Bourse > Renault > Renault : Renault veut accélérer ses ventes en 2016,audition sur le diesel
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
80.000 € -1.33 % Temps réel Euronext Paris
80.150 €Ouverture : -0.19 %Perf Ouverture : 80.500 €+ Haut : 79.290 €+ Bas :
81.080 €Clôture veille : 607 763Volume : +0.21 %Capi échangé : 23 658 M€Capi. :

Renault : Renault veut accélérer ses ventes en 2016,audition sur le diesel

Les ventes mondiales de Renault en hausse de 3,3% en 2015Les ventes mondiales de Renault en hausse de 3,3% en 2015

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

BOULOGNE-BILLANCOURT, Hauts-de-Seine (Reuters) - Renault s'est fixé pour objectif d'accélérer cette année sa croissance, ressortie de 3,3% à un nouveau record de ventes en 2015, mais cet optimisme est éclipsé lundi en Bourse par les craintes persistantes sur les émissions polluantes de certains modèles diesel du groupe automobile.

Le constructeur devait être auditionné dans l'après-midi par la commission technique mise en place par le gouvernement après le scandale Volkswagen.

A propos des dépassements d'émissions d'oxydes d'azote (NOx) de véhicules diesel Renault, une nouvelle qui a valu au groupe une tempête boursière la semaine dernière, le directeur commercial Thierry Koskas a répété que le constructeur n'avait pas triché et qu'il respectait les normes d'homologation.

En revanche, a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse, Renault prépare des mesures pour abaisser ses niveaux d'émissions en condition réelle de conduite, pour les futurs véhicules comme pour les voitures déjà commercialisées. Ce qui laisse entendre qu'il y aura un rappel de véhicules.

"Nous travaillons sur un plan technique qui doit nous permettre de réduire les écarts entre les tests d'homologation et les essais sur route. Il sera présenté dans les prochaines semaines", a dit Thierry Koskas.

L'an dernier, 63% des véhicules vendus par Renault dans le monde étaient à moteur diesel, une proportion conforme à la moyenne du marché.

A 14h, le titre Renault cède 1,29% à 74,16 euros. Selon des traders, il fait l'objet d'arbitrages défavorables avec PSA (-0,59%) en raison du dossier diesel, les chiffres des ventes, jugés plutôt positifs, évitant selon eux un recul plus marqué.

Renault a enregistré en 2015 un nouveau record historique de 2,8 millions de voitures et utilitaires légers immatriculés dans le monde. Ses ventes ont augmenté pour la troisième année consécutive. En 2014, la croissance était ressortie à 3,2%.

"En s'appuyant sur la dynamique commerciale des trois dernières années, sur une gamme largement renouvelée en 2015 et 2016 et sur notre développement en Inde et en Chine, notre croissance accélérera (cette année)", a déclaré Thierry Koskas.

"L'accélération du rythme (...) au quatrième trimestre nous rend confiant dans notre capacité à accélérer la croissance en 2015."

CLIO REPASSE DEVANT DUSTER

L'an dernier, les ventes du groupe ont augmenté de 10,2% en Europe grâce notamment à la Clio, redevenue la voiture la plus vendue de Renault devant le 4x4 low cost Duster, autre reflet de la vigueur de la demande en Europe par rapport à plusieurs pays émergents, où le constructeur français est traditionnellement très présent.

Hors d'Europe, les ventes ont baissé de 4,8% à cause de la faiblesse du Brésil, deuxième marché de Renault derrière la France, et de la Russie, rétrogradée de la troisième à la huitième place au palmarès des marchés mondiaux du groupe.

Si le marché de la voiture électrique reste pour sa part confidentiel par rapport au thermique - diesel ou essence -, Renault revendique en 2015 la place de leader du véhicule électrique avec une hausse des ventes de 49% à 23.086 unités, et une part de marché de 23,6%.

En 2016, Renault a besoin de nouveaux relais de croissance car l'Europe s'annonce moins tonique tandis que les marchés brésilien et russe ne semblent pas encore partis pour rebondir.

Le groupe prévoit cette année une hausse de 2% du marché européen, ainsi qu'une baisse de 6% du Brésil et de 12% de la Russie.

En Inde, où Renault a lancé l'an dernier son premier modèle ultra low cost Kwid, le groupe vise une hausse de 8% du marché, tandis qu'en Chine, où il s'apprête à inaugurer sa première usine pour produire d'abord le crossover Kadjar, il attend une progression de 4% à 5% du marché.

Le groupe est également confiant dans une reprise de production industrielle en Iran, pays contre lequel les sanctions internationales viennent d'être levées.

"Nous sommes en discussions très avancées avec nos partenaires. L'Iran est vraiment un pays stratégique pour Renault", a dit Thierry Koskas.

Les discussions, a-t-il ajouté, pourraient aboutir à des décisions concrètes d'ici quelques semaines ou quelques mois.

(Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI