Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

DBV TECHNOLOGIES

DBV - FR0010417345 SRD PEA PEA-PME
16.900 € +3.17 % Temps réel Euronext Paris

Dbv technologies : Le marché voit d'un bon oeil le départ du fondateur de la biotech DBV

mardi 5 mars 2019 à 11h20
DBV avance en Bourse après la nomination de Michel de Rosen

(BFM Bourse) - La société biopharmaceutique a annoncé la nomination avec effet immédiat de Michel de Rosen au poste de président non-exécutif du conseil d'administration en lieu et place du docteur Pierre-Henri Benhamou, cofondateur de la biotech en 2002. Le marché salue le début d'une nouvelle histoire pour DBV.

Vers 10h45, le titre DBV Technologies s'adjuge 3,8% à 15,77 euros dans un volume d'échanges nourri correspondant à près de 0,9% du tour de table. Il revient ainsi à son plus haut depuis le 20 décembre dernier, quand le retrait de la demande de mise sur le marché de Viaskin - une technologie permettant d'administrer des allergènes ou des antigènes à une peau intacte, tout en évitant tout transfert dans le sang - l'avait littéralement assommé (-50% sur une séance). Cette technologie doit notamment permettre de lutter contre l'allergie à l'arachide. L'action de la société biotechnologique dirigée par Daniel Tassé consolide, avec cette nouvelle hausse, le rebond observé depuis le début de l'année 2019 (+48%).

Le marché salue le début d'une nouvelle histoire pour DBV

DBV Technologies a annoncé, mardi avant Bourse via un communiqué, la nomination de Michel de Rosen en tant que président non-exécutif du conseil d'administration en lieu et place du cofondateur de la société biotechnologique, le docteur Pierre-Henri Benhamou, qui a décidé de se retirer du conseil d'administration et de rejoindre le comité scientifique de la société. Le directeur général du groupe, Daniel Tassé, est coopté au conseil d'administration, indique le communiqué, qui précise encore qu'avec ces changements à effets immédiats, celui-ci compte toujours huit administrateurs.

Ancien PDG d'Eutelsat et actuel président du conseil d'administration de Faurecia et de Pharnext, Michel de Rosen siège déjà au conseil d'administration de DBV Technologies depuis le mois de juin 2018. Il s'est déclaré honoré de succéder à Pierre-Henri Benhamou, "un innovateur remarquable, un humaniste accompli et un gentleman", ajoutant que travailler avec Daniel Tassé "pour faire de DBV un leader de l'industrie bio-pharmaceutique sera un privilège". "Je crois à la technologie Viaskin", en son caractère "unique et irrésistible" et à son "potentiel de générer des produits pharmaceutiques candidats susceptibles de devenir des thérapies transformationnelles pour les patients" a développe Michel de Rosen.

Pour Christophe Dombu, spécialiste du dossier pour Portzamparc, la réaction positive du marché "pourrait être interprétée comme une façon de saluer le début d'une nouvelle histoire pour DBV qui se prépare à changer de modèle économique". D'autre part, il rappelle qu'un "grand nombre d'actionnaires avaient mal pris les indemnités de départ (de Pierre-Henri Benhamou, NDLR) qui étaient élevées (correspond à la somme des rémunérations brutes que le PDG a perçues de la société, à quelque titre que ce soit, au cours des 18 mois précédant le départ, soit un montant total de 876 389,50 €, approuvé par le conseil d'administration le 5 décembre dernier, NDLR) compte tenu de "la situation financière actuellement compliquée pour DBV et notamment le besoin urgent en nouveaux financements avant le troisième trimestre 2019", date à laquelle DBV compte soumette un nouveau dossier pour Viaskin devant la FDA (la Food and drug administration, l'administration américaine chargée des aliments et des médicaments).

L'expérience de Michel de Rosen perçue "comme un fort atout pour DBV"

Analyste en charge de DBV pour Gilet Dupont, Jamila El Bougrini note que "le titre était déjà à la hausse avant cette nouvelle" et estime que cette progression est "sûrement en partie en lien avec les résultats annuels qui doivent être publiés aujourd'hui (après Bourse)". "Depuis l'annonce du nouveau calendrier pour le dépôt du dossier au troisième trimestre, les marchés ont enfin une visibilité sur le plan d'action de la société" rappelle l'analyste qui précise que "la position cash est le point majeur attendu dans la publication prévue ce soir". Toutefois, "on sait d'ores et déjà que celle-ci est suffisante pour porter la société jusqu'au prochain jalon" (jusqu'au 3e trimestre 2019) indique-t-elle.

Quant à l'annonce d'aujourd'hui, Jamila El Bougrini la juge "à double lecture". D'un côté, la sortie de Pierre-Henri Benhamou, "perçu par les marchés comme en partie responsable de l'échec de la première stratégie à la fois clinique avec la non atteinte du critère primaire, et à la fois réglementaire avec le retrait du dossier après sa première soumission faute de données suffisantes sur la procédure de fabrication antre autres". De l'autre, l'arrivée de Michel de Rosen, dont le parcours dans l'industrie pharmaceutique est "extrêmement solide" est effectivement saluée par le marché. "Son expérience significative est indéniablement perçue comme un fort atout pour DBV qui a jusque là péché avec son précédent management de ne pas avoir en son sein une expérience équivalente en termes d'enjeux marché et de vision internationale" considère la spécialiste, pour qui le nouveau président non-exécutif "peut donner une direction et une vision en phase avec la nouvelle stature de DBV en tant que société biopharmaceutique et non plus "simple" biotech"

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DBV TECHNOLOGIES en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+290.30 % vs +12.17 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat