Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SANOFI

SAN - FR0000120578 SRD PEA PEA-PME
81.910 € -0.91 % Temps réel Euronext Paris

Sanofi : la guerre d'usure commence avec Medivation

vendredi 6 mai 2016 à 12h47
Le ton se durcit entre le prédateur Sanofi, et sa proie Medivation.

(BFM Bourse) - La biotech américaine Medivation a émis hier soir une 2ème fin de non-recevoir à l'offre de rachat de Sanofi. Les rapports se tendent alors que les deux groupes désormais semblent partis pour une bataille boursière bien plus longue que prévue.

"Substantiellement inadéquate"... c'est ainsi que la biotech américaine Medivation qualifie l'offre de Sanofi. Pourtant attrayante sur le papier, elle propose une prime de 100% sur le cours de bourse moyen, dépassant ainsi les 9 milliards de dollars.

Mais la biotech américaine n’a pour l’instant aucunement l’intention de se laisser amadouer. L’entreprise, spécialisée dans le traîtement des cancers rares, est sûre de son potentiel, et estime qu'un développement en solo, avec l'actuel plan stratégique à l’œuvre au sein du groupe, créera beaucoup plus de valeur qu'un rachat par Sanofi.

Dialogue musclé

Les choses semblent donc claires, officiellement le groupe n’est pas à vendre, et il n'est même pas question de négocier quoi que ce soit à ce niveau-là, même sur un terme un peu plus long et en tenant compte d’une éventuelle surenchère.

Sanofi de son côté, a aussitôt contre-attaqué. Le groupe a envoyé une lettre au conseil de Medivation, dont le ton prouve bien qu’on passe de propositions courtoises au dialogue musclé.

Le cas particulier du Delaware…

Le laboratoire se dit tout à fait fait prêt à relever son offre, mais Medivation, pour cela, doit s'ouvrir au dialogue. Sinon, la suite des évènements passera par une offre hostile et une négociation directe avec les actionnaires de la biotech.

Pire, Sanofi se réserve le droit de suggérer une révocation de l'ensemble du conseil de Medivation ! Disposition rendue possible par le droit de l’Etat du Delaware, lieu de domiciliation fiscal de la société.

Première offensive de l’ "Ere Brandicourt"

Ainsi, si les actionnaires sont convaincus de l’intérêt de l’opération et que le conseil est contre, ces derniers peuvent demander leur départ et leur remplacement sans même passer par une assemblée générale.

Un ton largement plus offensif, preuve que Sanofi reste déterminé à couronner de succès sa première opération depuis le début de la présidence d’Olivier Brandicourt.

Mais parallèlement la pression est forte sur le titre Sanofi depuis le début des révélations sur cette offensive : le titre perd à peu près 5%, alors que le CAC40, son indice de référence, en gagne 0,8%.

Antoine Larigaudrie - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SANOFI en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.90 % vs +34.33 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat