Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SOCIETE GENERALE

GLE - FR0000130809 SRD PEA PEA-PME
17.240 € +4.14 % Temps réel Euronext Paris

Societe generale : Rassurante sur ses fonds propres, la Société Générale poursuit sa réorganisation

vendredi 3 mai 2019 à 12h27
Société Générale avance en Bourse après sa publication trimestrielle

(BFM Bourse) - Malgré des résutlats en demi-teinte, la publication trimestrielle de Société Générale est saluée par les opérateurs, notamment en raison d'une amélioration sensible de son ratio de fonds propres dits "durs", tandis que le groupe poursuit la vaste réorganisation stratégique.

Engagé dans une vaste réorganisation après une année 2018 difficile, le groupe bancaire Société Générale a présenté des résultats peu reluisants au premier trimestre tout en assurant être bien engagé dans sa transformation et dans le renforcement de son capital. Sur les trois premiers mois de l'année, la banque au logo rouge et noir a dégagé un bénéfice net en repli d'environ 26% et un produit net bancaire, qui fait peu ou prou office de chiffre d'affaires, en baisse de 1,6%.

À la Bourse de Paris, ces résultats semblaient toutefois bien accueillis par les investisseurs. De fait, vers 11h45, le titre Société Générale dominait le palmarès du CAC 40 avec un gain de 3,3% à 29,32 euros, dans un volume d'échanges relativement nourri -correspondant à près de 0,5% du tour de table- dans un marché parisien qui tente un léger rebond (+0,3%) après le net repli de la veille.

De façon générale, le groupe a présenté une copie "positive en ce qui concerne le capital", ont estimé les analystes de Jefferies dans une note. "Cette performance devrait clore le débat concernant le niveau de capital de Société Générale", ont ajouté ces analystes. Des interrogations avaient en effet émergé après la publication l'an passé du résultat d'un test européen de résistance bancaire, dit "stress test", à l'issue duquel Société Générale avait affiché des performances en demi-teinte en comparaison des autres banques françaises.

Une assise financière renforcée

À l'issue du premier trimestre, la "Générale" se félicite d'un renforcement de son assise financière. Son ratio de fonds propres "durs", indicateur clé de mesure de la solidité bancaire, pointait fin mars à 11,7% contre 11,2% fin 2018. Cet indicateur est appelé à s'améliorer encore : après avoir multiplié les cessions ces derniers mois, le groupe a annoncé ce vendredi la vente de sa filiale SKB en Slovénie, et a confirmé son objectif d'atteindre un ratio de fonds propres durs de 12% "le plus rapidement possible".

Reste que du point de vue de l'exploitation proprement dite, la banque a rendu au premier trimestre une copie très contrastée. Alors, certes, le géant français a été pénalisé par plusieurs effets exceptionnels négatifs, mais l'activité bancaire a elle aussi connu des difficultés. La banque de détail en France a notamment continué à souffrir de l'environnement de taux d'intérêt très bas qui complique la tâche de faire fructifier l'argent en dépit d'une dynamique commerciale qualifiée de "soutenue". Le groupe anticipe "une amélioration progressive de la tendance", mais table encore pour cette année sur une baisse du produit net bancaire comprise entre 0% et -1%.

Quant aux activités d'investissement sur les marchés, que la banque compte remanier en profondeur, celles-ci ont aussi été pénalisées par un contexte décrit comme "toujours difficile". Les recettes tirées du négoce de produits de taux, crédit, change et matières premières se sont ainsi amoindries de 15%, sous l'effet d'une faible volatilité sur les taux en Europe et d'une activité cliente atone. Le négoce des actions a lui vu ses revenus baisser de plus de 5%.

Réorganisation au pas de charge

La banque assure pour sa part qu'"au global, les performances des métiers sur le trimestre sont résilientes dans un environnement qui reste défavorable aux banques européennes". Elle insiste notamment sur la forte dynamique de ses services financiers et de sa banque de détail à l'international, de ses activités de conseil financier aux grandes entreprises ou encore de l'assurance. Elle se dit par ailleurs bien engagé dans son plan de restructuration.

Engagée de longue date dans une vaste réorganisation, la Société Générale a été contrainte de dégainer de nouvelles mesures d'économies ces dernières semaines, après une année 2018 difficile notamment sur les activités de marché. Le groupe prévoit ainsi de supprimer 1.600 postes supplémentaires ces prochains mois, dont une large partie dans sa division de financement et d'investissement. Rien qu'en France, 750 suppressions de postes sont prévues, dont la mise en oeuvre débutera au troisième trimestre.

Ce plan va par ailleurs laisser une marque sur les comptes: sa mise en oeuvre devrait se traduire par une facture de 250 à 300 millions d'euros cette année, selon les prévisions du groupe. Au total, sur la période 2015-2020, la banque a annoncé la suppression de près de 3.500 postes, la fermeture de 500 agences, un plan d'économies de 1,6 milliard d'euros.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SOCIETE GENERALE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+328.70 % vs +11.81 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat