Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

TOUR EIFFEL

EIFF - FR0000036816 SRD PEA PEA-PME
28.900 € -3.34 % Temps réel Euronext Paris

Tour eiffel : Tour eiffel renégocie sa dette, cherche partenaire

jeudi 25 novembre 2010 à 17h11
BFM Bourse

par Juliette Rouillon

PARIS (Reuters) - La Société de la Tour Eiffel est toujours en quête d'un partenaire pour un rapprochement ou pour reprendre sa stratégie de croissance, ont annoncé jeudi le président et le directeur général de la foncière.

La société spécialisée dans les bureaux et les parcs d'affaires n'a toutefois trouvé aucun candidat pour le moment, dans un marché qui reste difficile, ont déclaré Mark Inch et Robert Waterland lors d'une interview dans le cadre du Forum Reuters de l'immobilier coté organisé du 23 au 26 novembre à Paris.

"C'est un peu le calme plat, malheureusement, mais c'est la même chose pour tout le monde", a précisé le directeur général de l'ex-société de gestion de la tour Eiffel, reprise en 2003 par Awon Group, soutenu par le fonds Soros Real-Estate Investors.

"On a essayé, on continue d'essayer", a ajouté son président. "C'est juste un peu décevant de ne pas avoir encore joué le rôle de consolidateur que beaucoup espéraient."

Tour Eiffel continue également de négocier un élargissement du tour de table de ses banques créancières et le rallongement de la maturité de sa dette de 653 millions d'euros, dont 550 millions arrivent à échéance en 2013, a poursuivi Mark Inch.

Il estime toutefois préférable de conduire progressivement ces renégociations sur les deux années à venir étant donné les conditions actuelles du financement bancaire.

"On négocie, on prépare le fractionnement et l'étalement, en choisissant le moment, au fur et à mesure des opportunités", a-t-il dit. "Mes actionnaires soutiennent le modèle avec le niveau d'endettement où je suis et avec la stratégie de rallongement de la maturité de cette dette."

De même, Tour Eiffel, qui a connu une croissance très rapide de 2003 au point haut de 2007, n'est pas dans l'absolue nécessité de ramener son ratio d'endettement LTV (loan-to-value) vers la norme de 50%, selon son directeur général.

"Psychologiquement, on serait plus confortable à 50-55%, mais fondamentalement, c'est une bêtise", a déclaré Robert Waterland.

POTENTIEL DE CROISSANCE ORGANIQUE

Tour Eiffel devrait dégager un cash flow libre par action de l'ordre de six euros en 2010 et distribuer un dividende de quatre euros par action, a rappelé le dirigeant.

Au-delà, le groupe dispose d'un potentiel de croissance organique sur l'ensemble du patrimoine propre à générer entre 20 et 25 millions d'euros de loyers sur deux sites, a ajouté Mark Inch.

Robert Waterland estime de son côté que le marché n'est pas encore sorti de sa paralysie, hormis les actifs très sécurisés dans le centre de Paris, dit actifs "prime", mais il observe néanmoins quelques "frémissements".

"On peut dire que le marché s'ouvre un peu vers les opérations un peu moins classiques, un peu moins 'core', mais je pense qu'il n'y a pas de tendance claire pour l'instant", a-t-il ajouté.

A 16h50, le titre Tour Eiffel gagne 1,33% à 56,24 euros, soit une capitalisation de 315 millions d'euros, pour un patrimoine de plus d'un milliard d'euros. Le titre a pris 15,6% depuis le début de l'année.

Avec Gilles Guillaume, édité par Matthieu Protard

Copyright © 2010 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur TOUR EIFFEL en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.20 % vs +11.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat