Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CROSSJECT

ALCJ - FR0011716265 SRD PEA PEA-PME
3.310 € -2.07 % Temps réel Euronext Paris

Crossject : Enième retard pour Crossject, les investisseurs jettent l'éponge

jeudi 27 septembre 2018 à 16h42
Patrick Alexandre, PDG de Crossject

(BFM Bourse) - Au lendemain de l'annonce d'un nouveau report du calendrier d'homologation de son injecteur sans aiguille, Crossject s'effondre de près de 40% jeudi après-midi.

Trop, c'est trop. C'est visiblement le sentiment des investisseurs envers Crossject après le communiqué publié hier par la medtech bourguignonne, conceptrice d'un injecteur sans aiguille destiné à administrer des traitements à l'efficacité déjà prouvée. Non seulement Crossject a fait état de résultats en berne, mais l'entreprise accuse des retards de production et un nouveau décalage de calendrier. Le dépôt d'une première demande de mise sur le marché n'est désormais pas attendu avant 2020. L'action chute de 39,1% à 1,71 euros vers 14h40.

Crossject accumule les reports depuis son introduction en Bourse

Négatif sur le titre, un analyste dénonce déplore une communication "surréaliste" de l'entreprise, dont la situation lui apparaît en passe de devenir intenable. "Les retards successifs sont un vrai problème. Les investisseurs attendaient la signature d'un accord de commercialisation fin 2017, puis mi-2018 et fin 2018, mais c'est encore décalé à 2020 et 2021, à cause des problèmes de production et d'un moule défectueux", confie cet analyste à BFM Bourse.

La start-up bourguignonne se fait doubler aux États-Unis

"L'autre gros point négatif, c'est qu'un produit concurrent de Zeneo Midazolam (un traitement d'urgence en cas de crise d'épilepsie) vient d'obtenir son autorisation de mise sur le marché aux États-Unis avec une désignation de médicament orphelin pour le traitement de l'état de mal épileptique (EME), ce qui devrait lui conférer une exclusivité commerciale sur ce territoire majeur pour ce type de crise. Autant de manque à gagner à exclure de la valorisation de Crossject".

Si Crossject indique dans son communiqué évaluer la stratégie à adopter pour ce médicament aux États-Unis en estimant toutefois que cette nouvelle "ne change pas le potentiel commercial de Zeneo Midazolam en Europe", les investisseurs n'y croient plus.

"C'est clairement le retard de trop" estime l'analyste. "Pourtant, les investisseurs pensaient que les choses allaient s'accélérer avec la nomination à la direction commerciale d'Olivier Giré -ancien d'Ipsen- mais ça prend encore plus de temps" désespère l'analyste, concédant que "l'entreprise joue aussi de malchance, avec l'accident sur le moule [de l'un des composants de l'injecteur Zeneo] qui leur a fait prendre beaucoup de retard".

Des résultats en berne mais une trésorerie en partie regarnie

La perte nette du groupe s'élève, au 30 juin 2018, à 4,74 millions d'euros, contre 3,36 millions un an auparavant. La perte d'exploitation s'est également creusée, passant de 4,26 millions d'euros au 30 juin 2017 à 5,34 millions d'euros un an après. Enfin, au 30 juin 2018, la trésorerie n'était plus que de 800.000 euros. Celle-ci a toutefois été complétée en juillet via l'encaissement de 3,2 millions d'euros de créances d'impôts et de subventions et par l'émission d'obligations convertibles, à hauteur de 2,5 millions d'euros.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CROSSJECT en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application BFM Bourse


Par email

Votre avis
Portefeuille Trading
+315.80 % vs +35.63 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour