Bourse > Kering > Kering : Ppr veut accélérer en matière de développement durable
KERINGKERING KER - FR0000121485KER - FR0000121485
284.550 € +0.18 % Temps réel Euronext Paris
283.400 €Ouverture : +0.41 %Perf Ouverture : 285.400 €+ Haut : 282.900 €+ Bas :
284.050 €Clôture veille : 273 764Volume : +0.22 %Capi échangé : 35 933 M€Capi. :

Kering : Ppr veut accélérer en matière de développement durable

Ppr veut accélérer en matière de développement durablePpr veut accélérer en matière de développement durable

PARIS (Reuters) - Le groupe PPR a annoncé lundi le lancement d'un nouveau projet d'entreprise en matière de développement durable visant à modifier en profondeur l'empreinte écologique et sociale de l'entreprise.

Le groupe de luxe et de distribution propriétaire de Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga, Puma, La Redoute ou la Fnac, se fixe pour ambitieux objectif d'atteindre "un nouveau paradigme d'entreprise", dont le terme n'est pas fixé, mais qui devrait "créer des entreprises qui génèrent des bénéfices financiers, sociaux et environnementaux sur le long terme", a déclaré lundi son PDG, François-Henri Pinault.

Evoquant la catastrophe japonaise, il a précisé, lors d'une présentation de presse, avoir pour principale préoccupation la sécurité des 2.000 salariés du groupe dans le pays. PPR a également fait un don de deux millions d'euros à la Croix-Rouge.

François-Henri Pinault a ajouté qu'une vingtaine de magasins avaient été fermés dans le nord du pays.

PPR a réalisé, au 4e trimestre 2010, 16% de ses ventes de luxe au Japon.

Comme nombre de groupes de luxe, PPR a déjà pris des initiatives en matière de responsabilité sociale et environnementale. Le groupe a signé en 2008 des accords en faveur de l'emploi des seniors et de personnes handicapées et a créé une fondation d'entreprise pour la dignité du droit des femmes. Plus visible, il a financé, en 2009, le film "Home" réalisé par Yann Arthus-Bertrand.

PPR a aussi conditionné une partie de la rémunération variable de ses 140 cadres dirigeants à l'atteinte d'objectifs fixés en matière de développement durable.

Aujourd'hui, il dit vouloir aller plus loin.

"Nous voulons transformer notre modèle économique, en considérant le développement durable comme créateur de valeur", déclaré François-Henri Pinault, PDG de PPR, lors d'une présentation de presse.

Concrètement, PPR va lancer un "creative sustainability lab" en partenariat avec la société Cradle-to-Cradle pour repenser la conception de ses produits et de ses magasins ainsi qu'un programme de compensation des émissions de CO2.

Il entend aussi mettre en place, dans sa filiale Puma, autour de laquelle il souhaite bâtir son pôle de marques de sport et de "life style", le premier compte de résultat financier et environnemental.

Cette méthode, qui n'a pas été détaillée, devrait être mise en place dans les comptes du deuxième trimestre de l'équipementier sportif.

Outre les budgets alloués à chaque branche du groupe, PPR s'est doté d'un budget global de 10 millions d'euros par an - une somme dont l'évolution sera indexée sur celle des dividendes versés aux actionnaires - pour l'embauche d'une quinzaine d'experts à plein temps et le financement de projets à but non lucratif.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...