Bourse > Engie > Engie : Gdf suez rachète 30% d'ip pour se renforcer dans les émergents
ENGIEENGIE ENGI - FR0010208488 ENGI - FR0010208488   SRD PEA PEA-PME
14.455 € -0.38 % Temps réel Euronext Paris
14.515 €Ouverture : -0.41 %Perf Ouverture : 14.595 €+ Haut : 14.455 €+ Bas :
14.510 €Clôture veille : 3 355 100Volume : +0.14 %Capi échangé : 35 202 M€Capi. :

Engie : Gdf suez rachète 30% d'ip pour se renforcer dans les émergents

tradingsat

par Benjamin Mallet

PARIS/LONDRES (Reuters) - GDF Suez a annoncé lundi le rachat des 30% du britannique International Power qu'il ne détenait pas encore pour 6,8 milliards de livres (8,4 milliards d'euros), une opération qui lui permettra de se renforcer dans les pays émergents.

L'offre du groupe français à 418 pence par action représente une prime de 7% - près de 1,1 milliard d'euros - par rapport à sa précédente proposition de 390 pence rejetée début avril par International Power, et valorise le britannique à environ 22,8 milliards de livres (27 milliards d'euros).

"C'est une opération de première grandeur pour le groupe. Elle vise à faire de GDF Suez l'énergéticien de référence dans les pays à forte croissance", a déclaré le PDG de GDF Suez Gérard Mestrallet, lors d'une conférence de presse.

"C'est un changement très significatif du profil et, d'une certaine façon, un changement de l'identité de GDF Suez", a-t-il ajouté.

A l'issue de l'opération, qu'il espère boucler à la mi-juillet, le groupe relèvera l'objectif de la part de ses investissements dans les pays à forte croissance pour la porter à 40-50% du total à moyen terme, au lieu de 30% actuellement.

Il vise notamment une augmentation de 25% de ses capacités de production d'électricité installées en Asie-Pacifique en 2013 par rapport à juin 2011, et compte s'appuyer sur le partenariat noué en 2011 avec le fonds souverain chinois CIC.

GDF Suez a également indiqué que le rachat des minoritaires d'International Power lui permettrait de relever son objectif de résultat net récurrent part du groupe pour 2012 à un niveau compris entre 3,7 et 4,2 milliards d'euros - contre une fourchette de 3,5 à 4 milliards visée auparavant.

DIVIDENDES EN ACTIONS

La société a cependant confirmé qu'elle tablait pour 2012 sur un résultat brut d'exploitation (Ebitda) de 17 milliards d'euros environ et sur des investissements bruts de 11 milliards hors rachat des intérêts minoritaires d'International Power.

GDF Suez vise en outre toujours, sur la période 2012-2015, une fourchette de 9 à 11 milliards d'investissements bruts annuels, un dividende supérieur ou égal à celui versé pour 2011, une notation de catégorie "A" ainsi qu'un ratio dette nette sur Ebitda d'environ 2,5 à fin 2012.

L'acquisition du solde d'International Power sera relutive de 9% sur le bénéfice par action 2011, qui passerait de 1,8 euro à 2 euros sur une base pro forma avant cessions additionnelles et dividende en actions.

L'action GDF Suez gagnait 3,67% à 18,62 euros à 15h45, enregistrant la deuxième plus forte hausse de l'indice CAC 40 (+1,4%). A Londres, International Power avançait de 3,2% à 417 pence.

"La prévision de résultat net pour 2012 et 2013 reflète un impact positif de l'acquisition plus important que ce que nous avions prévu", écrit dans une note Andrew Mead, analyste chez Goldman Sachs.

GDF Suez estime à 8,4 milliards d'euros l'impact de la transaction sur sa dette nette 2011 pro forma et précise que l'opération sera financée pour un tiers sur fonds propres, grâce à la possibilité offerte à ses actionnaires de choisir le versement en actions du solde du dividende de 2011 et chaque acompte du dividende 2012 qui pourrait être décidée.

L'Etat français et Groupe Bruxelles Lambert (GBL), qui détiennent respectivement 36% et 5% du capital de GDF Suez, ont déjà opté pour cette solution.

PAS DE CESSIONS EN FRANCE

Un deuxième tiers du financement sera assuré par un programme de cessions d'actifs de trois milliards d'euros, qui s'ajoutera au programme de 10 milliards d'euros déjà engagé pour la période 2011-2013 et dont les deux tiers étaient réalisés à fin 2011.

Ces cessions ne sont pas identifiées pour l'instant mais aucune vente n'est envisagée en France, a précisé Gérard Mestrallet.

"Ce n'est pas le développement dans le monde émergent au détriment de la France et de l'Europe (mais) grâce à la présence forte en France et en Europe", a-t-il dit.

Le solde du financement de l'opération International Power, soit 2 à 3 milliards d'euros, proviendra de "la flexibilité financière du groupe que (celui-ci a) trouvée grâce à l'avancement du programme d'optimisation d'actifs", a également indiqué le PDG.

GDF Suez avait bouclé l'acquisition de 70% d'International Power en février 2011, donnant naissance au premier producteur indépendant d'énergie du monde.

Un dividende final sera également versé aux actionnaires d'International Power.

Gérard Mestrallet a par ailleurs confirmé que GDF Suez ferait le point sur sa stratégie dans le nucléaire vers la mi-2012, en particulier pour tenir compte des conséquences de la catastrophe japonaise de Fukushima, survenue en mars 2011, et de la remise en cause du nucléaire en Belgique.

Avec Cyril Altmeyer et Adveith Nair, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...