Bourse > Renault > Renault : Nissan va donner du travail à 1.000 personnes à Flins
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
81.040 € -0.39 % Temps réel Euronext Paris
81.750 €Ouverture : -0.87 %Perf Ouverture : 81.750 €+ Haut : 80.250 €+ Bas :
81.360 €Clôture veille : 929 596Volume : +0.31 %Capi échangé : 23 965 M€Capi. :

Renault : Nissan va donner du travail à 1.000 personnes à Flins

Nissan va donner du travail à 1.000 personnes à FlinsNissan va donner du travail à 1.000 personnes à Flins

par Gilles Guillaume

FLINS-SUR-SEINE (Yvelines) (Reuters) - La production de la Nissan Micra dans l'usine Renault de Flins donnera du travail à un millier de personnes environ et permettre des embauches sur le site, a déclaré mardi le PDG du groupe automobile français Carlos Ghosn.

Le partenaire japonais de Renault a choisi le mois dernier l'usine des Yvelines pour assembler en 2016 une partie de la nouvelle génération de sa petite voiture, actuellement produite intégralement en Inde.

"82.000 voitures en plus sur l'usine, cette charge de travail représente à peu près mille emplois", a déclaré Carlos Ghosn aux journalistes à l'occasion d'une visite du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à Flins.

"Dans le cadre d'un déroulement normal (...) il est très probable qu'il y aura des embauches. Combien ? Aujourd'hui, je suis incapable de vous le dire", a-t-il ajouté.

L'usine de Flins emploie actuellement 2.600 personnes pour une production de 116.000 véhicules en 2012. Le site s'est vu octroyer des volumes de production pour le compte de Nissan à la suite de l'accord de compétitivité accepté en mars par les syndicats de Renault à l'échelle nationale.

Le ministre a présenté sa visite à Flins comme le début de "l'an II du redressement productif", dédié à la relocalisation d'activités en France après une première année consacrée à endiguer la désindustrialisation.

"Après des années de diminution, de réduction de production, aujourd'hui voit la base industrielle de Renault en France commencer à croître et à nouveau grandir", a-t-il déclaré.

Se tournant vers Carlos Ghosn, vêtu comme lui de la blouse grise réglementaire dans l'enceinte de l'usine, Arnaud Montebourg a ajouté qu'il remercierait les dirigeants de Nissan d'avoir choisi la France pour la Micra lors de la visite du président François Hollande la semaine prochaine au Japon.

LA PLUS ANCIENNE USINE RENAULT

L'attribution de la Micra à Flins a rassuré les salariés de la plus ancienne usine du groupe, dont les deux derniers modèles, la Clio et la Zoé, sont exposés respectivement à la concurrence de la Turquie et au lent démarrage du marché de la voiture électrique. Outre la nouvelle Clio 4, Flins assemble l'ancienne Clio 3 dont la production s'arrêtera à la mi-2014.

"La Micra, ça pérennise l'emploi à Flins", s'est félicité Stéphane Radut, responsable tôlerie croisée sur la ligne de production où Carlos Ghosn a guidé Arnaud Montebourg.

Derrière eux, une foule de photographes et de cameramen se pressaient sous le regard soucieux des responsables de fabrication, inquiets pour la carrosserie des voitures alignées en bout de chaîne.

Un an plus tôt, l'avenir du site s'était assombri avec l'abandon d'un projet d'usine de batteries sensé à l'origine faire de Flins le centre névralgique des véhicules électriques en France dans le cadre d'un partenariat avec le Fonds stratégique d'investissement (FSI).

Renault s'est tourné depuis vers le coréen LG Chemical, dont il attend qu'il construise en France son premier site européen de batteries. Mais ce projet, dont le site n'a pas encore été annoncé, est aujourd'hui suspendu à une stabilisation ou à une reprise du marché automobile européen.

"Le projet d'usine de batteries est toujours là. Il est vrai que pour l'instant il est gelé compte tenu de la situation du marché", a dit Carlos Ghosn.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI