Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

NOVACYT

ALNOV - FR0010397232 SRD PEA PEA-PME
1.892 € +7.50 % Temps réel Euronext Paris

Novacyt : Ces laboratoires cotés dont l'activité explose avec le coronavirus

jeudi 12 mars 2020 à 12h10
Le titre Novacyt s'envole à nouveau

(BFM Bourse) - Alors que les mesures de plus en plus drastiques pour lutter contre le coronavirus font vaciller des pans entiers de l'économie, de rares sociétés cotées voient leur activité sensiblement accrue. À l'image de Novacyt, un acteur de niche du diagnostic in vitro, dont le cours grimpe à nouveau de 10% jeudi, .

Face à une nouvelle chute de 6% du marché parisien jeudi -qui porte à 30% le repli du CAC 40 depuis le début de la crise du coronavirus- certaines valeurs parviennent pourtant à surnager, voire à nettement progresser, car la situation sanitaire se traduit pour elles par une augmentation de leur activité.

Les géants du secteur des analyses bioMérieux et Eurofins surperforment

Deux des laboratoires de tests de diagnostic clinique d'Eurofins aux États-Unis proposaient désormais des tests pour l'évaluation du Covid-19 selon les directives d'autorisation d'utilisation d'urgence de la Food and Drug Administration (FDA) américaine. Ces méthodes de test permettent évaluer les patients à risque d'exposition au SRAS-CoV-2 ou à dépister les patients souffrant de complications respiratoires. Ils permettent d'obtenir un résultat entre 12 et 18 heures (soit potentiellement en fin de journée pour un test déposé tôt le matin). En dehors des USA, un laboratoire allemand du groupe (Eurofins GeLaMed) a commencé à tester Covid-19 la semaine dernière et des laboratoires du groupe en France, au Benelux et en Espagne s'apprêtent à commencer les tests immédiatement, dès que les autorités de santé publique auront validé les process qu'ils ont mis en place.

Le géant français du diagnostic in vitro bioMérieux ne reste pas non plus inactif. Le groupe a annoncé jeudi le lancement prochain de trois tests visant à répondre à l’épidémie de Covid-19, dont le premier sera disponible dès la fin du mois. Désigné "SARS-COV-2 R-GENE", ce test a déjà été validé cliniquement sur un type de prélèvement respiratoire. BioMérieux pense obtenir rapidement le marquage "CE" pour une utilisation en Europe et va déposer une autorisation d’utilisation en urgence auprès de la FDA. Deux autres tests destinés à sa plate-forme Biofire seront soumis aux autorités réglementaires compétentes aux deuxième et troisième trimestres respectivement et commercialisé dans la foulée de l'obtention des autorisations réglementaires.

Dans ce contexte, les actions Eurofins et bioMérieux "surperforment" le marché, c'est-à-dire en l'occurrence qu'elles reculent nettement moins que leur indice de référence. Eurofins cède 3% (dans la mesure où le groupe est présent sur les tests de santé mais aussi sur les tests de produits alimentaires et de l'environnement) tandis que bioMérieux, exclusivement positionné sur les tests médicaux, ne recule que de 1%.

Novacyt, un cours multiplié par plus de 7 en quelques semaines

Au-delà de ces deux gros acteurs (pour qui un test en particulier ne représente structurellement qu'une fraction des revenus, dont le total annuel s'élève à 4,56 milliards d'euros pour Eurofins et à 2,675 milliards pour bioMérieux), la réaction la plus spectaculaire est celle de Novacyt.

Cette société est en effet un acteur de niche comparé aux précédents groupes cités avec 13,1 millions d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier. Dès lors, l'essor de la demande de tests pour le nouveau coronavirus Covid-19 se répercute de façon significative dans son carnet de commande. Et l'effet sur sa capitalisation l'est tout autant, avec un nouveau bond de 13,72% à 1,37 euros vers 11h30 jeudi.

Ainsi sa division Primerdesign, qui a mis au point le premier test européen à être mis sur le marché début février, a enregistré au 11 mars plus de 2,3 millions de livres sterling (2,6 millions d'euros), soit environ cinq mois de chiffre d’affaires de cette division en temps normal.

Les revenus de Primerdesign (basée en Grande-Bretagne, s'agissant d'une entreprise britannique à l'origine rachetée par Novacyt en 2016) sont complémentaire de l'activité principale de Novacyt qui a également démarré l'année en force. Au cours des deux dernières semaines, le nombre de pays dans lesquels la société commercialise son test Covid-19 a doublé, pour dépasser 50 pays, et le chiffre "devrait encore croître à mesure que le virus continue de se propager". Actuellement, la société réalise des ventes importantes en Europe et auprès d'un certain nombre de distributeur, nouveaux et existants, au Moyen-Orient.

En raison de l’intérêt suscité par le test Covid-19 de Primerdesign et de la nature évolutive de l'épidémie, la société "ne peut pas prévoir les ventes avec certitude car le carnet de commandes continue d’évoluer quotidiennement", indique Novacyt. "Il est cependant établi que la demande et l'intérêt pour les tests du groupe restent très élevés et que le management s'attache à faire en sorte que Primerdesign puisse répondre à la demande du plus grand nombre de clients possible".

Pour répondre à la demande, la société a acheté suffisamment de matières premières pour fabriquer 3,5 millions de tests. Elle a en outre "considérablement" accru sa capacité de production par l’intermédiaire d’un manufacturier européen spécialiste de la sous-traitance pour le compte d'autres laboratoires. D'ici quinze jours, la combinaison des deux capacités de production devrait permettre de fabriquer jusqu'à 2 millions de tests par mois, dix fois plus que la capacité initiale de la firme.

Outre l'Europe, le groupe s'active évidemment auprès de la FDA et espère que sa demande d'utilisation d'urgence sera acceptée. "Un certain nombre" d'autres agences de santé dans le monde passent également en revue le test Novacyt.

"Nous pensons que la demande et l'intérêt pour notre test Covid-19 pourraient se poursuivre pendant plusieurs mois car le virus continue de se propager d’un pays à l’autre. Nous nous assurons d'être parfaitement préparés pour répondre à la demande croissante du produit et positionnons Novacyt pour soutenir la réponse mondiale afin de surveiller et contenir l'épidémie. La commercialisation de notre test Covid-19 a déjà généré des revenus importants pour l'entreprise et nous prévoyons que cela se poursuive compte tenu de la demande croissante de tests" a déclaré le directeur général Graham Mullis.

En outre, le dirigeant juge que l'intérêt porté au test du coronavirus aura un impact positif à long terme pour l'ensemble du portefeuille de tests de Novacyt, dans la mesure où amène de nouveaux clients qui envisagent ensuite d’acheter d'autres produits de la gamme élargie. "Nous constatons déjà une demande accrue pour nos capacités B2B, nos clients cherchant à utiliser nos capacités de conception et de développement moléculaires", note-t-il.

Bien conscient du soudain intérêt des investisseurs pour Novacyt, Graham Mullis assure que l'entreprise continuera tenir les actionnaires régulièrement informés de ses progrès, mais leur demande également d'être patients dans la mesure où la firme s'efforce de répondre à une situation sanitaire en constante évolution.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur NOVACYT en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+303.10 % vs -12.46 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat