Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

GENFIT

GNFT - FR0004163111 SRD PEA PEA-PME
18.350 € +0.99 % Temps réel Euronext Paris

Genfit : L'échec d'une molécule de la même famille qu'élafibranor plombe Genfit

mardi 11 juin 2019 à 15h15
L'échec d'une biotech américaine dans la NASH pénalise Genfit

(BFM Bourse) - La biotech française est victime de l'effondrement d'une concurrente américaine, CymaBay Therapeutics. Lors d'un essai de sa molécule seladelpar, celle-ci n'a pas donné lieu à une diminution significative de la graisse installée dans le foie de patients atteints de stéatohépatite non-alcoolique, ou NASH, principale indication poursuivie par Genfit également.

L'action Genfit retrouve brutalement son plus bas niveau depuis le 19 février, en raison d'une chute de 11,7% à 18,85 euros mardi vers 14h55 après l'annonce d'un échec clinique de la part d'une biotech américaine, CymaBay. Évoluant proche de l'équilibre depuis l'ouverture, le titre de la société lilloise a flanché peu après 13h00 (heure de Paris) en quelques minutes après le communiqué de sa concurrente californienne.

Cotée au Nasdaq depuis 2014, CymaBay Therapeutics cherche comme Genfit à mettre sur le marché des traitements de certaines maladies du foie comme la NASH, ou stéatohépatite non-alcoolique, une maladie caractérisée par un excès de lipides dans le foie pouvant conduire à la cirrhose, ainsi que la cholangite biliaire primitive (PBC). Mardi matin, cette société a publié les résultats intérimaires -après douze semaines de traitement dans un essai qui doit aller jusqu'à un an- pour sa molécule phare seladelpar dans la NASH/ La lecture de ces données révèle une absence d'efficacité en termes de diminution de la graisse accumulée dans le foie des patients concernés.

Si CymaBay Therapeutics souligne toutefois quelques résultats sur certains biomarqueurs habituellement associés à des lésions du foie, son cours de Bourse est attendu en baisse de plus de 40%, le marché percevant nettement l'annonce comme un échec.

Le seladelpar de Cyma appartient tout comme l'élafibranor de Genfit à la famille des "agonistes de récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes" (ou PPAR). Ces PPAR (prononcé "pipars" à l'anglaise) sont des protéines du corps humain qui jouent un rôle clé dans divers métabolismes, notamment dans la régulation lipidique et glucidique. Ils représentent donc une "cible biologique" privilégiée pour beaucoup de médicaments visant des troubles métaboliques tels que le fénofibrate (un médicament très répandu contre l'excès de cholestérol).

Toutefois, les différents composés actuellement en développement dans la NASH ne visent pas forcément le même sous-type de PPAR. Il en existe trois impliqués dans les processus fibrotiques : PPAR alpha, PPAR delta et PPAR gamma.

Le pioglitazone de Takeda est actif sur les PPAR gamma. Chez une autre biotech française, Inventiva, l'IVA337 essaie d'activer de façon modérée mais équivalente chacun des trois sous-types. Enfin, l'élafibranor cible à la fois alpha et delta mais semble préférentiellement actif sur le PPAR alpha, tandis que la molécule de CymaBay en échec en phase 2a espérait mettre en avant une activité sur le PPAR delta.

Guillaume Bayre - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur GENFIT en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+286.40 % vs +11.04 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat