Bourse > Kering > Kering : Hermès confirme un repli de sa marge 2014 dû aux changes
KERINGKERING KER - FR0000121485KER - FR0000121485
284.050 € -0.12 % Temps réel Euronext Paris
284.050 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 284.450 €+ Haut : 282.400 €+ Bas :
284.400 €Clôture veille : 274 858Volume : +0.22 %Capi échangé : 35 870 M€Capi. :

Kering : Hermès confirme un repli de sa marge 2014 dû aux changes

Hermès voit sa marge en léger repli au 1er semestreHermès voit sa marge en léger repli au 1er semestre

PARIS (Reuters) - Hermès a fait état vendredi, sans surprise, d'un recul de sa marge opérationnelle semestrielle pour cause de taux de change défavorables et a confirmé tabler sur une baisse de rentabilité sur l'ensemble de l'année.

Le sellier, qui a eu l'une des plus fortes croissances organiques du secteur du luxe au premier semestre (+12%), a vu son résultat opérationnel progresser de 6% à 621 millions d'euros - un chiffre proche des 617 millions attendus par les analystes - pour une marge en recul à 32,6%, contre un record de 33,1% atteint au premier semestre 2013.

Le fabricant des sacs Birkin et des "carrés" de soie avait averti à maintes reprises que sa marge serait légèrement inférieure cette année, faute des gains de couverture de changes engrangés en 2013.

Pour 2014, il réaffirme que sa rentabilité opérationnelle devrait être inférieure au sommet de 32,4% atteint en 2013 et réitère son objectif de moyen terme d'une croissance organique de ses ventes d'environ 10%, toujours jugé extrêmement prudent par les analystes.

"L'opérationnel est en ligne avec les attentes et les prévisions sont sans surprise", commente Eva Quiroga, analyste d'UBS, dans une note.

A l'image de ses concurrents LVMH ou Kering, Hermès a vu sa croissance ralentir au deuxième trimestre, notamment au Japon où les ventes de produits de luxe avaient décollé en début d'année avant un relèvement du taux de TVA, et en Europe où les flux touristiques ont ralenti, en provenance de Russie notamment.

Mais contrairement à ses pairs, Hermès a poursuivi sa forte progression en Chine, fort d'un réseau encore modeste, et ses ventes sont restées solides en France malgré la morosité ambiante.

Le résultat net consolidé progresse de 8% au premier semestre à 413 millions d'euros, pour une rentabilité nette des ventes de 21,6%, comme au premier semestre 2013.

Le groupe précise que sa trésorerie nette s'élevait à 946 millions d'euros au 30 juin après le financement de ses investissements (130 millions d'euros), du dividende (281 millions) et du besoin en fonds de roulement.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...