Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

PIERRE VACANCES

VAC - FR0000073041 SRD PEA PEA-PME
7.020 € +2.93 % Temps réel Euronext Paris

Pierre vacances : La difficile recapitalisation de Pierre et Vacances fait chuter le titre à un plus bas historique

mercredi 17 novembre 2021 à 11h00
PCVP n'a reçu qu'une offre ferme de recapitalisation

(BFM Bourse) - Pierre & Vacances flanche très nettement depuis trois séances, le groupe ayant annoncé lundi avoir n'avoir reçu qu'une seule offre ferme de recapitalisation, un mois après avoir indiqué que plusieurs offres indicatives étaient arrivées sur son bureau.

Ça ne se bouscule visiblement pas au portillon pour recapitaliser le poids lourd français des villages de vacances et des résidences de tourisme, qui paye la dégradation de sa situation financière au prix fort en Bourse. En première ligne face à la crise sanitaire, le n°1 européen du secteur a vu sa dette nette bondir de 300 millions d'euros à fin mars 2020 à plus d'un milliard d'euros actuellement, et cherche donc à se renflouer. "Pierre & Vacances-Center Parcs (PVCP) devrait procéder à une recapitalisation de l'ordre de 300 à 400 millions d'euros afin de rembourser son financement bancaire court terme (320 millions d'euros) et devrait également convertir une partie de sa dette en capital avec des abandons de créances" estiment les analystes d'Invest Securities.

Dans cette optique, le professionnel du tourisme a lancé un processus de renforcement de ses fonds propres dès avril dernier, depuis transformé en "processus d'adossement", et avait demandé à ses prétendants de remettre leurs propositions fermes lundi 8 novembre dernier. Première déception: alors que trois offres étaient attendues, le tandem de fonds états-uniens Certares - Davidson Kempner (donné favori) était le premier à renoncer à faire une offre globale, limitant sa proposition à une reprise de Center Parcs selon des révélations du Monde.

Une semaine plus tard, c'était au tour du fonds Sixth Street Partners de ne pas transmettre d'offre ferme globale selon des informations des Echos. "S'ils font une proposition, ce ne sera de toute façon pas sur l'ensemble du périmètre du groupe, avancent des sources, même si cela dépasse probablement le pôle Center Parcs. Sur le fond, ils n'ont aucune raison de se presser" ajoutent-elles.

Au lendemain des révélations des Echos, Pierre & Vacances a confirmé dans un communiqué "avoir reçu à ce jour une offre ferme émanant d’investisseurs, dont certains sont par ailleurs créanciers du groupe". "Cette offre, actuellement en cours de discussion avec le groupe et son actionnaire majoritaire, demeure notamment soumise à l’accord des créanciers financiers sur le schéma envisagé" précisait le groupe, qui ajoutait que "les discussions se poursuivent parallèlement avec d’autres candidats". Un mois auparavant, à l'occasion de son point d'activité annuel traduisant une timide reprise de l'activité, Pierre & Vacances annonçait avoir "reçu plusieurs offres indicatives réitérées" et "procédé à une première pré-sélection des candidats investisseurs, lesquels approfondissent désormais leurs travaux d’audit en vue de la remise de leur offre ferme".

Le seul candidat encore en lice est donc le trio d'investisseurs formé par l'investisseur immobilier français Atream, associé aux fonds londoniens Alcentra et Fidera. Il convient de noter que si la recapitalisation aboutit, celle-ci se traduirait mécaniquement par une forte dilution du président-fondateur de Pierre & Vacances Gérard Brémond (qui détient actuellement plus de 49% du capital), 54 ans après la création du groupe. Le groupe ne pèse de fait plus que 65 millions d'euros ce mercredi vers 10h45, contre 5 fois plus en février 2020.

Contacté par les Echos, PVCP n'a pas souhaité faire de commentaires ni donné de date butoir en vue de ce renflouement quand il se disait "confiant dans le succès futur de l’opération de renforcement de ses fonds propres en vue d’une signature des accords définitifs prévue au plus tard en début d’année 2022 (...) compte tenu du nombre et de la teneur des marques d’intérêts reçues à ce jour" en juin dernier. Le groupe pourrait désormais vouloir se donner un peu de temps pour atteindre d'autres candidatures potentielles, l'objectif étant d'éviter un tête-à-tête avec le trio Alcentra-Fidera-Atream selon les sources proches du dossier interrogées par le quotidien économique.

En attendant d'éventuelles contre-propositions (Bpifrance s'est notamment vu proposer un "petit ticket"), le marché ne cache pas sa déception face à ces négociations qui s'annoncent encore plus compliquées que prévu. Après avoir plongé de 13,1% lundi puis de 11,2% mardi, le titre lâche encore 7% à 6,53 euros ce mercredi à 11h, à un plus bas historique depuis son introduction en 1999. En l'espace de 3 séances, le repli atteint à ce stade 28,3%.

Complexité supplémentaire du dossier: le groupe doit par ailleurs officialiser un accord avec ses 18.800 bailleurs individuels, avec qui "des discussions se sont poursuivies (...) et ont abouti à une ultime proposition alternative soutenue par la majorité des représentants des propriétaires" expliquait PVCP mercredi dernier. "Cette nouvelle option prévoit désormais pour la période entre mars 2020 et juin 2021 une franchise de 5 mois consentie par le bailleur signataire (versus 7,5 mois dans le premier avenant)" pouvait-on lire dans le communiqué.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur PIERRE VACANCES en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.70 % vs +37.82 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat