Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

UNIBAIL-RODAMCO-WESTFIELD

URW - FR0013326246 SRD PEA PEA-PME
65.160 € -1.51 %

Unibail-rodamco-westfield : La direction d'Unibail-Rodamco-Westfield essuie un complet désaveu avec le rejet du plan Reset

mardi 10 novembre 2020 à 10h40
Les actionnaires d'URW votent contre l'augmentation de capital

(BFM Bourse) - Le groupement d'actionnaires emmené par l'ancien PDG Léon Bressler, Xavier Niel et Susana Gallardo prend l'avantage dans le bras de fer face à l'actuelle direction du groupe. La question de la gouvernance future du groupe est posée, alors qu'une majorité d'actionnaires a rejeté le projet d'augmentation de capital présenté par le président Christophe Cuvillier.

Le camouflet est violent pour la direction actuelle d'Unibail-Rodamco-Westfield (URW). Celle-ci a en effet annoncé mardi matin n'avoir pas obtenu un soutien suffisant de la part des actionnaires pour procéder à l'augmentation de capital annoncée fin septembre dernier - et très mal accueillie par le marché. Un groupement d'actionnaires minoritaires composé de l'entrepreneur Xavier Niel (fondateur et PDG d'Iliad), de l'ancien patron du groupe Léon Bressler et de Susana Gallardo (femme d'affaires catalane, héritière des laboratoires Allmirall), s'oppose depuis plusieurs semaines à cette opération.

"Nous prenons acte des votes des actionnaires exprimés en vue de l'assemblée générale du 10 novembre, et notamment concernant l'augmentation de capital proposée, qui n'a pas recueilli les deux tiers des votes requis", a regretté le président du directoire Christophe Cuvillier, dans un communiqué qui annonce également l'entrée au conseil de surveillance de MM. Bressler et Niel.

Selon les résultats définitifs, la résolution autorisant le conseil d'administration à lancer une augmentation de capital n'a recueilli que 61,62% d'avis favorables, soit moins que la majorité des deux tiers requise. Inversement, les nominations de Léon Bressler et Xavier Niel ont pour leur part été approuvées respectivement à 63,26% et 60,99%.

Une stratégie jugée "désastreuse"

Le consortium d'opposants qui détient un peu plus de 5% du groupe était sorti du bois le 15 octobre, jugeant "désastreuse" la stratégie de l'actuelle direction, et mettant sur la table un contre-projet stratégique baptisé "Refocus". Celui-ci prévoit notamment que le géant des centres commerciaux cède ses actifs américains (Westfield), acquis lors d'une opération à plus de 20 milliards d'euros il y a de cela deux ans.

De son côté, URW justifiait ce renforcement du bilan par sa volonté de préserver la solidité financière du groupe. Mais celle-ci allait mécaniquement réduire sa valeur pour les actionnaires actuels, regrettait les opposants. Rapportée à la capitalisation boursière, cette augmentation de capital représente "une dilution de l’ordre de 70%, donc ce renforcement du bilan se fait sur le dos des actionnaires", soulignait dès septembre Aurélien Hotton, gérant senior chez Swiss Life Banque Privée, interrogé par Guillaume Sommerer dans l'émission BFM Bourse.

URW doit désormais "modifier sa gouvernance" selon son ancien patron

Le consortium d'opposants a d'ailleurs été félicité par Guillaume Poitrinal, ex-PDG d'Unibail-Rodamco (2005-2013, soit la jonction entre la période Bressler et la période Cuvillier): "Le directoire d’Unibail annonce le rejet par les actionnaires du projet Reset (qui incluait par ailleurs 4 milliards d'euros de cessions d'actifs et une limitation des dividendes, NDLR) et de l’augmentation de capital. Bressler, Gallardo et Niel sont élus au conseil. URW doit désormais changer de stratégie et modifier sa gouvernance. Immense soulagement. Bravo à l’équipe Refocus" a ainsi tweeté celui qui fut en son temps le plus jeune dirigeant d'une société du CAC 40. Malgré l'affront subi, l'actuelle direction affiche néanmoins sa volonté de garder les rênes.

"Si la critique est bienvenue", l'opération menée par les opposants à la direction "n'est pas ma conception du dialogue actionnarial", a déploré Christophe Cuvillier mardi en ouvrant l'assemblée générale des actionnaires. Il a affirmé qu'il allait tout mettre en œuvre pour "faire face aux vents contraires". Il a également tenu à souligner que les votes des actionnaires ne sont "pas une validation du plan des activistes, c'est une incitation à ne pas faire l'augmentation de capital mais également à continuer à travailler en toute sérénité".

Plus tôt, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes, il avait indiqué que la direction devrait "mettre en œuvre les autres volets du plan +Reset+, à savoir les 4 milliards d'euros de cessions d'actifs, 1 milliard d'économie sur le dividende en numéraire et 800 millions de réduction des dépenses d'investissements". "Les 4 milliards d'euros de cessions que nous nous sommes engagés à réaliser d'ici fin 2021 ne concernent que les actifs européens", a souligné le président du directoire.

L'annonce du refus par les actionnaires de cette augmentation de capital propulse le titre URW à un sommet depuis mi-juin, avec un bond de 32,7% à 56,74 euros, au lendemain d'une envolée de 24,3% à mettre sur le compte de l'annonce du vaccin de Pfizer qui a provoqué une spectaculaire rotation sectorielle. En dépit de ses deux flambées successives, l'action du géant des centres commerciaux cède toujours près de 60% depuis le 1er janvier. Celle-ci affiche en outre une décote de 68% par rapport à la valeur de son actif net réévalué de reconstitution, en amélioration cependant par rapport à mi-septembre dernier (où cette décote atteignait 85%).

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur UNIBAIL-RODAMCO-WESTFIELD en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+320.30 % vs +16.33 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat