Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SANOFI

SAN - FR0000120578 SRD PEA PEA-PME
90.980 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Sanofi : Sanofi-aventis veut conquérir genzyme sur un mode amical

jeudi 5 août 2010 à 17h13
Sanofi-aventis veut conquérir genzyme sur un mode amical

par Noëlle Mennella et Caroline Jacobs

PARIS (Reuters) - Sanofi-Aventis ne devrait pas s'engager dans une bataille boursière pour conquérir Genzyme car Chris Viehbacher, son directeur général, n'est pas coutumier de ce type d'offensive que le marché ne manquerait pas de sanctionner.

Il n'y a ni urgence ni nécessité pour Sanofi à réaliser à tout prix cette transaction, même si elle est pertinente, d'autant que d'autres cibles pourraient satisfaire les objectifs du sixième groupe pharmaceutique mondial, estiment des analystes.

Pour l'heure, Chris Viehbacher a convaincu son conseil d'administration, où figurent L'Oréal et Total qui sont ses plus grands actionnaires, de l'intérêt du rachat de Genzyme pour rattraper le retard pris dans les biotechnologies, un domaine sur lequel il compte pour compenser la perte des brevets de plusieurs de ses médicaments, Lovenox et Plavix en tête.

Cet ancien de GlaxoSmithKline, qui connaît aussi bien la finance que le monde de la pharmacie et les Etats-Unis, a donc été autorisé à faire une offre sur la biotech américaine.

L'aide que constitue la baisse du dollar vis-à-vis de l'euro pourrait l'inciter à réévaluer dans une fourchette de 75 à 79 dollars la proposition de 69 euros qu'il a d'ores et déjà faite.

Confrontés eux aussi à la montée des génériques, les autres grands laboratoires sont susceptibles de s'intéresser à Genzyme qui, en plus des maladies génétiques rares, est en pointe en matière de traitements innovants des maladies rénales et arthrosiques, des cancers, des transplantations ou encore de la chirurgie.

Mais il n'est pas certain que ces groupes soient nombreux à penser que le risque financier à prendre se justifie.

LE RISQUE INDUSTRIEL

Parmi les inquiétudes figurent les risques de copie qui pèsent aussi sur certains produits du portefeuille de Genzyme et surtout les interruptions de production, l'an dernier, de deux des principaux médicaments de la biotech, le Cerezyme et le Fabrazyne, en raison de problèmes de contamination de ses usines.

"Il y a de bonnes chances pour que Sanofi puisse conclure cette transaction qui a un sens pour les deux parties", commente Marc Booty, analyste chez Pictet Asset Management.

Mais, ajoute Ben Yeoh, chez Atlantic Equities, "si Chris Viehbacher ne parvient pas à convaincre la direction de Genzyme, il préfèrera jeter l'éponge plutôt que de s'engager dans une démarche hostile qui pourrait trop lui coûter".

Eric Le Berrigaud, chez Raymond James, observe de son côté que la philosophie de Chris Viehbacher, exprimée lors des acquisitions de Bipar, Chattem ou encore Shantah, est basée sur "le partenariat, avec la volonté de conserver le management et de travailler avec lui".

C'est aussi le point de vue de Delphine Le Louët, chez Lombard Odier Darier Hentsch & Cie, qui observe que "Chris Viehbacher a un excellent historique de transactions boursières sans surenchère".

"Pourquoi cela devrait-il changer?", s'interroge-t-elle en notant que "la vraie valeur de Genzyme, qui depuis un an connaît catastrophe sur catastrophe, est davantage autour des 50 dollars que des 70 dollars".

Les problèmes industriels rendent "relativement risqué" l'achat de Genzyme, relève Claude Allary, consultant chez Bionest Partners. Il estime lui aussi que, dans ce contexte, le groupe français choisira de se retirer plutôt que de batailler pour s'adjuger une société avec laquelle les synergies ne sont pas évidentes.

Pour qu'une approche amiable aboutisse, Chris Viehbacher, qui a lancé pas moins de 33 partenariats ou acquisitions depuis son arrivée à la tête de Sanofi en décembre 2008, doit donc convaincre Genzyme de former le coeur de son pôle de biotechnologie.

LES CHOIX STRATÉGIQUES

Le niveau de dette de Sanofi (6,2 milliards d'euros au 30 juin 2010) lui permet de relever son offre sur Genzyme jusqu'à 83 dollars, "mais est-ce mérité?", se demande Delphine Le Louët.

Pour elle, la réponse dépend du choix stratégique "entre 'booster' la division pharma ou se diversifier dans d'autres métiers tels que l'ophtalmologie et/ou la cosmétologie".

Eric Le Berrigaud considère qu'"en cas d'échec sur Genzyme, Sanofi ne devrait pas changer sa stratégie en matière de fusions-acquisitions, notamment en termes de taille, sauf à expliquer qu'il y a une urgence absolue à faire une transaction immédiatement".

Christopher Kummer, directeur de l'IMAA, l'institut zurichois de fusions-acquisitions, pense que Sanofi pourrait tout aussi bien concrétiser sa volonté d'enrichir son pipeline de produits en rachetant de petites sociétés, ce qui lui éviterait des batailles "avec des activistes professionnels tels que (Carl) Icahn".

Plusieurs entreprises se situent dans le cadre défini par Chris Viehbacher, qui a souvent répété qu'il visait des accords d'une valeur pouvant aller jusqu'à 20 milliards de dollars.

Parmi les cibles citées depuis quelques semaines par les analystes figurent Allergan, spécialiste de l'ophtalmologie et fabricant du célèbre antirides Botox, et la société de biotechnologie Biogen.

D'autres acteurs comme Bausch & Lomb, le spécialiste américain de la santé oculaire, sont également nommés.

Si d'ici fin septembre aucune information formelle n'est communiquée concernant Genzyme, cela signifiera que Sanofi a jeté l'éponge et regarde ailleurs, dit un expert.

A l'occasion de la publication des résultats semestriels de Sanofi, le 29 juillet, Chris Viehbacher a pris soin de souligner que les objectifs du groupe pour 2013 étaient indépendants d'éventuels rachats ou partenariats.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2010 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SANOFI en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.20 % vs +1.71 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat