Bourse > Edenred > Edenred : Une valeur très recherchée, l'avis d'un gérant
EDENREDEDENRED EDEN - FR0010908533EDEN - FR0010908533
22.060 € -1.23 % Temps réel Euronext Paris
22.265 €Ouverture : -0.92 %Perf Ouverture : 22.295 €+ Haut : 21.945 €+ Bas :
22.335 €Clôture veille : 183 509Volume : +0.08 %Capi échangé : 5 193 M€Capi. :

Edenred : Une valeur très recherchée, l'avis d'un gérant

tradingsat

(Tradingsat.com) - Edenred a aligné vendredi (+0,6% à 21,4 euros) sa cinquième séance de hausse consécutive, portant ses gains à près de 18% sur la semaine et à +88% depuis son introduction à la Bourse de Paris en juillet dernier.

Tout d'abord, les investisseurs semblent apprécier cette société spécialisée dans les prestations de services prépayés (tickets restaurant, chèques cadeaux) pour la solidité de son modèle économique, naturellement générateur de cash.

Le groupe « a pour particularité en effet d'avoir un BFR négatif, c'est-à-dire qu'Edenred vend ses tickets restaurants aux entreprises plusieurs semaines avant que les salariés ne les dépensent », explique ainsi Frédéric Rozier, gérant chez Meeschaert.

Cet argent étant placé, l'évolution des taux influe logiquement sur la rentabilité. Et vu la solidité des performances groupe en 2010, à une période de taux faible, « le groupe ne pourra que profiter de la remontée des taux lorsqu'elle interviendra », souligne-t-il.

Pour Frédéric Rozier, le titre est également l'un des meilleurs véhicules de la place de Paris pour miser sur les pays émergents, et l'Amérique Latine en particulier. Par ailleurs, « des rumeurs circulent sur une forte amélioration de la politique de distribution du groupe qui pourrait porter son dividende à 1 euro, soit un rendement de près de 5% au cours actuel ».

Quant aux rumeurs sur l'intérêt spéculatif que pourrait susciter la société, outre le britannique Compass, cité depuis plusieurs mois comme un prédateur potentiel, Frédéric Rozier pense qu'Edenred pourrait intéresser des fonds d'investissement, ou bien des acteurs des services financiers tels que Mastercard ou American Express. Le gérant ne croit pas en revanche à un rachat par Sodexo, du fait de problèmes de concurrence.

Enfin, si les niveaux actuels de valorisation commencent à devenir très élevés, pouvant justifier des prises partielles de bénéfices, le gérant n'hésitera pas à se renforcer sur le dossier en cas de repli.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI