Bourse > Societe generale > Societe generale : Les valeurs bancaires à la fête avant les prochaines échéances
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
48.015 € +0.87 % Temps réel Euronext Paris
47.770 €Ouverture : +0.51 %Perf Ouverture : 48.400 €+ Haut : 47.365 €+ Bas :
47.600 €Clôture veille : 1 970 620Volume : +0.24 %Capi échangé : 38 782 M€Capi. :

Societe generale : Les valeurs bancaires à la fête avant les prochaines échéances

Les valeurs bancaires à la fête avant les prochaines échéancesLes valeurs bancaires à la fête avant les prochaines échéances

(Tradingsat.com) - Les valeurs bancaires continuaient à faire la course en tête vendredi en fin d'après-midi, au lendemain du nouveau choc de confiance provoqué par Mario Draghi, le président de la BCE, en présentant son mécanisme élaboré pour contenir les taux souverains des pays en difficulté.

Vers 16h45, l'action Société Générale bondissait en effet de 7,2% en tête du CAC 40 à 24,6 euros, suivie par Crédit Agricole (+7,1%), BNP Paribas gagnant également un terrain important (+2,9%). Trois valeurs que les analystes de Natixis conseillaient ce matin de jouer pour profiter du rebond en cours "lié à des considérations macroéconomiques".

En sortant l'artillerie lourde avec son nouveau programme baptisé « OMT » Outright Monetary Transactions » visant à acheter dans des quantités illimitées sur le marché secondaire la dette souveraine court terme (jusqu'à 3 ans) des pays de la zone Euro, la Banque Centrale Européenne a ramené la sérénité sur le secteur financier... au moins jusqu'au prochain rendez-vous crucial du mois de septembre.

La cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe votera en effet mercredi prochain (12 septembre) sur la légalité du dispositif de sauvetage permanent de la zone euro (Mécanisme européen de sécurité, MES) et d'un pacte de discipline budgétaire.

Les analystes de Natixis font toutefois remarquer aujourd'hui que "l'intervention de la BCE, dans le cadre du OMT, ne concernera que les pays ayant fait appel au FESF/MES, impliquant de fait des mesures d'ajustements macroéconomiques". Le broker estime ainsi qu'il n'est pas certain que la BCE intervienne à court terme.

Pendant que la BCE présentait hier son éventail de mesures, Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, qui accueillait la chancelière allemande Angela Merkel à Madrid, a d'ailleurs assuré qu'il n'avait pas formulé de demande d'aide financière auprès de l'Union Européenne.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI