Bourse > Tf1 > Tf1 : TF1 recule en Bourse, prévoit un marché publicitaire stable
TF1TF1 TFI - FR0000054900TFI - FR0000054900
10.990 € +0.14 % Temps réel Euronext Paris
10.970 €Ouverture : +0.18 %Perf Ouverture : 11.030 €+ Haut : 10.755 €+ Bas :
10.975 €Clôture veille : 176 010Volume : +0.08 %Capi échangé : 2 301 M€Capi. :

Tf1 : TF1 recule en Bourse, prévoit un marché publicitaire stable

Le CA et les recettes publicitaires de TF1 en baisseLe CA et les recettes publicitaires de TF1 en baisse

PARIS (Reuters) - TF1 cède du terrain en Bourse jeudi matin après ses prévisions pour le marché publicitaire télévisuel en 2016 jugées peu rassurantes par des analystes.

Le premier groupe privé de télévision en France, filiale de Bouygues, a dit prévoir une stabilité du marché net de la publicité télévisuelle en France en 2016.

En 2015, TF1 a vu son chiffre d'affaires diminuer de 4,2% à 2,004 milliards d'euros alors que les revenus publicitaires de ses chaînes gratuites ont reculé de 1,4% à 1,55 milliard d'euros. Le résultat opérationnel est ressorti à 141,2 millions d'euros et le résultat net à 103,3 millions.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros, un résultat opérationnel de 132 millions d'euros et un résultat net de 92 millions, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Mais le résultat opérationnel a été soutenu de façon temporaire par la vente de OneCast, comme le souligne Kepler Chevreux.

A 10h45, le titre cède 3,77% à 9,587 euros dans des volumes soutenus à 70% de leur moyenne quotidienne sur les trois derniers mois sur Euronext, contre un indice SBF 120 en hausse de 0,06% dans des volumes à 21,3% de leur moyenne quotidienne.

Autre motif de déception pour les investisseurs, le dividende proposé par TF1 est de 0,80 euro, dont 0,52 euro à la suite de la cession définitive de sa filiale Eurosport International, en deçà du consensus, selon Exane BNP Paribas.

GILLES PÉLISSON NE DEVRAIT PAS CHANGER DE CAP

Gilles Pélisson, ancien PDG d'Accor, prend ainsi les rênes de TF1 dans un contexte tendu: outre le marché publicitaire morose, la concurrence a explosé avec bientôt 26 chaînes gratuites et des téléspectateurs de moins en moins fidèles à leur poste de télévision.

Si TF1 a continué de rafler l'an dernier 99 des 100 meilleures audiences, sa part d'audience s'est encore érodée pour tomber à un plus bas historique à 21,4% contre 22,9% en 2014.

Sous la houlette de Nonce Paolini, aux manettes depuis 2007, la filiale de Bouygues a riposté en étendant sa présence sur la télévision gratuite à quatre chaînes - bientôt 5 avec LCI - tout en réduisant rigoureusement ses coûts.

TF1 n'a toutefois pas encore convaincu sur sa stratégie dans le numérique tandis que son incapacité à tirer profit d'une trésorerie généreuse atteignant 700,8 millions d'euros l'an dernier a déçu, même si le groupe a réussi récemment à mettre la main sur le groupe Newen, producteur du programme à succès "Plus Belle La Vie".

Cette opération devrait avoir un impact de l'ordre de 300 millions d'euros sur la dette du groupe au 31 mars 2016.

Les spécialistes du secteur ne s'attendent pas à un changement de cap majeur avec l'arrivée de Gilles Pélisson, administrateur de TF1 depuis 2009 et réputé proche de Martin Bouygues, PDG de la maison mère.

Gilles Pélisson, qui a précédemment dirigé Euro Disney et Bouygues Telecom, n'a jamais occupé de fonction exécutive dans un groupe audiovisuel.

Le concurrent M6 publiera ses résultats annuels mardi prochain.

(Joseph Sotinel, avec Gwénaelle Barzic, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...