Bourse > Eiffage > Eiffage : Eiffage perd son PDG Pierre Berger, mort d'une crise cardiaque
EIFFAGEEIFFAGE FGR - FR0000130452FGR - FR0000130452
77.720 € +0.65 % Temps réel Euronext Paris
76.800 €Ouverture : +1.20 %Perf Ouverture : 77.950 €+ Haut : 76.710 €+ Bas :
77.220 €Clôture veille : 246 622Volume : +0.26 %Capi échangé : 7 390 M€Capi. :

Eiffage : Eiffage perd son PDG Pierre Berger, mort d'une crise cardiaque

Eiffage annonce la mort de son PDG Pierre BergerEiffage annonce la mort de son PDG Pierre Berger

PARIS (Reuters) - Pierre Berger, PDG du groupe de BTP et de concessions Eiffage, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 47 ans, à la suite d'une crise cardiaque.

Eiffage réunira lundi son conseil d'administration pour examiner la gouvernance de la société, a précisé une porte-parole.

Pierre Berger dirigeait Eiffage depuis septembre 2012.

Le groupe, constructeur du viaduc de Millau et de l'opéra de Sydney, également propriétaire du réseau autoroutier APRR, est présent dans la construction, les infrastructures, l'énergie et les concessions.

L'entreprise a diffusé un bref communiqué: "Eiffage annonce avec une grande émotion et une profonde tristesse que son président-directeur général Pierre Berger est décédé cette nuit. Les premières pensées de la direction et des employés d'Eiffage vont à son épouse, à ses enfants et aux proches de Pierre Berger."

A la Bourse de Paris, l'action Eiffage s'est retournée à la baisse après cette annonce mais limite ses pertes et cède 0,39% à 56,22 euros à 13h45, dans des volumes cependant étoffés.

Le titre gagne 33,5% depuis le début de l'année. Depuis l'accession de Pierre Berger à la présidence du groupe, sa valeur a été multipliée par 2,5.

PAS DE BOULEVERSEMENT

Selon un analyste du secteur, la disparition de son PDG ne devrait pas bouleverser la feuille de route d'Eiffage ni susciter de grosses incertitudes quant à son management.

Jean-François Roverato, le dirigeant historique du groupe auquel Pierre Berger avait succédé il y a trois ans, pourrait assurer l'intérim, estime cet analyste, qui a demandé l'anonymat.

Jean-François Roverato est en effet resté vice-président et administrateur référent d'Eiffage, qu'il a fondé en 1993 en associant plusieurs sociétés à l'entreprise Fougerolle.

Quant à la stratégie du groupe - qui met l'accent sur les concessions et l'internationalisation -, "elle est bien définie", ajoute l'analyste.

Les travaux publics et la construction représentent la majeure partie du chiffre d'affaires du groupe: 5,4 milliards d'euros au premier semestre sur un total de 6,6 milliards. Mais ce sont les concessions, autoroutières notamment, qui contribuent le plus aux résultats, avec une progression de 3,9% sur les six premiers mois contre +0,9% pour la branche Travaux.

En outre, l'horizon semble dégagé pour Eiffage, troisième groupe français de BTP derrière Vinci et Bouygues: le bras de fer entre les concessionnaires autoroutiers et l'Etat français est désormais réglé et l'activité devrait rebondir l'an prochain dans le BTP.

En août, Eiffage a estimé que le marché français de la construction se stabilisait.

REDRESSEMENT DES MARGES

Né le 9 juillet 1968, Pierre Berger était diplômé de Polytechnique et des Ponts et Chaussées.

Venu du groupe concurrent Vinci, dont il dirigeait la division construction grands projets, Pierre Berger était arrivé à Eiffage en janvier 2011 en tant que dauphin désigné. D'abord directeur général délégué, il avait été nommé directeur général en  juillet de la même année puis PDG en 2012.

A la tête d'Eiffage, il s'était donné pour priorité de redresser les marges du groupe après la crise économique de 2009. Une politique qui a porté ses fruits. Au premier semestre 2015, la marge opérationnelle est montée jusqu'à 9%, son plus haut niveau depuis cinq ans.

Sous la direction de Pierre Berger, Eiffage a aussi entrepris de se réorganiser. Il vient de regrouper ses métiers de la route, du génie civil et du métal au sein d'une nouvelle branche dédiée aux infrastructures.

La banque publique Bpifrance est le premier actionnaire d'Eiffage, à hauteur de 13,8% du capital et des droits de vote depuis la cession cette semaine d'un bloc d'actions représentant 5% du capital du groupe.

Les salariés du groupe détiennent 24,3% du capital.

Eiffage affiche une capitalisation boursière de 5,3 milliards d'euros.

(Dominique Rodriguez, avec Dominique Vidalon, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...