Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

STELLANTIS

STLA - NL00150001Q9 SRD PEA PEA-PME
18.980 € -0.11 % Temps réel Euronext Paris

Stellantis : Peugeot et mitsubishi discutent d'un rapprochement

jeudi 3 décembre 2009 à 12h36
BFM Bourse

par Chang-Ran Kim

TOKYO/PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a engagé avec Mitsubishi Motors des discussions qui pourraient le conduire à prendre la moitié du capital du constructeur japonais, afin de renforcer leurs liens pour affronter la mutation annoncée du marché automobile mondial après une crise douloureuse.

L'action PSA a effacé ses gains initiaux et avançait de 0,2% en fin de matinée à la Bourse de Paris, alors que l'indice CAC 40 prenait près de 1% et que l'indice du secteur automobile européen s'adjugeait 1,9%.

A Tokyo, le titre Mitsubishi a bondi de plus de 13% après la confirmation des pourparlers par les deux groupes.

Le quotidien économique Nikkei avait auparavant rapporté que PSA pourrait acquérir 30% à 50% du capital de Mitsubishi, un investissement potentiel de 2,3 milliards d'euros environ.

"Il est vrai que nous discutons de plusieurs possibilités et une fusion fait partie de ces possibilités", a déclaré un porte-parole du japonais. De son côté, PSA a dit avoir entamé des négociations sur "la possibilité d'étendre (notre) relation, qui pourrait conduire à un partenariat stratégique".

Une source au fait du dossier a confirmé à Reuters l'engagement des négociations, ajoutant que les détails et le montant de la participation de PSA restaient à définir.

Selon le Nikkei, la direction de Mitsubishi est prête à laisser le français prendre la moitié du capital du groupe si les conditions sont acceptables.

Guillaume Angué, analyste de CM-CIC, estime dans une note qu'une telle alliance aurait du sens du point de vue industriel et permettrait à PSA de résoudre son problème de taille, quand bien même elle verrait le jour un peu tôt en terme de cycle.

COMPLÉMENTARITÉ

Plusieurs analystes notent aussi qu'un rapprochement permettrait au numéro deux français du secteur d'accélérer sa diversification géographique: Peugeot et Citroën réalisent encore aujourd'hui deux tiers de leurs ventes en Europe et sont absents d'Amérique du Nord, où Mitsubishi réalise plus de 10% de son activité.

L'opération constituerait la première grande initiative stratégique initiée par Philippe Varin, président du directoire de PSA depuis le 1er juin après l'éviction de Christian Streiff.

Peu de temps après sa prise de fonction, Philippe Varin avait prôné une plus grande internationalisation du groupe, selon lui trop centré sur l'Europe et pas assez ouvert aux marchés asiatiques, et notamment à la Chine.

Le mois dernier, il a annoncé un plan de 3,3 milliards d'euros sur trois ans destiné à redresser la rentabilité du groupe, avec à la clé le lancement de nombreux modèles et la suppression de 6.000 postes en France par le non remplacement des départs naturels.

La perspective d'une nouvelle alliance franco-japonaise, après celle scellée il y a dix ans entre Renault et Nissan, serait aussi bénéfique pour Mitsubishi, septième seulement des huit constructeurs automobiles nippons et dont la production a chuté de moitié en un an, à 605.000 véhicules sur les 10 premiers mois de l'année.

Le groupe avait rompu en 2005 les liens capitalistiques avec ce qui était encore DaimlerChrysler.

Christine Lagarde, la ministre française de l'Economie, a estimé qu'il fallait s'attendre à une consolidation du secteur automobile dans le monde en raison de surcapacités.

"On sait qu'il y a de la surcapacité dans le monde entier, et en cas de surcapacité, il y a de la consolidation dans l'air", a-t-elle dit sur la chaîne de télévision LCI.

Priée de réagir à l'annonce des discussions entre PSA et Mitsubishi, la ministre a jugé que c'était "une bonne chose".

"PARTENAIRE IDÉAL" POUR PSA ?

PSA et Mitsubishi sont déjà engagés dans plusieurs projets de coopération industrielle, dans la fabrication de 4x4 comme la Peugeot 4007 et le Citroën C-Crosser, dans les technologies propres et dans une coentreprise pour la construction d'une usine en Russie.

PSA et Mitsubishi ambitionnent de devenir l'un des leaders mondiaux du marché des voitures électriques, dont Mitsubishi est l'un des rares acteurs à disposer d'ores et déjà d'un modèle fabriqué à grande échelle, l'i-Miev. Celle-ci sera commercialisée en Europe fin 2010 sous les noms Peugeot Ion et Citroën C-Zéro.

"Pour Mitsubishi Motors, Peugeot serait le partenaire idéal", estime Yasuaki Iwamoto, analyste d'Okasan Securities, à Tokyo.

"Mitsubishi aurait du mal à supporter seul les coûts de R&D (recherche et développement) dans les technologies propres et, si l'on considère l'ensemble du secteur automobile mondial, il n'y a pas beaucoup de partenaires possibles."

Le groupe français, huitième constructeur mondial en terme de ventes, a aussi noué des partenariats avec BMW (dans les moteurs), avec Fiat (dans les utilitaires), avec Toyota (usine commune) ou encore avec Renault (moteurs).

Mitsubishi pourrait également prendre une participation dans PSA, à l'instar de la structure de l'alliance Renault-Nissan.

Quelles qu'en soient les modalités, une prise de participation conduirait sans doute PSA à procéder à une augmentation de capital, éventuellement réservée à son nouvel allié nippon, notent les analystes à Paris.

Avec Brenton Cordeiro à Bangalore, Matthieu Protard et Helen Massy-Beresford à Paris, version française Benoît Van Overstraeten et Marc Angrand, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2009 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur STELLANTIS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.60 % vs +43.69 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat