Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EDF

EDF - FR0010242511 SRD PEA PEA-PME
12.990 € +11.03 % Temps réel Euronext Paris

Edf : Energie, le grand bluff ?

vendredi 22 juin 2007 à 12h24
BFM Bourse

(BFM Bourse) - Voici la dernière analyse d'Andréa Brignone pour Tradingsat.com :

Depuis quelques années les marchés financiers vivent au rythme des cours du pétrole. Des cours du pétrole ? Non des cours des futures du pétrole. Ce qui n'est pas exactement la même chose. Nous avons interrogé des spécialistes. Je précise des spécialistes et non des experts. C'est à dire de gens qui ont les mains dans le cambouis ou plutôt dans le brut. Il y a tout le pétrole qu'il faut. Pas de déséquilibre particulier entre offre et demande. En réalité les cours des futures reflètent toutes les peurs et les anticipations pour le futur comme leur nom l'indique. La vraie question est : est ce que ces peurs sont basées sur une réalité quelconque ? Le monde manquera t'il d'énergie et toutes nos lampes et nos ordinateurs s'éteindront t'ils bientôt ? On nous annonce que le « Pic » avec un grand P est pour bientôt. Le Pic ? Oui le moment où l'on consommera plus vite du pétrole que l'on en découvrira. Si on consulte les « experts », pour certains le Pic est déjà dépassé, pour d'autres ce sera en 2012, les troisièmes avancent 2020.

Bref on nage dans le pétrole. La contagion s'étend à l'uranium. Il y a quinze ans on disait que l'on aurait suffisamment d'uranium pour des centaines d'années. Maintenant on ne sait plus. Et l'uranium s'est envolé. Et ce d'autant plus que l'approvisionnement à partir des ogives russes se fait plus rare. En réalité il faut rechercher cette revalorisation des sources d'énergie en un faisceau d'éléments qui convergent dans le même sens (tout au moins pour le moment) : la hausse.

D'abord nous avons la présence d'abondantes liquidités (dues en particulier au carry trade et à la planche à billets américaines). Ensuite le fait que cette hausse des produits énergétiques arrange tout le monde. Les sociétés qui extraient raffinent et distribuent le pétrole. Les sociétés qui produisent de l'uranium. Celles qui réalisent des centrales ainsi que leurs sous-traitants. Et finalement les sociétés qui produisent des équipements destinés à générer des énergies nouvelles. Et dont les sociétés qui fournissent des énergies traditionnelles sont souvent actionnaires. En effet plus le pétrole, l'uranium et le charbon seront chers et plus le coût d'installation d'éoliennes, panneaux solaires, liquéfaction de gaz deviendra rentable. Plus les énergies traditionnelles seront chères et plus on pourra investir pour trouver de nouveau moyen pour créer de l'énergie. N'importe quel physicien vous dira que l'on peut obtenir de l'énergie à partir du sable. Mais faut t'il encore que cela soit rentable.

Conclusion la hausse de l'énergie est une bonne chose pour tout le monde (accessoirement elle permet de faire diminuer la consommation d'essence et de gaz oil ; ce qui est bon pour réduire la pollution). Et ne nous inquiétons pas, on trouvera toujours de nouvelles sources d'énergie et on réhabilite même des anciennes comme le vent.

En quoi cela peut t'il nous servir en dehors bien sûr de nous rassurer sur la pérennité de notre civilisation et d'éviter que nous fassions dans l'avenir des cauchemars dans le noir ?

Alors que les deux plus grosses capitalisations du CAC 40 sont Total et EDF nous pouvons constater entre les deux des disparités à première vue étonnante. Total est à un PER (Price/ Earning ratio) de 11, 10 sur les résultats de 2007 alors que EDF est à 28,81, et GDF à 14,91. Total fait plus du double en chiffre d'affaire qu'EDF, à un meilleur ratio d'endettement et des résultats globaux 2.5 fois ceux d'EDF. Cherchez l'erreur. D'autant plus que aujourd'hui EDF a dépassé Total en capitalisation...

Seulement voilà : l'Etat détient 86 % d'EDF et la hausse du cours de bourse ne se fait que sur une frange du capital, ce qui profite essentiellement à l'Etat. Nous sommes certes contents ; car l'Etat c'est nous. Mais au moindre coup de Trafalgar, peut être que les boursiers commenceront à réfléchir. Comme je l'ai déjà dit précédemment je ne sais pas lire dans les boules de cristal et peut être que l'action ira à 100 euros comme l'annonce de nombreux analystes, mais si j'avais de l'EDF je regarderais si je ne pourrais pas l'arbitrer contre autre chose.

Nous avons déjà connu quelques mésaventures avec des sociétés dans lesquelles l'Etat était majoritaire en son temps ; par exemple une certaine France Telecom. Et si je voulais rester dans l'énergie, il y a des sociétés moins chères et peut être avec un potentiel plus grand. Et que l'on ne me dise pas qu'il n'y a pas de risques avec EDF comme un certain président de France Télecom me l'avait dit par le passé, en arguant du fait que l'Etat était majoritaire. Au prix actuel, il y a toujours un risque.

©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EDF en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.61 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat