Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

PUBLICIS GROUPE SA

PUB - FR0000130577 SRD PEA PEA-PME
28.590 € +1.38 % Temps réel Euronext Paris

Publicis groupe sa : Le groupe Publicis plonge en Bourse à son plus bas niveau depuis 2013

vendredi 19 juillet 2019 à 12h19
Publicis dévisse, son titre au plus bas depuis six ans et demi

(BFM Bourse) - Malgré un bénéfice net en progression de près de 15% sur les six premiers mois de l'exercice 2019, Publicis est lourdement sanctionné en Bourse par l'abaissement de sa prévision de sa croissance annuelle.

Dans un marché parisien bien orienté vendredi matin (+0,49% pour le CAC vers 11h), l'action Publicis décroche de 8,8% à 43,1 euros, pénalisée par l'abaissement de sa prévision de croissance pour 2019 malgré un bénéfice net en progression au premier semestre. Ce recul d'envergure -de loin la plus mauvaise performance du baromètre parisien- ramène le titre Publicis à son plus bas depuis février 2013, il y a six ans et demi. À noter que ce plongeon intervient dans un volume d'échanges relativement nourri puisque 0,6% du tour de table a déjà changé de mains avant midi. La capitalisation boursière du n°3 mondial de la publicité est désormais tout juste supérieure à 10 milliards d'euros.

"Publicis a annoncé revoir à la baisse ses attentes en matière de croissance pour 2019 après un deuxième trimestre inférieur aux attentes des investisseurs, pénalisé par l'érosion des dépenses des annonceurs dans la publicité traditionnelle aux États-Unis, son premier marché", expliquent les analystes de Mirabaud Securities Genève. "On a toujours notre problème, d'être très exposé sur la publicité traditionnelle aux Etats-Unis, qui représente 36% de notre revenu, et on est également très exposé sur les "CPJ" (pour "consumer packaged goods", à savoir les produits de grande consommation, ndlr) qui représentent plus d'un quart de notre revenu", a déclaré le président du directoire de Publicis Groupe Arthur Sadoun, lors d'un point presse. Or, "à chaque fois qu'un client veut faire des économies, c'est le premier budget qu'il coupe", a-t-il ajouté.

Objectifs révisés à la baisse

Sur les six premiers mois de l'exercice 2019, le groupe a réalisé un bénéfice net en progression de 14,6% à 345 millions d'euros, mais son chiffre d'affaires, bien qu'en croissance de 1,7%, a reculé de 0,8% en organique, à 4,35 milliards d'euros. Le groupe table désormais sur une croissance organique "globalement stable" en 2019, alors qu'il prévoyait une progression d'au moins 0,8% et prépare pour les mois à venir une révision de son objectif de longue date d'atteindre 4% de croissance organique en 2020.

"En clair, Publicis n'y arrive pas après un premier trimestre déjà décevant. Le deuxième trimestre revient tout juste dans le vert, mais pas suffisamment pour que les objectifs annuels soient tenus", pointe Christian Parisot, analyste du courtier Aurel BGC dans une note. L'Amérique du Nord, qui représente plus de la moitié de l'activité du groupe, a reculé de 3,1% au premier semestre sur une base organique, à 2,3 milliards d'euros. Le groupe souligne en revanche des bonnes performances en Europe (+3,3%), où l'Allemagne enregistre une baisse mais la France, le Royaume-Uni et l'Italie sont en croissance.

Plusieurs analystes abaissent leur cible

La publication trimestrielle du géant de la publicité a conduit non pas un ni deux mais trois bureaux d'études à abaisser leur cible sur le titre Publicis, contribuant au plongeon de ce dernier. La banque d'investissement britannique Liberum dégrade ainsi sa recommandation "achat" à "conserver", et abaisse nettement sa cible sur le titre, de 65 à 47,6 euros."Si nous apprécions les agences (de publicité, ndlr) en général, il est clair que la direction (de Publicis, ndlr) n'a pas une pleine compréhension de ce qui arrive et ceci nous rend prudents", affirme le broker, qui recommande WPP pour les investisseurs à long terme cherchant une exposition aux agences.

De son côté, Barclays maintient son conseil à "pondération en ligne" mais ramène sa cible de 56 à 53 euros. L'analyste de la banque britannique estime qu'il est encore trop tôt pour se montrer plus "constructif" sur la valeur alors que Publicis a indiqué hier que les deux premiers mois de l'année avaient été "un peu plus lent" que prévu. Cela n'empêche pas Barclays de saluer la qualité de la présentation stratégique faite hier et de juger "crédible" le plan d'économie qui soutiendra la rentabilité du groupe. Enfin, Goldman Sachs abaisse également son objectif, de 54,5 à 50 euros, et reste "neutre" sur la valeur, qu'il considère comme la plus faible parmi les grands groupes du secteur.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur PUBLICIS GROUPE SA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+308.90 % vs +1.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat