Bourse > Kering > Kering : Ppr s'offre volcom pour étoffer son pôle lifestyle
KERINGKERING KER - FR0000121485KER - FR0000121485
301.400 € -1.21 % Temps réel Euronext Paris
308.000 €Ouverture : -2.14 %Perf Ouverture : 310.000 €+ Haut : 299.600 €+ Bas :
305.100 €Clôture veille : 52 065Volume : +0.04 %Capi échangé : 38 061 M€Capi. :

Kering : Ppr s'offre volcom pour étoffer son pôle lifestyle

Ppr s'offre volcom pour étoffer son pôle lifestylePpr s'offre volcom pour étoffer son pôle lifestyle

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - PPR a annoncé lundi une OPA amicale de 607 millions de dollars (409 millions d'euros) sur la société américaine Volcom, réalisant ainsi sa première acquisition, longtemps attendue, pour constituer un pôle de marques de sport et mode grand public autour de Puma.

Au prix de 24,50 dollars par action, PPR offre aux actionnaires de Volcom une prime de 37% par rapport à la moyenne des trois derniers mois et valorise l'entreprise (déduction faite de son cash) à 516 millions de dollars.

De taille très modeste à l'échelle du groupe, l'emblématique marque Volcom s'inscrit bien, de l'avis des analystes, dans la stratégie de PPR consistant à vouloir créer un pôle de mode grand public aux côtés de ses marques de luxe comme Gucci, Yves Saint Laurent ou Balenciaga.

Créée en 1991 en Californie par un surfeur, l'entreprise au logo de pierre taillée vend des vêtements et accessoires inspirés par le surf, le skateboard et le snowboard pour un chiffre d'affaires annuel de 323 millions de dollars. Le groupe réalise l'essentiel de ses ventes dans des réseaux de distributeurs tiers, et les deux tiers de ses ventes sont aux Etats-Unis.

Sa marge opérationnelle est ressortie à 9,3% en 2010.

La société, dont la marge avait atteint un record de 19% en 2007 (à périmètre comparable) a été très touchée par la crise en 2009. Elle fait face à un environnement très concurrentiel, en particulier aux Etats-Unis, et subit la flambée des cours des matières premières, notamment le coton.

Cotée sur le Nasdaq depuis 2005, la valeur a chuté de 17% au cours des 12 derniers mois.

MULTIPLES ÉLEVÉS

Si les multiples d'acquisition (1,6 fois les ventes 2010, 17 fois la valeur d'entreprise rapportée au résultat opérationnel) semblent élevés aux yeux de certains analystes, ils estiment que la taille de l'opération ne change pas la donne pour PPR.

Volcom représente moins de 2% du chiffre d'affaires de PPR.

"C'est stratégiquement cohérent avec le recentrage annoncé et la marque offre une bonne complémentarité avec Puma, mais ce n'est pas une opération structurante pour PPR", a souligné l'un d'entre eux.

Un autre analyste, plus réservé, estime que "la marque est très cyclique et constitue un pari risqué", tout en jugeant ce segment de marché "intéressant".

Le directeur financier de PPR, Jean-François Palus, a précisé lors d'une conférence téléphonique que l'opération serait relutive sur les résultats du groupe dès 2012.

Il a aussi insisté sur les synergies qui seraient mises en oeuvre avec Puma, notamment en matière d'achats, de logistique ou de vente sur internet.

L'action PPR, en légère hausse pendant presque toute la séance, a clôturé en repli de 0,12% à la Bourse de Paris, à 120,60 euros, dans un marché en progression de 0,05%, la nouvelle positive de l'acquisition de Volcom intervenant à la suite d'une hausse de plus de 20% du titre depuis la mi-mars.

A New York, l'action Volcom faisait un bond de 23,7% à 24,41 dollars à 17h50 GMT, se rapprochant du prix de l'offre.

OFFRE AMICALE

"Volcom est certainement l'une des plus belles marques mondiales d''action sport' et jouit d'une identité très forte", s'est réjoui François-Henri Pinault, PDG de PPR.

"Volcom et Puma sont très complémentaires et offrent de nombreuses synergies", a-t-il ajouté.

Le conseil d'administration de Volcom a recommandé à l'unanimité aux actionnaires d'apporter leurs titres à l'offre. Plusieurs dirigeants, dont le PDG et fondateur de Volcom Richard Woolcott et qui détiennent ensemble 14,4% du capital, ont d'ores et déjà accepté d'apporter l'intégralité de leurs actions, est-il précisé dans un communiqué commun aux deux sociétés.

L'opération devrait être finalisée au cours du troisième trimestre 2011.

Le groupe PPR a entamé il y a 18 mois un recentrage sur le luxe et le "lifestyle" pour renforcer son profil de croissance et sa rentabilité.

Après la mise en Bourse d'une majorité du capital de sa filiale CFAO et la vente de Conforama au sud-africain Steinhoff, PPR doit encore se séparer de deux enseignes: la Fnac et Redcats, son pôle de vente à distance qui compte notamment la Redoute.

Contraint par un niveau de notation (BBB-) qu'il veut préserver, PPR a toujours dit qu'il vendrait des actifs avant de faire des acquisitions importantes.

François-Henri Pinault vise des marques à fort potentiel de croissance et susceptibles d'avoir un impact sur les résultats. Dans le sport et le "lifestyle", il avait dit privilégier celles qui offrent d'importantes synergies.

Compte tenu des niveaux de valorisation atteints dans le luxe et de moindres synergies à attendre dans ce secteur, les analystes estiment que PPR devrait se concentrer, à court terme du moins, sur le développement de son pôle grand public.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI