Bourse > Renault > Renault : L'action dopée par Nissan et des rumeurs sur une possible fusion
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
81.420 € +0.93 % Temps réel Euronext Paris
80.980 €Ouverture : +0.54 %Perf Ouverture : 82.610 €+ Haut : 80.790 €+ Bas :
80.670 €Clôture veille : 794 281Volume : +0.27 %Capi échangé : 24 078 M€Capi. :

Renault : L'action dopée par Nissan et des rumeurs sur une possible fusion

(Tradingsat.com) - Renault grimpe de plus de 2% ce lundi matin après l’annonce du relèvement de 8% par Nissan Motor de sa prévision de bénéfice d'exploitation annuel.

Compte tenu d'un deuxième trimestre meilleur que prévu, grâce au marché nord-américain, le constructeur automobile japonais, partenaire de Renault, anticipe désormais un bénéfice d'exploitation de 730 milliards de yens (5,5 milliards d'euros) sur l'exercice clos le 31 mars au lieu d'une prévision précédente de 675 milliards de yens.

L’action de la marque au losange bénéficie également de rumeurs autour d’une possible fusion avec le constructeur nippon. En effet, l’Etat français ne serait pas opposé à une vraie fusion au sein d'une seule société, le statu quo ne pouvant plus durer, a rapporté dimanche le JDD citant une source proche de Bercy. "Rien n'est à l'étude, mais les schémas sont regardés par les banquiers depuis plusieurs années. L'un d'eux consisterait à créer une société unique où cohabiteraient les actionnaires japonais de Nissan et ceux de Renault, et l'État français au premier chef. Le groupe pourrait être basé aux Pays-Bas, comme l'est l'alliance actuellement, et serait dirigé par une seule personne, Carlos Ghosn étant incontournable", poursuit l'hebdomadaire.

Par ailleurs, en marge de la présentation des résultats, Nissan s’est dit préoccupé par l'influence croissante du gouvernement français au sein de son partenariat avec Renault, a déclaré lundi Hiroto Saikawa le directeur de la compétitivité du constructeur japonais, également administrateur du groupe français.

Le dirigeant a précisé à des journalistes que les deux groupes avaient l'intention de renforcer leur alliance. "Le gouvernement français a davantage voix au chapitre (dans Renault) en termes de gouvernance. Il s'agit d'un enjeu important et du point de vue de Nissan, c'est un motif d'inquiétude", a-t-il estimé.

S.B. avec agences


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI