Bourse > Renault > Renault : Le secteur auto, renault en tête, affecté en bourse par le japon
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
81.080 € -2.75 % Temps réel Euronext Paris
83.400 €Ouverture : -2.78 %Perf Ouverture : 83.660 €+ Haut : 80.440 €+ Bas :
83.370 €Clôture veille : 1 262 650Volume : +0.43 %Capi échangé : 23 977 M€Capi. :

Renault : Le secteur auto, renault en tête, affecté en bourse par le japon

tradingsat

PARIS (Reuters) - Au-delà de Renault et de Valeo, directement exposés au Japon, l'ensemble des acteurs de la filière automobile devrait être affecté par le séisme, au moins temporairement, dans un secteur où la production et l'approvisionnement sont largement globalisés.

Selon des analystes, l'interruption de la production dans de nombreuses usines de production de l'archipel devrait perturber toute la chaîne de production dans le monde, même si les ventes directes de voitures étrangères au Japon sont très limitées.

"Par le biais des fournisseurs, toute la chaîne de production peut être perturbée", dit George Dieng de Natixis Securities.

Toyota, Honda et Nissan ont annoncé lundi la suspension de leur production au Japon pendant au moins quelques jours.

"Vue la complexité de la chaîne d'approvisionnement, il n'y a pas de société qui ne soit pas exposée", commente un autre analyste qui n'a pas voulu être identifié. "Un équipementier qui fournit une usine aux Etats-Unis peut souffrir du ralentissement de la production provoqué par une interruption des livraisons d'un autre équipementier japonais", explique-t-il.

Dans cette perspective, vers 15h35 le secteur automobile européen accuse un des plus net reculs en Europe (-1,5%) et PSA Peugeot Citroën, pourtant peu exposé directement au Japon malgré sa coopération avec Mitsubishi Motors dans le 4x4 et les voitures électriques, perd 1,31% à 27,475 euros.

DANS LE NOIR

L'action Renault est néanmoins en première ligne des baisses du secteur, avec une perte de 5,55% à 38,490 euros, compte tenu de la dépendance du groupe vis-à-vis de son partenaire Nissan Motors qui a perdu 9,52% à la Bourse de Tokyo ce matin.

"Nissan devrait représenter environ 70% du résultat net de Renault cette année", estime l'analyste de Natixis Securities.

Si le poids du Japon dans les ventes de Nissan est limité, le pays pèse plus lourdement en termes de production, dit-il.

Nissan, deuxième constructeur automobile japonais, fabrique 22% de ses véhicules au Japon, selon les données du groupe.

De même, le titre de l'équipementier Valeo, qui vient d'acquérir le spécialiste nippon des commandes au volant Niles et possède un tiers d'Ichikoh Industries, fabricant de systèmes d'éclairage et de rétroviseurs, recule de 3,29% à 40,560 euros.

A l'heure actuelle, ne sachant quand, ni dans quelles conditions, la production pourrait reprendre, il est impossible d'évaluer l'impact à plus long terme de ce tremblement de terre sur le secteur automobile, estiment toutefois les analystes.

"On est dans le noir pour l'instant. L'impact est potentiellement large et diffus. La question est de savoir quand la production pourra repartir", commente George Dieng.

"La production peut être pénalisée pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines", commente un autre analyste, qui souligne toutefois que dans le secteur, le manque à gagner à la suite d'interruptions de production, si elles ne durent pas trop longtemps, se récupèrent généralement dans le temps.

Juliette Rouillon, édité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI