Bourse > Edf > Edf : L'action dopée par les résultats semestriels, Hinkley Point en attente
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
7.768 € +0.60 % Temps réel Euronext Paris
7.708 €Ouverture : +0.78 %Perf Ouverture : 7.810 €+ Haut : 7.699 €+ Bas :
7.722 €Clôture veille : 1 561 310Volume : +0.06 %Capi échangé : 21 299 M€Capi. :

Edf : L'action dopée par les résultats semestriels, Hinkley Point en attente

EDFEDF

(Tradingsat.com) - La publication de résultats semestriels globalement en baisse n’empêchait pas vendredi l’action EDF de s’envoler parmi les plus fortes hausse des valeurs du SBF 120 (+6% à 11,66 euros à 16h15).

L’opérateur historique d’électricité a vu son résultat brut d’exploitation (ou EBITDA) reculer de 2,2% à 8,9 milliards d’euros sur les six premiers mois 2016, à comparer à 9,1 milliards d’euros à la même période un an plus tôt. La baisse organique (à périmètre et taux de change constants) se limite cependant à -0,7%.

Résultats supérieurs aux attentes

En France, cet indicateur clé de performance a enregistré un recul organique de 2,8 %, principalement sous l’effet cumulé du recul des prix de marché de l`électricité et de la fin des tarifs réglementés Jaune et Vert le 31 décembre 2015.

L’EBITDA a diminué de 8,9% au Royaume-Uni, par rapport au premier semestre 2015, en raison d`un environnement de marché difficile, mais il affiche une croissance organique de 36,2% en Italie, grâce à la restauration des marges liée aux renégociations du contrat gaz libyen. Dans le même temps, le résultat net part du groupe a chuté de 17,2% à 2 081 millions d’euros. Pourtant, « les résultats du premier semestre sont supérieurs aux attentes, soutenus par l'allongement de la durée de vie des réacteurs », note le courtier Exane-BNP Paribas. Une décision purement comptable, qui ne préjuge pas d'un éventuel allongement de la durée de vie physique de ses réacteurs, soumis à l'autorisation de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Prolongement comptable du parc nucléaire

L’allongement à 50 ans de la durée d`amortissement des réacteurs français de 900 mégawatts, à l’exception de ceux de Fessenheim, a réduit les charges d`amortissement des actifs et de désactualisation des provisions à hauteur de 0,5 milliard d`euros au 30 juin 2016. La réduction est estimée à 1 milliard d`euros pour la totalité de l`année 2016.

La modification de la durée d`amortissement « s`appuie sur la capacité technique des installations à fonctionner 50 ans au moins, confortée par les benchmarks internationaux, ainsi que sur les investissements progressivement engagés dans le cadre du programme Grand Carénage », explique EDF.

Vaste programme industriel devant rendre possible l'exploitation des centrales nucléaires au-delà de 40 ans, le plan « Grand carénage » va nécessiter un investissement colossal de plus de 50 milliards d'euros d'ici 2025.

Mais pour le courtier Aurel BGC, "plus que les résultats, les investisseurs devraient retenir la décision de lancer l'investissement à Hinkley Point C, prise hier par le conseil d'administration".

Feu vert pour l’EPR, Londres temporise

Malgré les critiques virulentes sur sa faisabilité, le projet d'EDF de construire deux réacteurs nucléaires de troisième génération EPR à Hinkley Point, en Angleterre, a en effet obtenu l'aval du conseil d'administration, marquant le coup d'envoi de ce méga-chantier de 18 milliards de livres (21,5 milliards d'euros).

Dans la foulée, contre toute attente, le ministre britannique des Entreprises et de l'Energie, Greg Clark, a surpris jeudi soir en déclarant que le gouvernement allait "examiner avec soin" le projet et ne rendrait pas sa décision finale avant le début de l'automne

Le nouvel exécutif mis en place après le referendum sur le Brexit, dirigé par la Première ministre Theresa May, souhaite en effet prendre le temps de parcourir les milliers de pages constituant les accords préliminaires signés en octobre 2015.

A ce stade, EDF demeure néanmoins confiant. "Je ne doute pas du soutien du gouvernement", a dit son PDG, Jean-Bernard Lévy. "C'est une décision essentielle pour l'avenir du nucléaire en Grande-Bretagne et en France", a-t-il estimé, en écho à la position du gouvernement français.

Valorisation généreuse pour RTE

Enfin, la Caisse des dépôts (CDC) et sa filiale CNP Assurances sont entrées en négociations exclusives avec EDF en vue du rachat de 49,9% du gestionnaire du réseau électrique français à haute tension RTE.

Cela se fait sur "la base d'une valeur (très élevée) de 8,45 milliards d'euros (pour 100% du capital)", note Aurel BGC.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...