Bourse > Edf > Edf : Le cash flow menacé, la chute s'accélère
EDFEDF EDF - FR0010242511 EDF - FR0010242511   SRD PEA PEA-PME
10.345 € +2.88 % Temps réel Euronext Paris
10.085 €Ouverture : +2.58 %Perf Ouverture : 10.345 €+ Haut : 10.020 €+ Bas :
10.055 €Clôture veille : 2 163 900Volume : +0.07 %Capi échangé : 29 870 M€Capi. :

Edf : Le cash flow menacé, la chute s'accélère

EDFEDF

(Tradingsat.com) - Sous pression depuis les premiers échanges, l'action EDF accélérait sa chute lundi après-midi, cédant plus de 10% (-12% à 10,33 euros à 15 heures). Les investisseurs sanctionnent lourdement l'énergéticien après que celui-ci a lancé un nouvel avertissement sur ses résultats.

Le groupe s'attend désormais pour 2018 à un Ebitda compris entre 14,6 et 15,3 milliards d'euros, contre au moins 15,2 milliards d'euros précédemment. Il explique cet changement par "l`érosion attendue de la consommation d`électricité en France", "une moindre disponibilité de certaines tranches nucléaires au début de 2018" et "la baisse de la rémunération de la capacité au Royaume-Uni".

Le consensus des analystes tablait sur un Ebitda de 15,7 milliards d'euros.

Le groupe n'est plus non plus en mesure de garantir qu'il dégagera un flux de trésorerie (cash-flow) positif l'année prochaine. Il vise désormais pour 2018 un cash-flow "légèrement positif ou proche de l'équilibre" après dividende, alors que cet indicateur était auparavant attendu "supérieur ou égal à zéro".

Dans ce contexte, EDF accélère le déploiement du plan de performance présenté en avril 2016. L`objectif de réduction des dépenses d'investissement en 2018 par rapport à 2015 est ainsi porté à 800 millions d'euros au lieu de 700 millions d'euros précédemment. Le plan de cessions de 10 milliards d'euros, qui devait s`achever fin 2020, devrait l`être en quasi-totalité fin 2018.

Enfin, les investissements nets du groupe hors Linky devraient être proches de 11 milliards d'euros en 2018 (contre 10,5 milliards précédemment). Ce chiffre inclut une accélération des investissements dans les énergies renouvelables ainsi que les investissements nécessaires sur le parc nucléaire français et le réseau de distribution.

"Bien que cette révision (des objectifs du groupe) n'aide pas, nous soulignons que certaines des charges auxquelles est confronté EDF sont de court terme par nature", tempèrent toutefois les analystes de Jefferies, entrevoyant un potentiel de hausse conséquent des bénéfices du groupe à plus long terme.

L'accord récent sur une réforme du marché européen du carbone ainsi qu'une approche plus pragmatique adoptée par le gouvernement français devraient en effet, selon eux, profiter à EDF.

F.B. avec AFP


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...