Bourse > Renault > Renault : Renault voit un effet du japon sur le secteur automobile mondial
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
79.850 € -1.52 % Temps réel Euronext Paris
80.150 €Ouverture : -0.37 %Perf Ouverture : 80.500 €+ Haut : 79.290 €+ Bas :
81.080 €Clôture veille : 436 209Volume : +0.15 %Capi échangé : 23 613 M€Capi. :

Renault : Renault voit un effet du japon sur le secteur automobile mondial

tradingsat

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault s'attend à ce que le séisme qui a frappé le Japon continue de perturber la production automobile mondiale au cours des prochains mois et pèse en 2011 sur la croissance du secteur, alors que ce dernier avait au contraire mieux démarré l'année que prévu.

Le constructeur au losange, qui a réalisé au premier trimestre un chiffre d'affaires très supérieur aux attentes, a indiqué que les pénuries de composants fabriqués au Japon, électroniques notamment, devraient ralentir la production mondiale aux deuxième et troisième trimestres.

"En raison de l'effet des tensions sur la chaîne d'approvisionnement liées au tsunami au Japon et de son impact potentiel sur l'industrie automobile mondiale, il est probable que la croissance du secteur sera inférieure à notre anticipation initiale de +6%", a déclaré Dominique Thormann, directeur financier du deuxième constructeur français et numéro quatre mondial en 2009 si l'on inclut le partenaire Nissan.

"Il est très difficile de quantifier l'impact des perturbations dans l'approvisionnement pour chaque constructeur et d'en déduire un chiffre global. Mais il est clair que sans ces tensions, le niveau de la demande observée au premier trimestre nous aurait conduit à relever notre pronostic pour l'ensemble de l'industrie", a-t-il ajouté.

UN MIX PLUS FAVORABLE

Renault a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un chiffre d'affaires de 10,43 milliards d'euros, en hausse de 15%, alors que le consensus réalisé par la rédaction de Reuters à partir des réponses de neuf analystes donnait 9,62 milliards.

Les ventes en volume du groupe - marque au losange, marque low cost Dacia et Renault Samsung, mais hors AvtoVAZ - ont augmenté de 5,8% au record de 692.607 unités, tirées notamment par la croissance au Brésil, en Turquie et en Russie. En Europe, et surtout en France, les ventes ont toutefois été pénalisées par d'autres problèmes d'approvisionnement en composants de moteurs pour la famille Megane. Le Sandero de Dacia a souffert quant à lui de la disparition dans l'Hexagone du bonus de 2.000 euros pour le GPL.

A la croissance globale des volumes de Renault est venue s'ajouter un mix produit plus favorable avec la fin des primes à la casse, qui ont surtout profité aux petites voitures, et le rebond du marché profitable des véhicules utilitaires où la marque Renault est toujours leader avec une part de marché de 15,4% en Europe.

Le groupe a poursuivi l'internationalisation de ses ventes au premier trimestre, avec 37% hors d'Europe contre 31% un an plus tôt.

Le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon le mois dernier ont totalement désorganisé la filière automobile nippone. Pour le groupe Renault, le seul impact tangible a été jusqu'ici une baisse d'activité de l'usine Renault Samsung Motors de Busan, dans la Corée voisine.

"Tout le monde travaille maintenant sur une production mondiale plus faible que prévu à cause des retombées de la situation au Japon", commente Philippe Barrier, analyste à la Société générale. Mais à part cela, les chiffres de Renault sont bons."

ADAPTER LE CALENDRIER

Le groupe, empêtré en début d'année dans la fausse affaire d'espionnage, ne s'attend pas à ce que le Japon entraîne des perturbations de l'activité de ses usines en mai, mais il anticipe des retombées ponctuelles à partir de juin.

Dominique Thormann a refusé d'entrer dans le détail des modèles, des sites ou des composants susceptibles d'être affectés, mais il a indiqué que le constructeur pourrait adapter le calendrier de fermeture habituel de ses sites d'assemblage - habituellement l'été dans l'hémisphère nord - pour faire face au ralentissement de certaines productions.

PSA Peugeot Citroën a dû réduire pendant une semaine, le mois dernier, la production d'une partie de ses usines européennes à cause d'un risque de pénurie sur un composant de moteur diesel importé du Japon. .

"A ce stade, l'effet temporaire attendu de ce ralentissement ne remet pas en cause les objectifs du groupe sur l'ensemble de 2011", a précisé Renault dans un communiqué. "Les résultats du groupe au premier trimestre 2011 sont en avance par rapport aux perspectives annoncées en début d'année."

Le groupe vise toujours cette année une hausse de ses volumes de ventes et de son chiffre d'affaires, ainsi qu'un free cash flow opérationnel de l'automobile supérieur à 500 millions d'euros.

L'action Renault a clôturé mardi, avant ces chiffres, en hausse de 2,7% à 39,44 euros, donnant une capitalisation boursière de l'ordre de 11,3 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a perdu près de 12%, après un gain de 20% environ sur l'ensemble de 2010.

Edité par Pascale Denis

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI