Bourse > Eiffage > Eiffage : Vif rebond, un rachat des concessions d'autoroutes peu crédible
EIFFAGEEIFFAGE FGR - FR0000130452FGR - FR0000130452
80.490 € -1.51 % Temps réel Euronext Paris
81.200 €Ouverture : -0.87 %Perf Ouverture : 81.220 €+ Haut : 80.380 €+ Bas :
81.720 €Clôture veille : 36 103Volume : +0.04 %Capi échangé : 7 888 M€Capi. :

Eiffage : Vif rebond, un rachat des concessions d'autoroutes peu crédible

(Tradingsat.com) - Eiffage et Vinci s'illustraient mercredi après-midi en tête des plus fortes hausses du SBF 120 (+6,4% à 40,1 euros et +4,2% à 45,05 euros respectivement vers 15h20). La demande faite par 152 députés socialistes dans une lettre envoyée au Premier ministre de racheter par anticipation les concessions autoroutières, ne semble visiblement pas très crédible aux yeux du marché.

Le rachat par anticipation "ne peut se faire qu’au 1er janvier de chaque année, moyennant un préavis d’un an, notifié au concessionnaire, rappelle la lettre", publiée par Les Echos, précisant qu' "un rachat acté avant le 31 décembre 2014 permettrait de travailler tout au long de l’année 2015 à la mise en œuvre d’une autre gestion du réseau autoroutier".

Mais si la résiliation par anticipation des concessions autoroutières pour motif d’intérêt général est contractuellement possible, "les délais sont très serrés", font remarquer aujourd'hui les analystes Natixis.

Le courtier souligne surtout que "les concessionnaires auraient droit à une indemnité correspondant au préjudice subi par elle du fait de la résiliation, et dont le montant sera estimé selon la méthode d'actualisation des flux de trésorerie disponibles après impôts".

Après calcul, il ressort que l'addition totale pour l'Etat s'élèverait à 53 milliards d'euros. Or, pour le broker, un financement via une émission d’obligation, portée par une structure ad -hoc qui ne serait pas consolidée dans la dette publique française, a peu de chance d'être validée par Bruxelles.

D'autre part, alors que l’idée des auteurs de la lettre serait ensuite de "revendre les concessions dans de meilleures conditions", Natixis fait remarquer que "les candidats éventuels seront pour le moins méfiants" étant donné l’acharnement politique dont font l'objet ces autoroutes (et leurs bénéfices) depuis des mois.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI