Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

DBV TECHNOLOGIES

DBV - FR0010417345 SRD PEA PEA-PME
3.026 € -3.63 % Temps réel Euronext Paris

Dbv technologies : À l'orée d'un rendez-vous décisif pour le marché des traitements aux allergies alimentaires, DBV tangue

mardi 10 septembre 2019 à 15h50
Fébrilité sur le cours de DBV avant l'adcom d'Aimmune

(BFM Bourse) - Un comité d'experts mandaté par l'agence américaine du médicament doit se réunir vendredi pour discuter du dossier clinique du traitement mis au point par Aimmune Therapeutics pour prévenir le risque de choc anaphylactique chez les patients allergiques à l'arachide. Un avis favorable du comité ne ferait que conforter l'avance prise par l'américain sur son principal concurrent, le français DBV Technologies, en vue de prendre la meilleure part d'un marché susceptible d'atteindre une taille considérable.

Les investisseurs prêts à miser sur le développement du marché des traitements contre les allergies alimentaires -à ce jour inexploité mais susceptible de représenter des millions de patients- ont coché la date du 13 septembre sur leur calendrier. Deux entreprises -le français DBV Technologies et l'américain Aimmune- ont développé, sur la base de technologies radicalement différentes, des traitements expérimentaux pour faciliter la vie des patients souffrant d'allergie alimentaire -seule forme d'allergie entraînant régulièrement des décès, y compris chez des patients juvéniles par ailleurs en pleine forme- avec deux produits visant dans un premier temps l'allergie aux cacahuètes.

Profitant des déboires de DBV depuis 2017, Aimmune a viré en tête et entame la dernière ligne droite en vue de décrocher la toute première autorisation de mise sur le marché, ce qui lui assurerait potentiellement une bonne part du gâteau. La recommandation attendue de l'advisory committee (adcom) qui débattra vendredi à la demande de la Food and Drug Admninistration pourrait sceller son avance, replacer DBV Technologies dans la course, ou même semer le doute quant au potentiel réel du marché. Depuis deux jours, c'est toutefois l'inquiétude qui domine vis-à-vis de la biotech tricolore, dont le cours flanche de 7,16% à 16,35 euros mardi, après avoir perdu 4,9% lundi.

32 millions d'américains souffrent d'au moins une allergie alimentaire

C'est un marché potentiellement gigantesque que convoitent les actionnaires d'Aimmune et de DBV. Selon le Food Allergy Research & Education (FARE, un groupe représentant de patients), 32 millions d'américains souffrent d'au moins une allergie alimentaire, dont pour les plus répandues le lait, les oeufs, les arachides, les noix, le blé, le soja, le poisson et le crustacés. En outre, la prévalence tend à augmenter chez les enfants. 5,6 millions de jeunes de moins de 18 ans -un enfant sur treize, soit deux en moyenne dans une classe standard- seraient atteints. Avec des conséquences parfois dramatiques. D'après une étude parue dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology, la seule allergie aux arachides entraîne chaque année aux États-Unis 125.000 admissions aux urgences, et malheureusement 150 à 200 décès par choc anaphylactique.

En désensibilisant progressivement les patients, Aimmune -via un cachet contenant une forme d'allergène atténuée- et DBV Technologies -via un patch à appliquer sur la peau, sans passage d'allergène dans l'organisme- peuvent permettre aux jeunes patients d'espérer, non pas de devenir des consommateurs lambda se délectant de tartines de peanut butter, mais du moins ne plus risquer une crise d'allergie en cas de contact involontaire avec un gâteau rapporté par un camarade par exemple.

Mais le parcours a été beaucoup plus ardu que prévu pour DBV Technologies, qui a publié en 2017 des résultats cliniques insuffisamment solides par rapport au référentiel statistique fixé a priori, et retiré l'an dernier le premier dossier déposé à l'appui de sa demande d'homologation, pour déposer en août un nouveau dossier supposé remédier à certaines carences relatives aux procédures de fabrication et les contrôles qualité du produit.

De son côté, Aimmune a progressé plus rapidement, malgré un retard fin 2018 pour cause de perturbations administratives à l'agence du médicament affectée par le "shutdown", avec un dossier effectivement réceptionné en mars 2019 mais réputé déposé en janvier, ce qui devrait aboutir à une décision d'homologuer ou non le produit en janvier 2020.

La biotech américaine, qui a aussi entamé le mois dernier un essai sur un second produit dans l'allergie aux oeufs, a donc rendez-vous vendredi avec un comité consultatif, ou adcom, de praticiens et experts réunis à la demande de la FDA. Or, si la recommandation d'un adcom n'est qu'indicative, l'agence se prononce généralement (surtout si l'avis est positif) dans le même sens. Les documents de travail sur lesquels s'appuieront les neufs experts invités à se prononcer seront rendus publics sur le site de l'agence deux jours avant la réunion proprement dite, c'est-à-dire mercredi.

En attendant le verdict, la pression semble redoubler sur DBV.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DBV TECHNOLOGIES en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.68 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat