Bourse > Wendel > Wendel : Lemoine s'en va, les orientations stratégiques confirmées
WENDELWENDEL MF - FR0000121204 MF - FR0000121204   SRD PEA PEA-PME
140.100 € +0.61 % Temps réel Euronext Paris
139.000 €Ouverture : +0.79 %Perf Ouverture : 140.150 €+ Haut : 138.700 €+ Bas :
139.250 €Clôture veille : 13 683Volume : +0.03 %Capi échangé : 6 480 M€Capi. :

Wendel : Lemoine s'en va, les orientations stratégiques confirmées

tradingsat

PARIS (Reuters) - Wendel a annoncé jeudi le départ fin décembre de son président du directoire Frédéric Lemoine, la société d'investissement confirmant cependant ses nouvelles orientations stratégiques.

Depuis sa nomination en avril 2009, Frédéric Lemoine a été l'artisan du redressement de Wendel, très fragilisé sous le règne de son prédécesseur, Jean-Bernard Lafonta, qui avait massivement investi dans le capital de Saint-Gobain juste avant la crise financière de 2008.

Wendel a "chaleureusement" remercié Frédéric Lemoine et souligné que sous sa présidence, pendant près de neuf ans et dans une période "particulièrement mouvementée de son histoire", le groupe avait "retrouvé une situation financière équilibrée (...) et continué de développer ses sociétés avec de nombreuses opérations créatrices de valeur".

Au cours de son mandat, Frédéric Lemoine, diplômé d'HEC et de l'ENA, a soldé l'essentiel de la participation dans Saint-Gobain, dont Wendel ne détient plus que 2,5% (au 30 juin dernier) et a procédé à une vaste rotation de son portefeuille d'actifs.

De 2013 à 2016, Wendel a investi plus de deux milliards d’euros dans de nouvelles entreprises, dont une fraction importante dans de nouvelles régions du globe et dans des sociétés leaders dans leur métier : notamment Constantia Flexibles, IHS en Afrique et Allied Universal aux États-Unis.

Signe que le départ de Frédéric Lemoine semble relativement consensuel, il continuera de représenter Wendel au conseil de Saint-Gobain jusqu'en 2020, date de la fin de son mandat d'administrateur.

Les objectifs du groupe ne sont pas remis en cause et Wendel prévoit toujours d'investir jusqu'à quatre milliards d’euros de 2017 à 2020, de constituer un portefeuille avec environ 50% d’actifs non cotés et un taux de retour moyen aux actionnaires à deux chiffres.

"Le conseil (de surveillance) - en accord avec Frédéric Lemoine (...) - a estimé qu'il convenait de renouveler la gouvernance exécutive du groupe pour aborder cette nouvelle étape", a souligné Wendel dans un communiqué.

UN VASTE CARNET D'ADRESSES

Rien n'a filtré à ce stade sur l'avenir de Frédéric Lemoine, un ancien inspecteur des finances qui dispose d'un vaste carnet d'adresses, aussi bien dans le monde des affaires que dans la sphère politique.

Son parcours l'a amené notamment à la direction financière de CapGemini entre 1997 et 2002, date à laquelle il sera nommé secrétaire-adjoint de l'Elysée sous la présidence de Jacques Chirac, avant de rejoindre le cabinet McKinsey puis de prendre la présidence du conseil de surveillance d'Areva de mars 2005 jusqu'à son arrivée chez Wendel.

Le départ de Frédéric Lemoine, même bien géré, suscite l'inquiétude des investisseurs qui s'interrogent sur le profil de son successeur. Celui-ci devrait être recruté à l'extérieur, ne pas faire partie de la famille Wendel et être très expérimenté.

A 10h47, le titre Wendel perdait ainsi 6,99% à 125,7 euros, accusant la plus forte baisse du SBF 120 (+0,24%).

Wendel s'est borné pour le moment à déclarer que le nom du futur président du directoire sera annoncé "en temps utile", ajoutant que le numéro 2 du groupe, Bernard Gautier, conservera ses fonctions de membre du directoire à ses côtés.

Le groupe a par ailleurs annoncé jeudi un actif net réévalué à 165,8 euros par action au 25 août, en progression de 13,7% sur douze mois.

Son résultat net des activités part du groupe a dans le même temps progressé de 2,4% au premier semestre, son résultat net part du groupe s'est établi à 31,3 millions (contre -425 millions au premier semestre 2016) et son chiffre d'affaires à 4.168 millions (+10,0%).

Après avoir racheté 0,6% de son capital depuis le début de l'année, Wendel prévoit une reprise des rachats d'actions dès le 11 septembre.

(Benjamin Mallet et Jean-Michel Bélot, édité par Gilles Guillaume)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...