Bourse > Renault > Renault : Ghosn réfléchit aux liens capitalistiques Renault-Nissan
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906 RNO - FR0000131906   SRD PEA PEA-PME
92.760 € -0.65 % Temps réel Euronext Paris
92.940 €Ouverture : -0.19 %Perf Ouverture : 93.630 €+ Haut : 91.220 €+ Bas :
93.370 €Clôture veille : 641 257Volume : +0.22 %Capi échangé : 27 431 M€Capi. :

Renault : Ghosn réfléchit aux liens capitalistiques Renault-Nissan

Ghosn réfléchit aux liens capitalistiques Renault-NissanGhosn réfléchit aux liens capitalistiques Renault-Nissan

TOKYO (Reuters) - Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, dit réfléchir aux alliances capitalistiques entre les deux groupes, dans un entretien au Nikkei publié lundi.

Carlos Ghosn déclare au quotidien financier qu'il est nécessaire de "prendre en considération les points de vue de toutes les parties intéressées" dans l'examen de la structure des participations croisées des deux entreprises et ajoute qu'il mettra en place un nouveau cadre d'ici la fin de son mandat prévue en 2022.

En mars, Reuters avait rapporté que les deux groupes avaient engagé des discussions sur un renforcement de leur alliance qui pourrait déboucher sur le rachat par le constructeur japonais de l'essentiel de la part de 15% détenue par l'Etat français dans le capital de Renault, ce qui pourrait constituer le prélude à une fusion.

"Nous étudions sans a priori toutes les options", déclare Carlos Ghosn au Nikkei, ajoutant que cela inclut une étude de la structure capitalistique du groupe.

Personne chez Nissan n'était disponible dans l'immédiat pour commenter ces informations.

Depuis la création de l'alliance en 1999, plusieurs projets de fusion entre les deux groupes ont échoué, l'Etat français, premier actionnaire de Renault s'y étant toujours opposé.

Mais maintenant que Carlos Ghosn, le principal architecte de l'alliance, entame son dernier mandat à la tête de Renault, Paris plaide pour un renforcement de la structure, devenue l'an dernier le premier constructeur automobile mondial par le chiffre d'affaires, afin de garantir sa pérennité.

Renault, qui détient 43,4% de Nissan, a passé en 2015 un accord avec son associé nippon qui a permis de désamorcer un conflit avec le gouvernement français. Nissan détient pour sa part une participation majoritaire de 34% dans Mitsubishi et de 15% dans Renault, mais sans droit de vote.

(Naomi Tajitsu; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2018 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...