Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Rio Tinto Ord

RTZ - GB0007188757 SRD PEA PEA-PME
43.480 $ -1.52 %

Rio tinto ord : Quatre salariés de rio tinto condamnés à la prison en chine

lundi 29 mars 2010 à 12h11
BFM Bourse

par Lucy Hornby et Rujun Shen

SHANGHAI (Reuters) - Un tribunal de Shanghaï a condamné quatre salariés du groupe minier Rio Tinto à des peines de sept à 14 ans d'emprisonnement, pour corruption et vol de secrets commerciaux, un verdict que le gouvernement australien a jugé sévère.

Stern Hu, citoyen australien d'origine chinoise qui dirigeait les activités de Rio Tinto dans le secteur du minerai de fer en Chine, exécutera une peine de dix années d'emprisonnement, la sentence cumulant partiellement deux verdicts le condamnant à sept ans de prison pour corruption et cinq ans pour vol.

Il devra par ailleurs s'acquitter d'une amende de 500.000 yuans (54.220 euros) et une somme équivalente sera saisie sur ses avoirs, a précisé le tribunal.

Trois autres responsables du groupe australien, tous Chinois, ont été condamnés à des peines de prison variant de sept à 14 ans pour les mêmes faits.

Le ministre des Affaires étrangères australien Stephen Smith, s'exprimant peu après le verdict, a jugé que les sentences étaient "très sévères" et que de graves questions restaient sans réponse sur certains aspects du procès.

"La Chine a raté une occasion importante d'apporter un peu de clarté sur la notion ou la question de secret commercial", a déclaré le ministre. Mais il a ajouté qu'il y avait également des preuves, en dehors des témoignages des accusés, de faits de corruption.

Les sentences s'appliqueront à compter de la date d'incarcération des quatre prévenus, le 5 juillet 2009, a précisé le consul général d'Australie Tom Connor à Shanghaï.

L'action Rio n'a guère réagi au verdict. "Je ne pense pas qu'il y aura le moindre impact", a commenté Tim Schroeders, gérant de portefeuilles chez Pengana Capital.

"Rien ne dit que Rio Tinto ait été impliqué directement dans ce qui a transpiré. Voilà qui permettra sans doute d'en finir avec les doutes qui planaient et qui amènera à se focaliser sur les fondamentaux de la société".

QUESTIONS SANS RÉPONSE

Rio Tinto lui-même a déclaré que le comportement inacceptable de quatre salariés ne l'empêcherait pas de continuer à établir des relations avec la Chine.

Il en a conclu que ces activités illicites avaient été menées en dehors de toute structure du groupe et il dit avoir commandé un examen indépendant de l'ensemble des procédures et contrôles en vigueur.

Il n'empêche que l'affaire inquiète les investisseurs étrangers vis-à-vis du système judiciaire chinois, compte tenu en particulier du peu d'informations officielles qui a été donné sur les accusations de vol.

Certains témoignages qui ont filtré, parlant d'argent remis dans des boîtes en carton ou dans des sacs plastiques, sont symptomatiques de certaines pratiques des sidérurgistes chinois qui tentent à tout prix de s'assurer auprès de Rio Tinto des réassortiments stables et relativement peu onéreux de minerai de fer.

Le tribunal, qui a donné une liste d'entreprises chinoises ayant versé des dessous de table, a estimé que le vol de secrets commerciaux avait causé un lourd préjudice aux aciéries chinoises, les plaçant en position de faiblesse dans les négociations sur les prix du minerai de fer.

Les quatre salariés ont plaidé coupable de corruption mais ont contesté le montant des pots de vin que la justice chinoise les accuse d'avoir perçus.

Un seul d'entre eux, Liu Caikui, a plaidé coupable d'espionnage industriel durant une partie du procès - celle relative aux accusation d'espionnage industriel - qui s'est déroulée à huis clos, donc interdite même aux diplomates australiens, ce qu'a déploré Stephen Smith.

"Cela laisse de graves questions sans réponse", a souligné le ministre des Affaires étrangères australien.

"Au moment où la Chine émerge dans l'économie mondiale, la communauté d'affaires internationale doit comprendre avec certitude quelles sont les règles en Chine".

La presse elle-même n'a pu assister à aucune audience du tribunal.

L'affaire a dans un premier temps provoqué des tensions entre l'Australie et la Chine, qui est son premier partenaire commercial, mais Stephen Smith a dit que le verdict et les sentences n'auraient pas d'effets dommageables sur les relations entre les deux pays.

Gwénaelle Barzic et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2010 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur Rio Tinto Ord en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.30 % vs +27.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat