Bourse > Orange > Orange : Les négociations entre Bouygues et Orange ont échoué
ORANGEORANGE ORA - FR0000133308ORA - FR0000133308
14.330 € +0.70 % Temps réel Euronext Paris
14.230 €Ouverture : +0.70 %Perf Ouverture : 14.435 €+ Haut : 14.175 €+ Bas :
14.230 €Clôture veille : 4 445 250Volume : +0.17 %Capi échangé : 38 119 M€Capi. :

Orange : Les négociations entre Bouygues et Orange ont échoué

ORANGE Bouygues TelecomORANGE Bouygues Telecom

(Tradingsat.com) - Les deux opérateurs ont échoué à s'accorder. Les directions des deux groupes ont entériné ce vendredi l'échec des négociations menées depuis plusieurs mois.

Le rachat de Bouygues Telecom par Orange n’aura finalement pas lieu. Les deux groupes ont réuni, ce vendredi 1er avril 2016, de nouveau leurs conseils d’administration respectifs pour constater l’échec des discussions en vue de leur rapprochement.

"A l’issue de discussions approfondies, le Conseil d’Administration d’Orange a constaté qu’un accord en vue d’un rapprochement avec Bouygues Telecom n’a pu être trouvé. Il a donc été décidé de mettre un terme aux discussions engagées le 5 janvier dernier entre Orange et Bouygues" a déclaré, laconique, l'opérateur historique.

"Dans le cadre de ces négociations, Bouygues a attaché une grande importance aux éléments suivants : l'intérêt des collaborateurs de Bouygues Telecom et les garanties sociales à leur apporter dans une telle opération, le niveau de participation de Bouygues dans le capital d'Orange et la gouvernance associée pour être un actionnaire significatif permettant d'accompagner la croissance d'Orange sur le long terme, le risque d'exécution, la valeur retenue pour Bouygues Telecom. Après trois mois de discussions avec Orange, un accord sur l'ensemble de ces points n'a pu être trouvé" a communiqué, de son côté, le groupe de BTP.

La valorisation financière de l'opération posait problème

Plusieurs questions restaient à régler mais les plus épineuses résidaient dans la valorisation financière de l'opération et dans les pouvoirs et l'influence qu'auraient Bouygues au sein d'Orange, problèmes qui avaient justifié la prolongation des négociations, hier jeudi 31 mars.

Depuis le début des discussions, entamées en janvier 2016, les négociations avaient pris pour base, très élevée, la valeur de 10 milliards d'euros pour le prix de Bouygues Telecom. En contrepartie, Bouygues aurait obtenu, par échange d'actions complété par des liquidités, une entrée au capital d'Orange d'au moins 12%, voire plus, complétée par des achats ultérieurs d'actions lui permettant d'atteindre 15%, selon ses prétentions. Or l'État, qui possède 23% d'Orange, voulait garder au moins 20%, ce qui supposait de valoriser Orange le plus cher possible et Bouygues Telecom, moins que ce qu'en exige Martin Bouygues, d'où les désaccords persistants.

Si l'opération de rachat était allée à son terme, Bouygues serait devenu le premier actionnaire privé d'Orange. Selon Reuters, le ministre de l'Économie aurait tenté de juguler les prétentions de Bouygues, sans succès, lui demandant de s'engager à geler la participation qu'il obtiendrait dans Orange pour une durée de sept ans et de renoncer aux droits de votes doubles qu'obtiennent les investisseurs de long terme.

BFMBusiness diffuse sur son antenne une émission spéciale à partir de 20 heures. Pour suivre, cliquez ici

Par Frédéric Bergé


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI