Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SOCIETE GENERALE

GLE - FR0000130809 SRD PEA PEA-PME
17.334 € -2.41 % Temps réel Euronext Paris

Societe generale : "sans pertes cachées, la valorisation est un non sens"

mercredi 29 octobre 2008 à 17h53

(BFM Bourse) - Le cours de l'action Société Générale continue d'afficher une volatilité extrême. Après une chute de plus de 26% en trois séances, le titre a rebondi mercredi de 8,3%, non sans avoir encore brièvement chuté ce matin de 14,5% à un plus bas depuis dix ans.

Dans un marché obnubilé par le profil de risque des établissements bancaires, le statut de leader de Société Générale dans les dérivés actions et produits structurés est pénalisant.

« Société Générale apparaît un peu comme le seul établissement bancaire français à ne pas avoir vraiment changé de cap stratégique. Ils sont dans une logique de prise de part de marché sur le marché des dérivés actions et produits structurés », explique François Chaulet, gérant au sein de Montségur Finance. « Par comparaison, BNP Paribas s'est renforcé dans la banque de détail avec Fortis, tandis que Crédit Agricole a sérieusement restreint les activités de sa filiale Calyon sous la pression des caisses régionales », précise-t-il.

« Ce qui peut être gênant, pour un actionnaire de la Société Générale, c'est d'imaginer qu'à l'intérieur des salles de marché de la banque, des traders continuent à réaliser des opérations risquées pour compte propre », poursuit François Chaulet. Pourtant, les opérations d'arbitrages sont réalisées dans le cadre de modèles mathématiques, basés sur la VAR (Value at Risk), qui permettent normalement d'évaluer le risque de marché, et donc de prévenir les pertes. « Sauf que les conditions actuelles sont totalement extraordinaires. Une volatilité aussi élevée sur les marchés, un problème de liquidité ou une situation de corner comme sur l'action Volkswagen sont difficilement intégrables dans les modèles », explique le gérant. Le titre Volkswagen est passé de 200 à 1000 euros en quelques séances, porté par des rachats massifs de ventes à découvert. Pour François Chaulet, la perte totale des opérations perdantes sur l'action du constructeur automobile pourrait avoisiner une dizaine de milliards d'euros. La Société Générale est-elle impliquée ?

La banque a répondu mercredi matin : « Société Générale n'a pas de position ouverte sur Volkswagen », a déclaré une porte-parole. « Pas » ou « plus » ? La nuance est importante. Cela étant, souligne François Chaulet, « s'il s'avère qu'il n'y a pas de pertes cachées, alors le cours de 32 euros d'aujourd'hui est un non sens ». Le gérant rappelle que l'augmentation de capital du début d'année s'était effectuée au prix de 47,5 euros. « La banque capitalise aujourd'hui 21 milliards d'euros, soit seulement quatre fois ce qui a été injecté il y a huit mois ».

©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SOCIETE GENERALE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+327.20 % vs +12.89 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat