Bourse > Sanofi > Sanofi : Mylan lance un générique deux fois moins cher de son EpiPen
SANOFISANOFI SAN - FR0000120578SAN - FR0000120578
81.520 € -1.51 % Temps réel Euronext Paris
82.750 €Ouverture : -1.49 %Perf Ouverture : 83.300 €+ Haut : 81.280 €+ Bas :
82.770 €Clôture veille : 2 988 090Volume : +0.24 %Capi échangé : 102 777 M€Capi. :

Sanofi : Mylan lance un générique deux fois moins cher de son EpiPen

Mylan lance un générique deux fois moins cher de son EpiPenMylan lance un générique deux fois moins cher de son EpiPen

par Ankur Banerjee

(Reuters) - Mylan a annoncé lundi qu'il lancerait prochainement une première version générique, deux fois moins chère que le prix de marque, de son traitement par auto-injection contre les allergies EpiPen, dont le prix a suscité la polémique aux Etats-Unis.

Le groupe pharmaceutique américain avait déjà annoncé la semaine dernière d'importantes remises sur l'EpiPen au lendemain des critiques d'Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison blanche, sur l'envolée de ses tarifs..

Mylan a précisé qu'il lancerait le produit générique dans un délai de "plusieurs semaines", au prix de 300 dollars au lieu de 600, dans une démarche tout à fait inhabituelle sachant que l'EpiPen est toujours sous brevet et qu'aucun traitement concurrent n'a reçu l'approbation des autorités sanitaires.

La directrice générale du groupe, Heather Brech, s'est défendue en expliquant que Mylan avait consacré des centaines de millions de dollars à l'amélioration de l'EpiPen depuis qu'il l'a racheté en 2007 à l'allemand Merck KGaA.

"Notre décision de lancer une alternative générique à l'EpiPen est une réponse commerciale exceptionnelle", a-t-elle dit lundi. "Nous avons décidé que de contourner le système des marques et de proposer une alternative était la meilleure solution."

Le laboratoire basé aux Pays-Bas a précisé qu'il continuerait à promouvoir et à vendre la marque EpiPen.

L'EpiPen est une injection d'épinéphrine (adrénaline) à utiliser en cas de grave réaction allergique, appelée anaphylaxie, qui peut être mortelle si rien n'est fait.

Les autorités sanitaires américaines ont rejeté au mois de juin un traitement concurrent du laboratoire Adamis Pharmaceuticals. Le groupe Sanofi a retiré son dispositif du marché et Teva Pharmaceutical Industries a dû retarder le lancement de sa propre version.

Mylan est la dernière en date des entreprises privées du secteur de la santé critiquées par des responsables politiques pour leurs pratiques tarifaires. Valeant avait ainsi été visé en mars par une campagne publicitaire du camp Clinton dénonçant des comportements dignes de "prédateurs".

L'action Mylan, en baisse de 20% depuis le début de l'année, dont 12% la semaine dernière, reprend 2% à 43,90 dollars lundi dans les échanges d'avant-Bourse à Wall Street.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI