Bourse > Eiffage > Eiffage : Sacyr annonce la vente de ses 33,32% dans eiffage
EIFFAGEEIFFAGE FGR - FR0000130452 FGR - FR0000130452   SRD PEA PEA-PME
89.150 € +0.18 % Temps réel Euronext Paris
88.950 €Ouverture : +0.22 %Perf Ouverture : 89.450 €+ Haut : 88.870 €+ Bas :
88.990 €Clôture veille : 9 759Volume : +0.01 %Capi échangé : 8 737 M€Capi. :

Eiffage : Sacyr annonce la vente de ses 33,32% dans eiffage

tradingsat

MADRID/PARIS (Reuters) - Le groupe de BTP espagnol Sacyr Vallehermoso a annoncé mercredi la vente de sa participation de 33,32% dans Eiffage à des investisseurs institutionnels français qu'il n'a pas identifiés.

Toutefois, selon deux sources proches des négociations à Paris, aucun accord ne serait conclu formellement à ce stade alors même que, selon la presse, les titres détenus par Sacyr auraient été placés sous séquestre par la justice française.

L'opération se ferait au prix de 63 euros par action, selon Sacyr, qui engrangera une petite plus-value d'environ 30 millions d'euros mais devra ainsi régler auparavant les conflits juridiques qui l'opposent encore au français.

Le quotidien El Pais a rapporté qu'environ dix acheteurs s'étaient associés, dont la Caisse des dépôts, qui détient déjà une part de 8,5%, CNP Assurances, AGF, Axa, BNP Paribas et Groupama.

Cette cession devrait mettre un terme aux différentes péripéties qui ont culminé mercredi dernier avec l'invalidation par la cour d'appel de Paris d'une décision de l'Autorité des marchés financiers (AMF) obligeant Sacyr à lancer une offre sur la totalité d'Eiffage.

Sacyr déclare que la vente a l'accord d'Eiffage et sera réalisée le plus rapidement possible. Le groupe français s'est pour sa part refusé à tout commentaire et, selon une source proche de la société, ne communiquera pas sur le sujet tant que la vente ne sera pas effective.

Selon deux sources proches des négociations, il n'y aurait toutefois pour le moment aucun accord entre les parties.

"Il n'y a aucun accord à ce stade", a déclaré à Reuters l'une de ces sources.

Une porte-parole des AGF, qui détient 0,4% d'Eiffage, a déclaré que le groupe "regardait le dossier avec attention" alors qu'un porte-parole de la CDC s'est refusé à tout commentaire, tout comme Axa et BNP Paribas. Personne n'était disponible chez Groupama et CNP.

"L'exécution de cet accord comportera des mesures qui mettront fin à toutes les procédures judiciaires en cours", explique également Sacyr dans un communiqué adressé à la Bourse et publié mardi soir. Ce faisant, le groupe de BTP espagnol dit qu'il pourra se concentrer sur d'autres projets.

Toutefois, selon le site internet du Point, les juges Xavier Blanc et Jacques Gazeaux auraient ordonné la saisie de 1,8 milliard d'euros de titres Eiffage détenus par Sacyr, ce qui empêcherait pour l'heure tout règlement amiable entre actionnaires.

Ils auraient l'intention de convoquer en mai, en vue de leur mise en examen, les P-DG de Sacyr et de la banque Calyon, filiale du Crédit agricole, qui avait conseillé en avril 2007 le groupe espagnol dans le rachat des titres Eiffage.

Une vente de la participation de Sacyr impliquerait donc que cette procédure soit abandonnée et qu'il soit mis fin à la mise sous séquestre. Ces informations n'ont pas pu être confirmées dans l'immédiat auprès du parquet de Paris.

Personne n'était disponible dans l'immédiat chez Sacyr et Calyon pour commenter ces informations.

AUTRE VOLET JUDICIAIRE

Une autre procédure a par ailleurs été intentée auprès du tribunal de commerce de Nanterre, qui, saisi par Sacyr et d'autres groupes espagnols, doit se prononcer le 6 mai sur une demande d'annulation de l'assemblée générale d'Eiffage tenue le 18 avril dernier.

Sacyr était entré au capital d'Eiffage en espérant obtenir une représentation, ce qui a été refusé par les administrateurs français.

L'action Eiffage a clôturé mercredi en baisse de 1,09% à 59,15 euros tandis que celle de Sacyr cédait 3,90% à 21,70 euros à Madrid.

Le groupe espagnol de BTP souffre d'un endettement de 19,7 milliards d'euros, dont près de la moitié a été contractée pour acheter le tiers d'Eiffage et 20% de la compagnie pétrolière espagnole Repsol.

Sacyr met la dernière main à l'introduction en Bourse d'une nouvelle part de sa filiale d'ouvrages à péage Itinere afin de lever 2,5 milliards d'euros, dont une partie servira à rembourser la dette, alors que les taux d'intérêts remontent dans un contexte de crise du crédit et de fin de boom immobilier.

Le coût annuel de la dette est désormais aux alentours du niveau du bénéfice net de 2007, à 943 millions d'euros.

Joe Ortiz à Madrid, version française Wilfrid Exbrayat, Benjamin Mallet et Marcel Michelson à Paris

Copyright (C) 2007-2008 Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...