Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

HERMES INTL

RMS - FR0000052292 SRD PEA PEA-PME
702.000 € -0.93 % Temps réel Euronext Paris

Hermes intl : Le géant du luxe Hermès s'en sort bien mieux que LVMH et Kering au premier trimestre

jeudi 23 avril 2020 à 11h06

(BFM Bourse) - Des trois géants tricolores du luxe, ce sont les ventes d'Hermès qui ont le mieux résisté au cours des trois premiers mois de l'exercice. Contrairement à Kering et LVMH, son cours de Bourse progresse dans le sillage de la publication trimestrielle, et l'action Hermès reste aussi la plus proche de ses récents sommets.

À toute autre période, un déclin de plus de 7% du chiffre d'affaires dans un secteur aussi dynamique que celui du luxe apparaîtrait catastrophique. Mais la vie des entreprises au temps du coronavirus est faite d'extraordinaire. Une baisse de cette ampleur annoncée mercredi soir par Hermès représente en effet aux yeux des investisseurs une performance remarquable, puisque le groupe du faubourg Saint-Honoré a deux fois mieux résisté que ses concurrents. Après la publication de son point trimestriel, le titre Hermès gagne ainsi 1,49% à 682,60 euros vers 10h15 jeudi.

Le chiffre d'affaires consolidé du groupe au premier trimestre s'est ainsi élevé à 1,506 milliards d'euros, en recul de 6,5% en données publiées, et de 7,7 % à taux de change constants, toutes les zones géographiques ayant été impactées par la crise sanitaire et les fermetures de magasins. Une contraction moins marquée que redouté, les analystes tablant sur une baisse à deux chiffres après que LVMH a fait état le 16 avril d'une chute de 17% des ventes en comparable et Kering mercredi d'une baisse de 15%. Dans une perspective encore plus large, il faut aussi souligner que les acteurs français sont loin d'être les plus mal lotis : Burberry par exemple s'attend à enregistrer un repli de 30% des ventes dans ses magasins au cours du même trimestre.

Par régions, les ventes d'Hermès en Asie hors Japon ont chuté de 9%, onze magasins en Chine continentale fermant progressivement dès fin janvier, tandis que tous les magasins ont fermé à Macao et que les horaires d’ouverture ont été restreints à Hong Kong. Les réouvertures se sont échelonnées au cours du mois de mars en Chine continentale où l’activité est de nouveau en croissance, notamment la boutique de Guangzhou qui a fait l'objet d'un agrandissement.

Seconde vague de fermetures dans certains pays

Les magasins de Hong Kong et de Macao ont retrouvé un trafic réduit actuellement, précise Hermès, tandis que plusieurs pays connaissent une seconde vague de fermetures de magasins (Singapour, Australie et Thaïlande depuis début avril). Au Japon, grâce à la fidélité de la clientèle locale, les ventes ont résisté sur le trimestre (+1%) mais l’essentiel des magasins a été progressivement fermé depuis fin mars, à la suite de l’annonce de l’état d’urgence par le gouvernement japonais, pour une durée indéterminée.

La fermeture des magasins en Amérique s'est traduit par une contraction de 6%, tandis que la France (-9%) et le reste de l'Europe (-11 %) sont fortement touchés, avec une fermeture du réseau mi-mars.

Par métier, la maroquinerie-sellerie affiche une baisse de 6% tandis que les sites de production français sont arrêtés depuis le 17 mars - à l’exception du site d’Hermès Parfums au Vaudreuil qui a mis en œuvre, sur la base du strict volontariat, une production de gel hydroalcoolique. Les investissements dans les capacités de production ont été toutefois maintenus, avec la poursuite des projets des maroquineries de Guyenne et de Montereau, et l’annonce de nouvelles maroquineries à Louviers et dans les Ardennes.

Plongeon des ventes de vêtements

Les autres divisions du groupe ont également été très affectées par les fermetures des magasins dans l’ensemble des zones géographiques, après un excellent mois de janvier qui avait bénéficié de la dynamique favorable du nouvel an chinois. Les pôles "vêtement et accessoires" (-11 %) et "soie et textiles" (-19 %) ont été davantage pénalisés par les baisses de trafic qui ont précédé les fermetures. Les parfums sont en recul de 3 %, l’Horlogerie de 7%, alors que les "autres métiers" d'Hermès ont particulièrement bien résisté (+4 %) grâce à la bijouterie.

Compte tenu des incertitudes sur l'évolution de la pandémie du Covid-19 et les mesures d'adaptation que continueront à appliquer les Etats, l'impact pour la suite est difficile à évaluer. Mais en pratique, alors que seuls les magasins de Chine continentale et de Corée sont ouverts normalement et que l’activité est très réduite au Japon, Hermès prévient que les ventes du deuxième trimestre "seront fortement impactées par les fermetures d’une partie significative du réseau" de boutiques. "Le modèle artisanal implanté majoritairement sur le territoire français, le réseau de distribution équilibré ainsi que sa clientèle locale sont autant d'éléments contribuant à la résilience de la maison", indique toutefois la société.

Salaire de base maintenu sans chômage partiel

Hermès considère en outre que sa solidité économique et financière lui permet de faire face à une crise sanitaire sans précédent. "Disposant d’une trésorerie suffisante, fidèle à sa culture humaniste et à ses engagements d’employeur responsable, le groupe Hermès a maintenu le salaire de base de ses 15.500 collaborateurs en France et dans le monde sans avoir recours aux aides publiques exceptionnelles des différents États, notamment en France en renonçant au dispositif de soutien de l’activité partielle". Le groupe a au contraire contribué par un don de 20 millions d’euros pour l’AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris), plus les dons de plus de 30 tonnes de solution hydroalcoolique produites au Vaudreuil, et de plus de 31.000 masques.

Dans ce contexte, sur proposition de la gérance, le conseil de surveillance a décidé de modifier la proposition de distribution de dividende ordinaire qui sera soumise à l’assemblée générale du 24 avril pour en ramener le montant de 5 à 4,55 euros par action, c'est-à-dire sans augmentation par rapport à celui de 2019.

Pour leur part, les gérants ont renoncé à l’augmentation de leur rémunération fixe versée en 2020 et de leur rémunération variable attribuée en 2020 au titre de 2019.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur HERMES INTL en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+310.00 % vs -0.16 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat