Bourse > Publicis groupe sa > Publicis groupe sa : "chute brutale" d'activité en septembre, le titre dans le rouge
PUBLICIS GROUPE SAPUBLICIS GROUPE SA PUB - FR0000130577PUB - FR0000130577
65.020 € -2.71 % Temps réel Euronext Paris
66.670 €Ouverture : -2.47 %Perf Ouverture : 66.790 €+ Haut : 64.840 €+ Bas :
66.830 €Clôture veille : 1 370 580Volume : +0.60 %Capi échangé : 14 975 M€Capi. :

Publicis groupe sa : "chute brutale" d'activité en septembre, le titre dans le rouge

tradingsat

(Tradingsat.com) - Début de séance sanglant pour l'action Publicis, pénalisée par la publication de chiffres d'activités affectés par le ralentissement du marché publicitaire, notamment en Europe. Le titre perd 3 % après une demi-heure de transactions, à 39,7 euros.

Un jour après son concurrent britannique WPP, le groupe publicitaire a fait le point ce matin, avant bourse, sur son activité au troisième trimestre. Il en ressort un chiffre d'affaires de 1 627 millions d'euros, en hausse de 14,7 % en données publiées, et de seulement 2 % en comparable. A titre de comparaison, les analystes d'Oddo Securities anticipaient un taux de croissance organique de 4,8 %, multiplié par trois par rapport au deuxième trimestre.

« Alors que le cumul de juillet/août se situait en ligne avec les prévisions internes, septembre a enregistré une chute aussi brutale qu'inattendue », justifie Publicis dans un communiqué. Le mois s'est conclu par un repli de 1,6 %, « du fait de l'effet conjugué de coupes ou de décalages de campagnes pour une croissance prévue de +6,6 % ».

C'est en Europe que le retournement est le plus net. Le groupe y enregistre une croissance publiée de 5,7 % mais un repli organique de 3,6 %. Le trimestre a « particulièrement difficile dans [le] Sud du continent », région qui « connaît une chute régulière des marchés publicitaires ». En données comparables, l'activité du groupe y a reculé de 8,7 %. Mais l'Europe du Nord, qui faisait jusqu'à maintenant preuve de résistance, « commence depuis septembre à vivre des baisses aussi sensibles que brutales », avec une baisse organique de 1,3 % sur le trimestre. La croissance est en baisse au Royaume-Uni (-0,8 %), en Allemagne (-1,8 %) et en France (-2,2 %), où « les annonceurs ont renforcé depuis la rentrée un comportement attentiste en supprimant ou décalant des campagnes », précise Publicis.

Les autres zones se sont mieux comportées, avec des taux de croissance organique de 3,2 % en amérique du Nord, 8,5 % dans l'ensemble des pays « BRIC » et « MISSAT » et 3,6 % dans le reste du monde.

Face à ces chiffres, le président du directoire de Publicis, Maurice Lévy, se veut rassurant. « Les zones d'ombre sont bien identifiées et limitées tant géographiquement que sectoriellement et n'entament pas le potentiel » du groupe, assure-t-il dans un communiqué.

Certes, « l'atonie des marchés, l'attentisme des annonceurs et la fragilité de la situation en Europe […] incitent à la plus grande prudence dans la gestion [des] coûts de fonctionnement », mais « les récentes performances en New Business [et] la meilleure pénétration des marchés du numérique sont autant de raisons d'être rassurés sur la qualité des équipes, les propositions et le potentiel de croissance du groupe », poursuit le dirigeant. Publicis réitère ses objectifs de marge pour 2012 et reste convaincu qu'il sera capable d'améliorer ses performances à terme, avec une croissance de 200 à 400 points de base sa marge opérationnelle.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI