond aussi en grande partie à un problème de fonds disponibles. Ceux qui ne souhaitent pas miser sur les actions sont ainsi 43% à indiquer ne pas avoir d'argent à investir. Tout simplement.

Flambée de l'immobilier

Les taux bas qui ont fait flamber les prix de l'immobilier ces dernières années, avec des prix en hausse de 3,2% en 2018 sur l'ensemble de la France, pèsent sans doute aussi dans la balance. D'autant que le CAC 40 terminait lui dans le rouge l'année dernière (près de 11% de recul, sa pire année depuis 2011). Aussi, 69% des sondés ne pensent pas que placer son épargne en Bourse offre de meilleures opportunités de rendement. Il est vrai que sur 20 ans, l'immobilier a plutôt eu tendance à battre le CAC 40, même en prenant en compte les dividendes. Mais ce résultat serait inversé si la période étudiée passe à 10 ans ou 30 ans.

Du côté des 15% de Français actionnaires, 22% d'entre eux possèdent des actions de sociétés non cotées, 53% détiennent des parts d'entreprises du CAC 40 et 43% ont des actions de groupes cotés hors CAC 40. Parmi ceux qui sont prêts à investir (19% de l'échantillon donc), ils souhaiteraient avant tout investir dans un secteur porteur comme les valeurs technologiques ou les biotechs (47% d'entre eux), dans une entreprise qui inspire confiance du fait de son histoire (44%) ou dans une entreprise qu'ils connaissent personnellement (34%). D'ailleurs, ils sont nombreux à envisager d'investir, dans le cadre de la privatisation d'une partie des actions détenues par l'Etat, dans la Française des Jeux (33%), Aéroports de Paris (25%) et Engie (23%). Des biais comportementaux assez classiques mais qui sont rarement synonymes de bons placements. En Bourse, il vaut généralement mieux agir sans affect et avec une stratégie claire que miser sur des entreprises qu'on apprécie par ailleurs pour des raisons qui n'ont rien à voir avec leurs performances financières.

*Sondage "Rendez-vous de l’Argent" Odoxa-LinXea-Les Echos, réalisé du 20 au 21 février 2019 auprès d'un échantillon de 1004 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération).

Jean-Louis Dell'Oro - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.20 % vs +1.71 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat