Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ILIAD

ILD - FR0004035913 SRD PEA PEA-PME
169.000 € +0.27 % Temps réel Euronext Paris

Iliad : La conquête du marché italien grève les comptes d'Iliad plus durablement qu'attendu

mardi 3 septembre 2019 à 14h30
Les ambitions italiennes de l'opérateur pèsent sur les résultats

(BFM Bourse) - Les comptes semestriels d'Iliad sont froidement accueillis par les investisseurs, déçus notamment par l'alourdissement des pertes du groupe en Italie, mais aussi par les difficultés rencontrées sur le marché français sous l'effet d'une concurrence aiguisée. Le titre de l'opérateur télécom lâche plus de 5% mardi.

La conquête de l'Italie coûte cher à Iliad. Maison mère de l'opérateur mobile Free, le groupe de télécoms a certes fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de 8,4% à 2,607 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année, mais son bénéfice net a reflué de 60% à 91 millions d'euros sur la même période. "Nous avons un retour de la croissance pour Free, et c'est une bonne nouvelle", s'est néanmoins satisfait le directeur général du groupe Thomas Reynaud lors d'une conférence de presse téléphonique.

L'Italie pèse sur la génération de cash-flows

S'il revendique 3,8 millions d'abonnés mobiles en Italie au 30 juin, 14 mois après le lancement du service, et assure même avoir franchi le seuil des 4 millions d'abonnés au cours de l'été, Iliad a vu ses pertes se creuser nettement de l'autre côté des Alpes, où il est devenu le quatrième opérateur de réseau mobile.

Entre janvier et juin, le groupe fondé par Xavier Niel a enregistré une perte opérationnelle de 108 millions d'euros en Italie sur base courante, soit 80 millions d'euros de plus que lors du premier semestre 2018. Un net creusement des pertes que le groupe met sur le compte des "charges d’itinérance liée à une hausse de la base d’abonnés, entraînant une hausse de la quantité de données mobiles consommées, ainsi que sur les charges de réseau liées aux 2.400 sites déployés par le groupe, dont la majeure partie du coût est portée sans en tirer le bénéfice de la couverture".

Celles-ci pèsent sur l'excédent brut d'exploitation du groupe (appelé "EbitdaaL", pour "Ebitda after lease" ou "après loyers"), qui a reculé de 7,4% à 802 millions d'euros, et sur le bénéfice net récurrent, en repli de 60% à 91 millions d'euros.

"La croissance est essentiellement tirée par l’Italie mais les pertes se creusent" note effectivement Stéphane Beyazian, analyste en charge du dossier chez Mainfirst. En outre, "les question de la rentabilité et du retour sur investissement de ce projet restent non résolues" selon ce spécialiste du secteur. Même son de cloche du côté de Thomas Coudry, qui suit le dossier pour Bryan Garnier : "Le marché sanctionne à mon sens les résultats en Italie qui pèsent sur la génération de cash-flows du groupe". De fait, le titre Iliad cède 5,6% à 89,62 euros vers 14h30 mardi, dans un volume d'échanges représentant 0,4% du tour de table.

Un recul qui porte le repli du titre à près de 25% depuis le début de l'année, après un score déjà calamiteux en 2018 (-38,6%). Analyste en charge du secteur des télécommunications chez Amiral Gestion, Youssef Lboukili juge que les attentes de la part des investisseurs étaient néanmoins plutôt basses au niveaux de valorisation actuels. Le spécialiste considère en outre la publication "décevante sur certains éléments, notamment sur la génération de trésorerie". S'il note également que les recrutements ont été très bons en Italie -le marché tablait sur 400.000 nouveaux abonnés, le groupe en a affiché 530.000-, les pertes ont été deux fois supérieures à celles qu'anticipaient les analystes, vers 50 millions d'euros en moyenne.

Le socle d'abonnés se réduit en France

Confronté à une forte concurrence sur le marché français des télécoms, l'opérateur Free a de nouveau perdu des abonnés au premier semestre, dans le fixe comme dans le mobile. Victime des stratégies tarifaires agressives proposées par ses concurrents -Bouygues et Orange ont notamment annoncé des gains d'abonnés sur la période- Free a perdu 127.000 abonnés dans le mobile. "Les pertes d’abonnés se sont concentrées sur les forfaits à faible ARPU" [le revenu moyen par client, indicateur de référence du secteur, ndlr] tente toutefois de rassurer le groupe, qui affiche en revanche un solde positif de recrutements (+145.000) pour son offre la plus chère à 19,99 euros par mois, ce qui porte son parc d'abonnés mobile à 7,9 millions à fin juin. "Ils ont perdu des abonnés sur leurs forfaits entre 0 et 2 euros) mais en ont gagné sur ceux à 10 et 20 euros (forfait 4G illimitée), et ce malgré la guerre commerciale que se livrent les opérateurs donc c'est plutôt rassurant" juge Youssef Lboukili.

"On va rentrer dans une phase où Iliad finalise la construction de son réseau mobile, qui sera bientôt comparable à celui des autres opérateurs télécoms avec l'accélération du déploiement des bandes de fréquences de 700MgHz qui permettent une meilleure couverture du territoire et va leur permettre de garder une bonne dynamique dans le mobile" avance également l'analyste d'Amiral Gestion. Le communiqué publié par le groupe précise que "plus de 3 000 sites ont été nouvellement équipés en fréquences 700MgHz sur les 6 premiers mois de l’année", pour permettre à ses clients de bénéficier d'une meilleure qualité 4G.

Dans le fixe, Free a encore perdu 31.000 clients malgré le lancement de sa nouvelle box haut de gamme à l'automne dernier. Pour Youssef Lboukili, s'il n'y a "clairement pas eu d'effet "waouh" sur [la nouvelle box]Delta, les recrutements se maintiennent à un niveau correct". En revanche, "nous espérions commencer à voir une hausse d’Ebitda plus significative en France… que la société reporte au deuxième semestre", comme Iliad l'indique dans son communiqué.

Guidance confirmée

En dépit de sa publication semestrielle, l'opérateur télécoms de Xavier Niel (actionnaire à 59% d'Iliad) a réitéré les objectifs à moyen terme énoncés dans le cadre du nouveau plan stratégique baptisé "Odyssée 2024". Le groupe confirme ainsi son ambition de générer une trésorerie (le solde EbitdaaL - investissements) de plus de 800 millions d'euros. Free ambitionne également d'atteindre 4,5 millions d'abonnés dans la fibre d'ici 2024 et entend toujours réaliser un chiffre d'affaires d'1,5 milliard d’euros en Italie sur le long terme.

En passe de céder une partie de ses tours mobiles en France et en Italie à l'espagnol Cellnex pour deux milliards d'euros, Free a par ailleurs annoncé avoir trouvé un accord avec le fonds français d'infrastructures InfraVia en vue de lui céder une part majoritaire dans son réseau de fibre optique en dehors des zones denses. L'opérateur céderait 51% de sa société dédiée à la gestion active des lignes fibres à InfraVia sur la base d'une valeur d'entreprise d'environ 600 millions d'euros, précise le communiqué. Ces deux partenariats industriels stratégiques concernant ses infrastructures passives ont été réalisés "dans l’objectif de renforcer la capacité d’investissement du groupe".

Youssef Lboukiki estime toutefois qu' "Iliad pourrait mieux clarifier ou mettre à jour sa guidance de génération de trésorerie en France, notamment sur l’aspect de baisse potentielle des investissement suite à l’impact du cofinancement d’une partie du déploiement du réseau fibre, cette opération pouvant s'apparenter à "une externalisation de capex".

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ILIAD en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat