Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ESSILORLUXOTTICA

EL - FR0000121667 SRD PEA PEA-PME
108.150 € +0.98 % Temps réel Euronext Paris

Essilorluxottica : La tension monte encore entre Essilor et Luxottica

mercredi 20 mars 2019 à 19h11
BFM Bourse

PARIS (Reuters) - La société Delfin, holding du principal actionnaire et président exécutif d'EssilorLuxottica, Leonardo Del Vecchio, a estimé mercredi que certains comportements d'Essilor constituaient une "violation claire" de l'accord de fusion et de règles de gouvernance du nouveau groupe franco-italien.

Prenant acte du fait que le conseil d'administration de la société, réuni lundi, n'a débouché sur aucune décision pour régler le différend qui oppose Essilor à Leonardo Del Vecchio, fondateur de Luxottica et détenteur de 31% du nouvel ensemble, Delfin "se réserve le droit de prendre les mesures nécessaires ou appropriées pour protéger ses intérêts, ainsi que ceux d'EssilorLuxottica et ses parties prenantes".

Dans un entretien accordé au Figaro, Leonardo Del Vecchio enfonce le clou en disant qu'Hubert Saignières, PDG d'Essilor "n'accepte que ce qu'il propose lui-même", ajoutant que "dès la première assemblée générale du nouveau groupe, le 29 novembre, il s'est comporté comme si Essilor avait racheté Luxottica".

Réagissant à ces accusations, une source proche d'Essilor a déclaré : "On a pris connaissance avec surprise et consternation du communiqué de Delfin," et des propos de M. Del Vecchio au Figaro.

La partie française de l'entité devenue numéro un mondial des lunettes et verres optiques devrait apporter des précisions dans les jours qui viennent.

RETARD BOURSIER

Essilor et Luxottica ont fusionné l'an dernier mais depuis la gouvernance du nouvel ensemble suscite des inquiétudes, les analystes estimant que la répartition des pouvoirs au sein du nouveau groupe n'est pas claire et que des tensions pourraient saper le processus d'intégration opérationnelle.

En novembre, des propos de Leonardo Del Vecchio avaient laissé entendre qu'il souhaitait que son bras droit, Francesco Milleri, devienne directeur général, une perspective qui a contrarié la partie française.

La semaine dernière - et c'est là le point de départ de la crispation actuelle entre les deux camps - Leonardo Del Vecchio a proposé de transférer certaines fonctions opérationnelles à Francesco Milleri, ce qu'Essilor a aussitôt assimilé à une prise de contrôle du groupe par Delfin.

EssilorLuxottica a mandaté cette semaine un chasseur de têtes pour recruter un nouveau directeur général.

En Bourse, le titre EssilorLuxottica accuse un repli de près de 5% depuis le début de l'année alors que le CAC 40, dont la valeur fait partie, affiche une hausse de 14%.

Leonardo Del Vecchio a assuré qu'Essilor et Luxottica allaient bien tout en disant que les synergies de 400 à 600 millions d'euros prévues par la fusion seraient réalisées en cinq ans, soit deux de plus qu'annoncé initialement.

"(Essilor et Luxottica) continuent à bien fonctionner d'un point de vue opérationnel. Il y a un problème de gouvernance, pas plus. Le blocage ne vient pas de nous. Nous sommes disposés à trouver une solution; encore faut-il qu'il y ait du répondant de l'autre côté", poursuit Leonardo Del Vecchio.

(Benjamin Mallet, Matthias Blamont et Benoît Van Overstraeten, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2019 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ESSILORLUXOTTICA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.80 % vs +12.26 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat