Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

VIVENDI

VIV - FR0000127771 SRD PEA PEA-PME
11.750 € +1.47 % Temps réel Euronext Paris

Vivendi : Vivendi, plus forte baisse du cac 40 après le rachat de gvt

lundi 16 novembre 2009 à 12h34
BFM Bourse

PARIS (Reuters) - Vivendi accuse la plus forte baisse du CAC 40 lundi en Bourse de Paris après l'annonce inattendue vendredi du rachat à un prix jugé élevé de l'opérateur télécoms brésilien GVT, qui était également convoité par Telefonica.

Vers 12h20, le titre perdait 1,6% à 19,4850 euros, dans des échanges animés (5,1 millions de pièces, soit plus de 86% de son volume moyen quotidien au cours de 90 derniers jours).

A ce stade, l'indice CAC 40 progressait de 0,85% et l'indice DJ Stoxx des medias en Europe prenait 0,09%.

Vivendi a annoncé avoir emporté la bataille pour le rachat de GVT pour un prix total de 2,8 milliards d'euros, supérieur d'un tiers à son offre initiale. Le groupe a également lancé une OPA sur le solde du capital à 56 reals par action.

Au-delà du prix, les analystes sont partagés quant à l'opportunité stratégique de cette opération, certains mettant en avant la fragilisation du bilan financier du groupe, tandis que d'autres estiment que ce rachat relance le potentiel de croissance de la société française de médias et de télécoms.

"C'est un deal cher, mais nécessaire. Il permet à Vivendi d'améliorer son profil de croissance et de se renforcer dans les télécoms", déclare Stéphane Beyazian, de Raymond James.

Cet analyste s'attendait à ce que le titre baisse plus fortement au regard de la surprise du marché face à l'augmentation de 800 millions d'euros du prix offert. Mais il juge que l'opération sera relutive d'environ 2% dès 2011.

En revanche, Natixis Securities et Bernstein estiment que l'opération aura des conséquences négatives pour Vivendi.

"Nous n'avons jamais été fans de l'offre de Vivendi", déclarent les analystes de Bernstein dans une note de recherche, soulignant l'absence de synergies et d'intérêt stratégique.

Ils estiment que les efforts de rigueur financière du groupe semblent s'être relâchés et qu'à moyen terme, Vivendi pourrait bien être entraîné sur le marché brésilien très concurrentiel du téléphone mobile afin de protéger son opérateur fixe.

"Cette annonce spectaculaire, qui va à l'encontre de notre scénario (Telefonica faisait figure de favori), fragilise le discours du groupe d'une discipline financière forte", écrit de son côté Natixis Securities dans une note intitulée: "Vivendi, gagnant sur GVT, mais perdant sur tout le reste."

"Regagner le crédit perdu s'avèrera long", estime le broker qui est passé d'"achat" à "renforcer" sur Vivendi malgré "la piteuse performance boursière du titre" depuis le début de 2009.

Après avoir cédé 26% en 2008, Vivendi a encore reculé de 16% depuis le début de l'année pendant que le CAC reprenait 19%.

Les analystes estiment en outre que ce rachat rend plus probable la cession de sa part de 20% dans NBC Universal, dont la valeur totale est estimée par le marché à 24 milliards d'euros.

Juliette Rouillon, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2009 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur VIVENDI en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +44.72 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat