Bourse > Renault > Renault : Iran et changes éclipsent le rebond de Renault en Europe
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
80.460 € -0.62 % Temps réel Euronext Paris
80.880 €Ouverture : -0.52 %Perf Ouverture : 80.970 €+ Haut : 79.940 €+ Bas :
80.960 €Clôture veille : 1 062 140Volume : +0.36 %Capi échangé : 23 794 M€Capi. :

Renault : Iran et changes éclipsent le rebond de Renault en Europe

Iran et effets de change ont pesé sur le 3e trimestre de RenaultIran et effets de change ont pesé sur le 3e trimestre de Renault

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault a fait état jeudi d'une baisse de 3,2% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, l'arrêt de son activité en Iran et des effets de change défavorables éclipsant la poursuite de la remontée du groupe en Europe.

Le deuxième constructeur automobile français, qui a vu sur la période ses immatriculations mondiales augmenter de 3,1%, a maintenu ses objectifs 2013 d'une hausse des ventes en volume et d'une marge et d'un free cash-flow opérationnel de l'automobile positifs. Au premier semestre, la marge avait atteint 211 millions d'euros pour un free cash-flow quasiment à l'équilibre.

"En Europe, le marché semble se stabiliser à un niveau bas, en enregistrant une légère hausse de 2,5%", indique Renault dans un communiqué. "Dans ce contexte, et tout en poursuivant sa politique de vente vertueuse, le groupe voit ses volumes augmenter de 10,2% et accroît sa part de marché de 0,6 point à 9,1%."

Cette progression, fruit de lancements comme le 4X4 urbain Captur, le plus vendu de sa catégorie en Europe, a permis à Renault de maintenir ses tarifs malgré la réapparition de pressions sur les prix dans le secteur.

A titre de comparaison, PSA a vu ses ventes reculer de 5,7% sur le continent au troisième trimestre, et sa part de marché sur neuf mois tomber à 11,9%. En revanche, le chiffre d'affaires total de PSA a enregistré une baisse similaire à celle de Renault, de 3,7%.

Comme son concurrent, Renault a été pénalisé sur le trimestre par la baisse face à l'euro de nombreuses devises des pays émergents (peso argentin, real brésilien, rouble russe et roupie indienne), qui a eu un impact négatif de 5,7 points sur le chiffre d'affaires de la division automobile.

Renault, dont le chiffre d'affaires de l'activité bancaire a progressé de 0,4% au troisième trimestre, a également observé un gonflement de ses stocks, à 75 jours de ventes - au rythme de la période écoulée - à la fin septembre, contre 67 jours fin juin.

"Nous reconnaissons que ce niveau est un peu trop élevé, mais à un moment où la dynamique des ventes semble accélérer, nous ne souhaitons pas réduire la production en Europe et prendre le risque de manquer des opportunités commerciales", a déclaré le directeur financier Dominique Thormann au cours d'une téléconférence avec les analystes.

Il a estimé que le groupe devrait pouvoir ramener ses stocks à moins de 70 jours à la fin de l'année.

LA PART DES VENTES EN EUROPE REMONTE

A l'international, point fort de Renault par rapport à PSA, les ventes du groupe ont reculé de 2,6%, conséquence de l'arrêt de l'activité en Iran à la suite du durcissement des sanctions internationales en raison du programme nucléaire iranien. Cette interruption avait conduit Renault à inscrire une provision dans ses comptes du premier semestre.

PSA a dû lui aussi tirer un trait sur son activité iranienne, mais dès le début 2012.

La performance de Renault en Europe et l'effet Iran ont eu pour effet d'inverser sur le trimestre la tendance d'internationalisation des ventes du groupe, puisque l'Europe est remontée à 48% des ventes contre 45% lors des trois mois précédents, alors que cette proportion ne cesse de baisser depuis des années.

Sur plusieurs autres grands marchés internationaux, Renault a continué de faire mieux que PSA. Au Brésil, son deuxième marché derrière la France, sa part de marché a progressé malgré une baisse des ventes de 5,1%. En Russie, troisième marché de Renault et autre point faible actuel de PSA, les ventes ont grimpé de 17,5%.

Le principal point fort de PSA à l'international est la Chine, où Renault reste peu représenté puisqu'il n'a toujours pas obtenu le feu vert définitif de Pékin au lancement de sa production sur place.

Avant cette publication, l'action Renault a clôturé en hausse de 1,22% à 68,27 euros. Depuis le début de l'année, le titre prend près de 68%, après un gain de près de 52% en 2012.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...