Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

GENKYOTEX

GKTX - FR0013399474 SRD PEA PEA-PME
2.870 € +1.77 % Temps réel Euronext Paris

Genkyotex : Racheté par Calliditas, Genkyotex passe sous pavillon suédois

jeudi 13 août 2020 à 11h00
Genkyotex passe sous pavillon suédois

(BFM Bourse) - Genkyotex a annoncé jeudi avant Bourse un accord d’acquisition par son homologue suédois Calliditas Therapeutics d’un bloc de contrôle de 62,7% de son tour de table. En incluant les bonus, le montant total du rachat peut atteindre 82 millions d'euros. Le cours du spécialiste français des thérapies NOX s'ajuste au prix de rachat proposé qui correspond à une prime de près de 30% par rapport au dernier cours de Bourse.

La biotech suédoise Calliditas Therapeutics, qui développe des traitements de maladies orphelines, va acquérir la française Genkyotex pour un montant pouvant atteindre un maximum de 88 millions d'euros, a annoncé la biotech française dans un communiqué publié jeudi matin. L'opération, en deux temps, prévoit l'acquisition en numéraire hors marché de 62,7% du capital de Genkyotex auprès de ses principaux actionnaires et de son équipe dirigeante en octobre prochain, puis Calliditas se portera acquéreur du solde des titres Genkyotex en circulation.

À 2,80 euros par titre, la transaction s'élève à 32,9 millions d'euros pour la totalité des titres Genkotex, ce à quoi il faut ajouter des versements complémentaires conditionnés à des étapes d'approbation réglementaire du setanaxib (GTK832), le candidat médicament le plus avancé de Genkyotex qui a récemment démontré un effet significatif contre la fibrose, phénomène de cicatrisation excessive qui peut entraîner la défaillance d'un organe vital.

Dans le détail, le "versement de compléments de prix payables en numéraire" sera soumis à l'’obtention des approbations réglementaires ou d’autorisations de mise sur le marché du setanaxib suivantes, au plus tard dans les dix ans suivant la clôture de l’offre publique d’achat: 30 millions d'euros pour l’approbation du setanaxib pour une première indication par la Food and Drug Administration (FDA) ; 15 millions d'euros supplémentaires pour l’approbation du setanaxib pour une première indication par la Commission Européenne (CE) ; et encore 10 millions d'euros pour l’approbation du setanaxib par la FDA ou la CE dans le traitement de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) ou du diabète de type 1.

Si l'intégralité de ces jalons sont atteints par Genkyotex, le montant total du rachat s'élèvera à 82,9 millions d'euros, ce qui en ferait "la 4e plus forte valeur de rachat pour une biotech française depuis 1999 (sur neuf opérations, derrière les 123 millions d'euros d'AES Laboratoire en 2003, les 108 millions de Genset en 2002, et les 100 millions de Novagali en 2011)" indique Sacha Pouget, associé de Kalliste Biotech Advisors. "La valeur de rachat de Genkyotex [serait alors] supérieure à la valeur moyenne de rachat depuis 1999, de 57 millions d'euros" ajoute-t-il.

Cotée à Paris et Bruxelles, Genkyotex développe des médicaments inhibiteurs des enzymes NOX qui amplifient des processus pathologiques (fibroses, inflammation, évolution des cancers, neurodégénérescence). Cotée au Nasdaq Stockholm et au Nasdaq Global Select Market, Calliditas Therapeutics est une société pharmaceutique basée à Stockholm spécialisée dans l’identification, le développement et la commercialisation de nouveaux traitements pour des indications orphelines, ciblant en premier lieu les maladies rénales et hépatiques avec des besoins médicaux non satisfaits importants. Le groupe pèse quelque 5 milliards de couronnes suédoises, soit environ 500 millions d'euros.

À 10h30, le cours du titre Genkyotex s'ajuste à l'offre de Calliditas avec un gain de 31% à 2,87 euros, ce qui porte la valorisation de la biotech haut-savoyarde à 33 millions d'euros. Sachat Pouget précise que la prime offerte par le groupe suédois, "de 28% par rapport au dernier cours de Bourse -et une "prime maximum de 32,3% par rapport au prix moyen pondéré par les volumes (VWAP) de Genkyotex au cours des 10 jours de Bourse précédant ce communiqué- constitue "la 8e plus forte prime de rachat pour une biotech française depuis 1999, loin de la moyenne des primes offertes depuis lors (+81%)" note-t-il.

Le spécialiste du secteur rappelle que "Genkyotex avait été créée en 2006 (à Genève, NDLR) en développant une plateforme permettant d’identifier des petites molécules administrables par voie orale et capables d’inhiber de manière sélective des enzymes NOX spécifiques" avant d'annoncer un rapprochement stratégique avec (la biotech lyonnaise) Genticel en décembre 2016, "ce qui lui a permis d'être cotée à la bourse de Paris". À l'issue de l'opération, les actionnaires de la biotech suisse détenaient 80% du nouvel ensemble, le groupe né de cette fusion était donc plus suisso-français que franco-suisse. "Depuis ce rapprochement, le cours de Genkyotex a perdu 89% de sa valeur ce qui en fait la deuxième plus forte destruction de valeur pour une Biotech française rachetée" souligne encore Sacha Pouget.

L'expert souligne enfin que "la société a été rachetée 14 années après sa création, soit proche de la moyenne de 12 ans pour l'ensemble des rachats de biotechs françaises depuis 1999, et 4 années après son introduction en Bourse, là aussi un chiffre proche de la moyenne".

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur GENKYOTEX en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat