Bourse > Vinci > Vinci : Bryan Garnier reste acheteur et vise 45 euros
VINCIVINCI DG - FR0000125486DG - FR0000125486
78.100 € +0.71 % Temps réel Euronext Paris
77.550 €Ouverture : +0.71 %Perf Ouverture : 78.250 €+ Haut : 77.410 €+ Bas :
77.550 €Clôture veille : 1 896 700Volume : +0.32 %Capi échangé : 46 107 M€Capi. :

Vinci : Bryan Garnier reste acheteur et vise 45 euros

tradingsat

(CercleFinance.com) - Bien que la réaction du marché aux résultats 2012 et surtout aux perspectives 2013 fournies par le groupe de BTP et de concessions Vinci, les analystes de Bryan, Garnier & Co. confirment ce matin leur jugement positif sur le titre. Leur conseil d'“achat” est ainsi confirmé, ainsi qu'une valeur d'équilibre de 45 euros. Ce midi, l'action Vinci reculait de 3% à 35,5 euros, soit la plus forte baisse du CAC 40.

Si les comptes publiés au titre de 2012 étaient en ligne avec les attentes moyennes du marché, voire légèrement supérieurs, aux prévisions. En revanche, les éléments prospectifs fournis se caractérisent par une grande prudence dictée notamment par le contexte macroéconomique. Le dividende 2012 reste stable à 1,77 euro, et les ventes 2013 sont attendues stables hors acquisitions (dont ANA, l'opérateur aérportuaire portuguais).

Mais le carnet de commandes du BTP continue de reculer depuis son sommet du 1er semestre 2012. “Un ralentissement des prises de commandes ne peut être exclu, sous l'effet de la politique de sélectivité du groupe privilégiant les marges sur les volumes”, pronostique le groupe.

Enfin, du côté des Autoroutes, nerf de la guerre chez Vinci, “les perspectives d'évolution du trafic des concessions de Vinci Autoroutes (...) sont incertaines à ce stade et pourraient conduire à une nouvelle baisse du trafic de l'ordre de celle enregistrée en 2012”, soit - 1,7% à réseau stable. Précision importante car la branche Autouroutes, si elle ne concentrait que 11,5% des ventes 2012, contribuait à elle seule à 55% du “résultat opérationnel sur activité” du groupe.

Les analystes de Bryan Garnier soulignent que le groupe attend un CA stable en 2013 (hors acquisitions) 'dans un contexte difficile'. Ils s'étonnent que l'acquisition d'ANA, une opération toute récente de taille importante (prix payé : 3 milliards d'euros, pour un peu plus de 600 millions de CA 2012 et 270 millions d'excédent brut d'exploitation), n'ait fait l'objet d'aucun commentaire. Mais l'accord ne semble pas encore signé.

Bryan Garnier souligne aussi l'absence d'indication pour les marges, et le fait que 'le carnet de commandes du groupe a reculé de 5% depuis le 30 septembre, ce qui pourrait susciter les inquiétudes des investisseurs'. Mais ils l'attribuent à la sélectivité dont la direction sait faire preuve. Bref, le bureau d'études reste à l'achat sur la valeur, leur valeur d'équilibre se situant à 45 euros.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...